Symptômes de maladie rénale chez une femme

Laisser un commentaire

S'il existe des symptômes désagréables dans le bas du dos, il peut s'agir des premiers signes d'insuffisance rénale chez la femme. Les rapports sexuels faibles sont plus sujets aux pathologies rénales que les hommes. Par conséquent, les femmes ont particulièrement besoin de savoir pourquoi les reins sont douloureux. Souvent, ces déviations indiquent un processus pathologique dans les reins ou les organes internes adjacents. Les femmes qui s'habillent facilement par temps froid ou négligent leur hygiène personnelle sont sujettes aux sensations les plus douloureuses. En portant un enfant, la douleur se produit souvent au niveau des reins, car tous les organes inférieurs subissent une pression considérable. Aux premiers symptômes désagréables, vous devriez consulter un médecin, trouver la cause de la douleur et en affecter la concentration.

Pourquoi les femmes ont-elles plus souvent des problèmes rénaux?

La femme a une structure spéciale du système urinaire, de sorte que la douleur au niveau des reins est plus susceptible de déranger un homme. La douleur qui en résulte est souvent associée à une caractéristique de l'urètre, qui est courte et large, de sorte que l'infection est plus facile à pénétrer dans le corps. Tout cela conduit à la cystite et conduit à la propagation de la maladie aux reins. Il existe une probabilité de développer une pyélonéphrite.

Pendant la grossesse, une femme souffre souvent de douleurs aux reins en raison d’un stress accru sur l’organe.

Pendant la grossesse, il y a souvent une diminution de la fonction rénale, menacée par une inflammation et l'apparition de nombreux symptômes désagréables. Les femmes souffrent souvent de néphroptose, dans laquelle le rein devient mobile et n'est pas fixé dans une position. Cela est dû aux régimes constants que les femmes aiment tant. Le problème est observé lors du portage d'un enfant ou lors d'efforts physiques fréquents.

Raisons principales

Récemment, le nombre de maladies rénales a augmenté. Les femmes souffrent souvent de processus inflammatoires dans les organes internes. Les causes profondes qui conduisent à cette déviation sont nombreuses. Les problèmes rénaux les plus fréquents se produisent avec la glomérulonéphrite ou la pyélonéphrite. Les principales causes de douleur rénale incluent:

  • la formation de calculs bloquant partiellement la production d'urine et conduisant à une colique rénale;
  • l'apparition de kystes ou de tumeurs dans les reins;
  • thrombose de l'organe de l'artère.

Lorsque les reins sont douloureux, la douleur est vague et s'étend sur tout le dos. Dans certains cas, les sensations douloureuses ne sont pas causées par des anomalies rénales, mais par d’autres maladies entraînant des douleurs dans cet organe. Souvent, la douleur se manifeste par le pincement des processus nerveux dans la colonne vertébrale. Chez les femmes, les reins peuvent faire mal en cas d'inflammation aiguë de l'utérus ou des appendices.

Une appendicite aiguë ou des anomalies des organes digestifs peuvent provoquer des douleurs dans cette région. Le corps de la femme est souvent sujet aux maladies rénales associées à différentes sources. Dans tous les cas, lorsque les premiers symptômes de la maladie apparaissent, vous devez contacter immédiatement votre urologue.

Autres sources de douleur

En plus des maladies du rein, d'autres processus pathologiques peuvent causer une gêne au bas du dos. Chez les femmes plus âgées, la dystrophie des articulations cartilagineuses de la colonne vertébrale ou des troubles du système moteur sont à l'origine de la douleur. Souvent, une douleur désagréable survient lors d'une inflammation des organes du système reproducteur. Autres sources de douleur dans les reins:

  1. Grossesse extra-utérine.
  2. Charge importante dans le bas du dos pendant la grossesse.
  3. Flux menstruel douloureux, associé à une localisation particulière de l'utérus.
La gastrite peut être une source de douleur dans les reins.

La source de douleur dans la région rénale peut être une violation du tractus gastro-intestinal. Souvent, la présence de gastrites, d'ulcères ou de pancréatites entraîne des douleurs au dos. Des sensations désagréables de caractère perçant ou coupant sont le résultat de coliques dans le foie ou la vésicule biliaire. Pour distinguer une déviation rénale d'une maladie d'un autre organe, il est important de savoir comment les reins font mal aux femmes.

Signes et symptômes externes de douleur rénale chez les femmes

Néphropathie enceinte

Cette cause de sensations douloureuses n’est particulière que chez les filles. Le problème survient le plus souvent chez les femmes qui accouchent pour la première fois ou dans le cas de grossesses multiples. Une douleur pressante s'étend jusqu'aux reins et au bas de l'abdomen. Les femmes enceintes ont souvent des œdèmes, en particulier sur le visage. Il y a aussi de tels symptômes:

  • la pression augmente;
  • des maux de tête se produisent;
  • problèmes de vision.

La maladie indiquera des tests de laboratoire, qui seront détectés dans les protéines urinaires. Le développement de la pathologie est un utérus en croissance, qui exerce une pression sur l'uretère, à la suite de quoi l'urine stagne et provoque des maladies rénales. Il est important de surveiller de près l'état de santé, car l'évolution sévère de la maladie menace la vie de la mère et du fœtus. Si le problème ne s'aggrave pas, il disparaîtra après la naissance.

Glomérulonéphrite et pyélonéphrite

Ces déviations sont assez courantes et se caractérisent par un processus inflammatoire dans l'organe interne. Avec la pyélonéphrite ou la glomérulonéphrite, le patient a des douleurs lombaires, de la fièvre et une faiblesse générale. Les membres et le visage gonflent nettement, la couleur de l'urine change. Le patient est tourmenté par la soif, la bouche sèche, le manque d'appétit. Certaines personnes ont de tels signes:

  • des nausées;
  • vomissements;
  • des ballonnements;
  • troubles du tractus gastro-intestinal.

Si une maladie n'est pas détectée à temps et si son traitement n'est pas pris, la sensation de picotement dans les reins rejoindra les principaux symptômes, la peau commencera à devenir engourdie, il y aura des convulsions et des douleurs musculaires. Il y a souvent un essoufflement, présent dans un état calme. Une femme peut remarquer des cheveux cassants et une peau sèche, signe de problèmes rénaux. À propos, la femme fait ce remède parfaitement avec la pyélonéphrite.

Néphrolithiase

La néphrolithiase est une maladie caractérisée par la formation de calculs dans les organes. Cet écart est assez fréquent parmi les maladies rénales. Les maladies produisent des pierres de différentes tailles, la formation de sel et de sable dans l’organe interne contribue à leur formation. Les médecins ont noté que la lithiase urinaire est héréditaire. La raison principale de la présence de calculs rénaux est souvent la consommation régulière d’eau potable, un régime alimentaire monotone et une consommation excessive de produits nocifs. Les coliques du rein sont un symptôme exact de la formation de calculs dans l'organe.

Les symptômes d'insuffisance rénale chez la femme apparaissent progressivement. Premièrement, il y a des sensations douloureuses dans l'abdomen ou sur le côté, elles s'étendent souvent à l'aine et à l'intérieur des cuisses. Des sensations désagréables se produisent lorsque des pierres se déplacent sur l'uretère. La douleur présente indique une atteinte de la muqueuse organique, raison pour laquelle du sang peut être présent dans les urines.

Hydronéphrose

Lorsque l'hydronéphrose est l'expansion des cupules et du bassin de l'organe interne. Dans la plupart des cas, le processus pathologique se déroule sans aucun symptôme. Les premiers signes de la maladie apparaissent chez la fille après la défaite de nature infectieuse ou la lésion d'un organe interne. Il y a des douleurs dans le bas du dos de nature et d'intensité différentes, des vomissements, des nausées. Le patient a une pression artérielle élevée et il y a une libération de sang pendant la miction.

Néphroptose

La néphroptose est caractérisée par l'omission ou la migration d'un organe à gauche ou à droite. Les pathologies les plus courantes sont les femmes enceintes ou celles qui suivent souvent un régime. C'est l'étirement des muscles et des ligaments qui soutiennent l'organe interne. Le premier signe de néphroptose est une douleur tirante, douloureuse ou lancinante dans le bas du dos, qui est particulièrement prononcée après un entraînement physique.

Chez les patients présentant des nausées, des vomissements, de la fièvre. Souvent constaté une violation de la chaise, dans laquelle la constipation alterne avec la diarrhée. La néphroptose est caractérisée par un manque d'appétit, une irritabilité, une perte de sommeil. Dans la néphroptose, l'uretère est souvent tordu, ce qui conduit à la stagnation de l'urine et au développement de graves anomalies rénales.

Insuffisance rénale

L'insuffisance rénale se produit dans le contexte d'autres pathologies du corps. Un trait caractéristique de la maladie est une violation claire des fonctions des reins. La pathologie entraîne une perturbation de l'équilibre hydrique et électrolytique, à savoir l'accumulation de substances toxiques dans le corps. Le patient a une miction altérée, la quantité quotidienne d’urine augmente. Signes d'insuffisance rénale:

  • gonflement du visage et des jambes;
  • l'anémie;
  • manque de sensibilité dans les membres inférieurs;
  • sensation de brûlure sur la peau;
  • faiblesse musculaire;
  • hypertension artérielle.

La maladie se caractérise par des troubles dyspeptiques, qui se traduisent par des flatulences, des diarrhées et une violation du tractus gastro-intestinal. Si une violation de la forme chronique est diagnostiquée, pour sauver des vies, il est nécessaire de procéder à une dialyse chaque semaine et de nettoyer les reins à l'aide de solutions médicales.

Polykystique

Le plus souvent, la polykystose est héréditaire. La pathologie survient souvent avec des maladies dans les ovaires. Lorsque polykystiques forme un grand nombre de kystes dans le parenchyme rénal. Observe une douleur sourde dans la colonne lombaire, une sensation de soif et des mictions fréquentes. Si la maladie n'est pas détectée à temps et si son traitement n'est pas pris, la probabilité de survenue d'une insuffisance rénale chronique est élevée. La pathologie provoque souvent des maladies cardiovasculaires et une hypertension artérielle.

Tumeurs du rein

Aujourd'hui, les maladies oncologiques ne sont pas rares et affectent le rein de la femme après l'âge de 40 ans. Les médecins n'ont pas établi la source exacte de cette maladie. Les premiers stades ne se distinguent pas par des signes spéciaux, la pathologie est donc détectée tardivement. Au fil du temps, il y a des signes de cancer:

  • la présence de sang dans l'urine;
  • douleur constante dans les côtés;
  • perte de poids;
  • hypertension artérielle;
  • fièvre
  • fatigue et faiblesse.
Retour à la table des matières

Diagnostics

Si vous ressentez des douleurs aux reins, même intermittentes, vous devez immédiatement consulter un médecin et vous soumettre à un ensemble d’études. Retarder l'enquête entraînerait une exacerbation de maladies et un certain nombre de complications. Tout d'abord, la femme est examinée par un gynécologue, qui lui prescrit les études suivantes:

  • livraison d'urine et de sang pour une analyse générale, qui permettra d'identifier l'infection;
  • diagnostic échographique des organes internes situés dans le bassin.

En l'absence d'anomalies gynécologiques, la femme se rend chez l'urologue. Après cela, il est recommandé de subir une radiographie des organes internes. Si nécessaire, passez ensuite une urographie dans laquelle ils examinent les reins et les organes du système urinaire avec un agent de contraste. En outre, la tomodensitométrie de l'uretère et des reins.

Traitement de la maladie

Thérapie conservatrice

Si vous ressentez les premiers signes d'inflammation des reins, vous devriez consulter un médecin. Si la pathologie n'est pas aggravée, un traitement conservateur est recommandé. Lorsque l'inflammation prescrit des médicaments antibactériens, qui sont sélectionnés individuellement en fonction de l'infection. Si l'infection ne peut pas être déterminée, des médicaments antibactériens à large spectre d'action sont prescrits. Le traitement antibiotique dure environ 14 jours.

Intervention chirurgicale

Si la pathologie n'est pas détectée à temps, des complications et une évolution sévère de la maladie sont possibles. Dans de tels cas, un traitement conservateur peut être inefficace et une intervention chirurgicale est recommandée. En cas de suppuration des reins, une opération d'urgence est réalisée pour prévenir l'infection d'autres organes. Pendant la chirurgie, le chirurgien assure un drainage du bassin du rein, en disséquant les foyers nécrotiques.

L'opération est indiquée dans la formation de kystes ou dans le cas d'un cancer du rein chez la femme.

Après l'opération, on prescrit au patient une diète spéciale et un apport en complexe vitaminique qui aideront à se mettre rapidement en forme et à rétablir la santé. Il est recommandé de prendre des diurétiques afin que l'urine ne stagne pas dans la vessie, n'entrave pas la guérison et que les processus congestifs ne provoquent pas de rechute. Un régime alimentaire spécial, qui exclut les aliments salés, frits et épicés, est un élément important du processus de réadaptation. Il est recommandé au patient de prendre des médicaments contenant du calcium. Sur ordonnance du médecin, les tisanes et les infusions sont autorisées.

Prévention

Pour éviter les problèmes rénaux, les femmes doivent contrôler l'équilibre de l'eau dans le corps et utiliser une quantité suffisante de liquide. Il est recommandé de prendre des décoctions à base de plantes médicinales ayant des effets diurétiques. Il est important de contrôler les aliments, dans le régime alimentaire quotidien doit être en bonne santé et riche en vitamines. Une femme devrait mener une vie active et effectuer des exercices spéciaux.

10 signes que vous avez des reins malades

Les symptômes de la maladie rénale sont généralement à peine visibles et n'apparaissent presque pas avant les derniers stades. Dans la plupart des cas, des symptômes évidents sont un signe que la condition est déjà critique.

Pour vous aider à les reconnaître plus tôt, voici 10 symptômes communs de la maladie rénale que vous ne pouvez jamais ignorer:

1. Changements dans la miction

Un changement soudain et évident de la quantité d'urine ou de la fréquence des mictions est le premier signe d'insuffisance rénale.

2. Dyspnée

L’une des conséquences de la maladie rénale est une accumulation de liquide dans les poumons qui cause un essoufflement.

3. Sang dans l'urine

La présence de sang dans les urines est un symptôme classique de la maladie rénale. Face à lui, consultez immédiatement un médecin.

4. Urine mousseuse

L’urine mousseuse signifie généralement que les protéines sont excrétées de l’organisme sous forme de déchets, ce qui est un signe de maladie rénale.

5. Oedème

Les reins sont responsables de l'élimination des toxines, des scories et de l'excès de liquide du corps. Mais s'ils tombent malades, tout cela s'accumule dans le corps. Un des signes de ceci est des poches, quand le visage, les mains et le visage gonflent.

6. fatigue extrême, anémie et faiblesse

Les reins produisent l'hormone érythropoïétine, qui aide les globules rouges à transporter l'oxygène. Mais avec une maladie, le niveau d'hormones diminue nettement, entraînant une anémie, une sensation de faiblesse et de la fatigue.

7. Vertiges et incapacité à se concentrer

Ces symptômes d'insuffisance rénale s'expliquent par un faible taux d'oxygène dans le cerveau, ce qui entraîne des vertiges, une confusion, etc.

8. hypertension artérielle

L'hypertension dans les maladies rénales survient généralement avec une pression diastolique plus élevée (plus basse).

9. Éruptions cutanées et démangeaisons.

Bien que cela puisse être un symptôme, par exemple, des allergies, des éruptions cutanées apparaissent également en cas de maladie rénale, voire d’insuffisance rénale.

10. Nausées et vomissements

Le dernier symptôme de la maladie rénale, lorsque le corps ne peut plus faire face à un excès de toxines dans le sang, est la nausée et les vomissements.

Important: si vous présentez l'un de ces symptômes, consultez immédiatement votre médecin. L'insuffisance rénale peut avoir des conséquences graves.

Parfois, il peut y avoir des symptômes de maladie rénale, caractéristique d'une seule maladie.

Symptômes de lithiase urinaire

La principale manifestation de la lithiase urinaire est la colique rénale. Il s'agit d'une maladie aiguë, obligeant les patients à consulter immédiatement un médecin. La colique rénale survient à la suite de l'écoulement de calculs du bassin, qui obstruent l'uretère et blessent ses parois. Les voies urinaires commencent à se contracter durement, en essayant d'éliminer l'obstacle. En conséquence, l'écoulement de l'urine est perturbé, les terminaisons nerveuses des parois de l'uretère et du pelvis sont irritées, de sorte que les signes d'insuffisance rénale sont difficiles à confondre avec d'autres maladies:

  • douleur aiguë très sévère dans le caractère spasmodique lombaire;
  • la douleur s'étend de la région lombaire le long de l'uretère jusqu'au bas de l'abdomen, aux organes génitaux (dans le scrotum chez l'homme, dans les grandes lèvres chez la femme) et à la surface interne de la cuisse.

La douleur aux reins est un signe important, mais pas le seul, de la lithiase urinaire: les symptômes de cette maladie s’appliquent également au bien-être général. Au moment de la colique rénale, une personne malade ne peut pas trouver une position confortable, «se précipite» dans son lit ou va d'un coin à l'autre. La douleur peut être très forte et même insupportable, il y a donc un sentiment de peur. Parfois, la température corporelle et la pression artérielle augmentent. Des nausées et même des vomissements peuvent provoquer des vertiges. La quantité d'urine excrétée diminue, la miction augmente. L'urine peut avoir une concentration élevée et du sang. À la fin des coliques néphrétiques, qui peuvent durer plusieurs minutes ou plusieurs heures, se détachent petites pierres et sable.

Maladies inflammatoires (pyélonéphrite)

Divers micro-organismes qui pénètrent dans le sang ou les voies urinaires provoquent une inflammation des reins: les symptômes des maladies inflammatoires ressemblent beaucoup aux signes d'autres maladies infectieuses:

  • fièvre, frissons,
  • mal de tête, fatigue,
  • perte d'appétit.

En règle générale, dans la pyélonéphrite, le rein gauche ou le rein droit font mal, c’est-à-dire que le processus inflammatoire est généralement localisé d’un côté. Mais il peut y avoir une inflammation bilatérale. Dans ce cas, le rein gonfle, son volume augmente, ce qui entraîne un étirement de la capsule rénale. Les terminaisons nerveuses qui s'y trouvent sont blessées, ce qui provoque des douleurs. Une inflammation douloureuse des reins peut avoir une matité indéfinie. Le patient ressent une gêne ou une lourdeur dans le bas du dos. Si une pyélonéphrite est apparue à la suite d'une infection des voies urinaires sous-jacentes, les signes d'insuffisance rénale incluent des mictions fréquentes, accompagnées de picotements et de brûlures.

Symptômes de la glomérulonéphrite

La glomérulonéphrite est une maladie infectieuse allergique à composante auto-immune. Par conséquent, les principaux signes d'insuffisance rénale sont considérés comme les plus importants. Il existe plusieurs formes de glomérulonéphrite, mais presque tout le sang dans l'urine apparaît et, dans la phase aiguë, l'urine peut complètement s'arrêter (anurie). Également avec l'urine, un grand nombre de leucocytes et de protéines est émis. Cette maladie se caractérise par des lésions aux deux reins à la fois.

Lorsque la glomérulonéphrite survient pas seulement des problèmes avec les reins: les symptômes sont accompagnés de troubles métaboliques généraux. L'équilibre hydro-électrolytique change, l'excrétion de liquides et de sels est perturbée et une hypertension artérielle se développe. En raison de la perte importante de protéines dans l'urine, un gonflement massif se produit jusqu'à l'hydropisie (anasarca). Dans ce cas, le liquide peut transpirer dans la cavité abdominale et pleurale, dans le sac péricardique. Dans les cas graves, un œdème pulmonaire et cérébral se développe. Les symptômes locaux, au contraire, sont à peine perceptibles. Les patients peuvent ne pas ressentir de douleur dans le bas du dos ni de modifications de la miction.

L'olithiase, la pyélonéphrite et la glomérulonéphrite sont les maladies rénales les plus courantes. Beaucoup de patients ne savent pas comment se faire mal aux reins: les symptômes sont souvent cachés ou discrets. Par conséquent, vous devez faire attention à tout changement dans les reins ou le bien-être général. En effet, en l'absence de traitement rapide, la plupart des maladies rénales se transforment en formes chroniques, ce qui conduit ensuite à une hémodialyse et à une transplantation rénale.

Insuffisance rénale fréquente chez la femme: symptômes et premiers signes

Afin de diagnostiquer la pathologie à temps et de commencer le traitement, examinons quels sont les premiers signes et symptômes de la maladie rénale chez la femme.

Parfois, pour suspecter une maladie urologique, une seule plainte suffit, mais le plus souvent, après une enquête minutieuse, il s'avère que les plaintes atteignent en réalité 3-4 personnes ou plus.

Chez la femme, les premiers signes d'insuffisance rénale peuvent être prononcés ou, au contraire, de nature latente, et parfois une pathologie n'est détectée que lors d'un examen clinique et urologique, en l'absence de plainte.

Quels sont les symptômes de la maladie rénale devrait alerter la femme et aller voir un médecin

• Douleur dans la région lombaire.
Peut être stupide, aigu, douloureux, constant, parfois, avec ou sans irradiation.

• Violation de la miction.
Mictions fréquentes, avec des signes d'inconfort, coupant au début, au milieu, à la fin, des jets d'urine intermittents.

• Réduire ou augmenter la quantité d’urine excrétée.

• Sang dans les urines.
Le sang est libéré au début, à la fin ou uniformément (hématurie totale).

• l'apparition d'œdèmes, principalement sur le visage
Permanent ou transitoire.

• Augmentation de la pression artérielle, un effet faible du traitement antihypertenseur.

Les signes communs qui accompagnent tout processus inflammatoire dans le corps d'une femme:

• Faiblesse, fatigue.
• Augmentation de la réponse en température.
• Frissons.

Signes auxiliaires de la maladie rénale:

• Nausée, vomissements.
Il est plus fréquent dans les coliques néphroses en raison d'une irritation réflexe des impulsions douloureuses du plexus solaire, mais peut être présent à un stade grave (terminal) d'insuffisance rénale chronique chez une femme.

• Peau sèche, ongles et cheveux cassants.
• Les poches sous les yeux, surtout après le sommeil.
• Prurit.
Caractérisé par une augmentation marquée du taux d'urée et de créatinine dans le sang dans l'insuffisance rénale chronique.

En cas de maladie rénale, un écoulement de l'urètre peut être présent si le processus inflammatoire dans
les voies urinaires supérieures se sont développées de manière ascendante, c’est-à-dire que l’urètre (urétrite) a été infecté initialement, puis la flore microbienne a migré vers les reins à travers la vessie.

Quelles sont les causes du développement de la pathologie des reins

Facteurs contribuant au développement de l'insuffisance rénale chez les femmes:

• hypothermie.
Les vêtements non saisonniers, l'exposition prolongée au froid, le travail associé à une exposition à de basses températures, par exemple par un vendeur dans la rue, provoquent souvent une inflammation des voies urinaires.

• Anomalies congénitales de la structure, de la position des reins.
Double rein, néphroptose (prolapsus du rein), uretère pliée dans un autre vaisseau présentant une déficience urodynamique, rétrécissement du segment pelvien-urétéral.

Les contractions des uretères et de l'urètre sont congénitales et acquises.

• facteur héréditaire.
Bien qu'il ne s'agisse pas d'une maladie héréditaire, mais d'une prédisposition, la probabilité de développer une pathologie rénale chez la femme est accrue si des proches étaient atteints de maladies urologiques ou néphrologiques. En ce qui concerne l'urolithiase, il est connu qu'elle se transmet de génération en génération, sous l'action des facteurs d'élimination.

• Troubles endocriniens avec modifications hormonales.
L'hypothyroïdie affecte le métabolisme du calcium, ce qui contribue au développement de la lithiase urinaire.

• Infections sexuellement transmissibles concomitantes.

La trichomoniase, la gonorrhée, la chlamydia, l'uréeplasmose, la mycoplasmose affectent négativement le fonctionnement du système immunitaire. Si la pathologie n'est pas diagnostiquée à temps et que le traitement n'a pas été effectué, la propagation de l'agent pathogène du vagin dans l'urètre puis dans les reins est tout à fait possible, surtout si la diminution de l'immunité locale et la possibilité de fixer la flore bactérienne secondaire sont prises en compte.

Chirurgies transférées aux organes urinaires, par exemple électroscission du polype urétral.

• grossesse.
Au cours de la grossesse, une femme subit un changement hormonal qui réduit le tonus des voies urinaires. Compte tenu des caractéristiques anatomiques (urètre court et large), de la pression constante de l'utérus en croissance constante sur les uretères, la pyélonéphrite gestationnelle chez la femme enceinte est une complication fréquente de cette période.

• Mauvaise nutrition.
Consommation prolongée de plats épicés et acides épicés, les cornichons conduisent à une formation accrue de cristaux et augmentent l'agressivité de l'urine, en particulier si une femme boit peu de liquide. Un microtraumatisme et une petite défaillance du système immunitaire suffisent pour provoquer un processus inflammatoire aigu.

• Rhumes et rhumes fréquents, amygdalite chronique, caries.
Avec le flux de sang ou de lymphe pathogène pathogène peut pénétrer dans les reins. Cette angine de poitrine est le facteur le plus fréquemment à l'origine du développement de la glomérulonéphrite aiguë chez la femme.

• Les comorbidités sévères qui affaiblissent le système immunitaire et entraînent un affaiblissement de l'état général du corps.
Le diabète sucré au stade des complications, le SIDA, la pathologie tumorale, la chimiothérapie et la radiothérapie jouent un rôle important dans l'apparition de l'infection du tractus urogénital.

• Les situations de stress fréquentes affectent indirectement la défense immunitaire contre les infections, et pas seulement les crises urologiques.

• L’abus de drogues, l’abus d’alcool, le tabagisme n’est pas ajouté à la santé de la femme.
Toutes les substances toxiques présentes dans le corps sont neutralisées dans le foie et excrétées par les intestins et les reins.

Le tabagisme, en plus de la source de toxines, perturbe l'apport sanguin dans tous les organes et systèmes.

Traumatisme urogénital.
Lors d'opérations sur les organes abdominaux, il existe une possibilité de ligature de l'uretère avec le développement d'une pyélonéphrite obstructive aiguë sur fond de violation de l'urodynamique.

• Tuberculose des organes urogénitaux.

Dans la plupart des cas, l’inflammation des reins chez la femme déclenche des microorganismes non spécifiques:

E. coli,
• Pseudomonas aeruginosa,
• protéi
Klebsiella,
• streptocoques.

Urolithiase (DCI) des reins chez la femme

La DCI se caractérise par la formation de calculs dans les reins et est sujette à des rechutes. Le diagnostic est établi sur la base de plaintes et d'un examen clinique en urologie.

Chez certains patients, le processus de formation de calculs dans les reins est asymptomatique. Jusqu'à ce que, en bonne santé, une colique rénale se développe soudainement à la suite d'une erreur d'alimentation ou après une activité physique. Si la pierre a pris une position telle que le passage de l'urine se soit rétablie, la douleur au rein disparaît soudainement, telle qu'elle est apparue.

Symptômes et signes de la lithiase urinaire

Les symptômes dépendent de la taille du calcul, de la localisation et de la présence d’un écoulement adéquat de l’urine.
S'il n'y a pas de violation de l'urodynamique, une femme s'inquiète périodiquement des douleurs dans la région lombaire, de l'inconfort pendant les mictions fréquentes. S'il y a un processus inflammatoire en arrière-plan, il peut y avoir fièvre, faiblesse, fatigue.
On note souvent l'apparition de sang dans les urines (hématurie macroscopique), apparaissant pendant ou après une colique rénale.

À ce stade, effectuez une enquête, spécifiez la taille du calcul, estimez la probabilité de son départ indépendant et prescrivez un traitement.

Si les dimensions du calcul sont impressionnantes, mais qu’il n’existe pas de données pour une inflammation prononcée, il est possible de réaliser une intervention chirurgicale: méthode ouverte (moins courante) utilisant une incision ou une lithotripsie - écrasement de la pierre par ultrasons. Notez que toutes les pierres ne conviennent pas à la lithotripsie par ondes de choc, la densité de formation est ici importante, ce qui est déterminé par la tomodensitométrie et la taille.

Si le processus est compliqué par une inflammation (pyélonéphrite calcique), la mise en place d'un drainage de stent pendant la cystoscopie pour améliorer le passage de l'urine avec la nomination d'un traitement anti-inflammatoire litholytique (avec dissolution) et massive est justifiée. Après arrêt des phénomènes d'inflammation aiguë et de correction de l'insuffisance rénale (le cas échéant), l'opération peut être effectuée.

Chez les femmes, la formation de calculs rénaux peut être unilatérale ou bilatérale.
Retirer une pierre au rein n'est pas une garantie de guérison pour la lithiase urinaire, car une pierre au rein est toujours une conséquence, raison pour laquelle il est important d'établir la cause.

Dans la néphrolithiase corallienne, le traitement conservateur est inefficace.

Traitement conservateur de la lithiase urinaire chez la femme

Le traitement est toujours complexe et comprend l’utilisation des médicaments suivants:

1. Antibiotiques à large spectre (si une évolution empirique est prévue, c'est-à-dire sans déterminer l'agent causal ni la sensibilité à l'agent antibactérien).

Nommé dans des situations d'urgence quand il n'y a pas le temps d'attendre les résultats du semis. Antibiotiques souvent utilisés dans le groupe des lévofloxacines et des céphalosporines (Floratsid, Supraks - solyutab, Ceftriaxone, etc.)

Pour une inflammation sévère des reins, la voie d'administration intraveineuse est préférable.

Les femmes enceintes présentant une inflammation des reins sont le médicament antibactérien de choix pour les médicaments de type pénicilline: Amoxiclav, Flemoxin - Soluteb, etc.

2. Antispasmodiques et analgésiques.

Non-spa, Baralgin, Spazgan, Spazmolgon, le chlorhydrate de Papaverina réduisent non seulement la manifestation de la douleur, mais également soulagent les spasmes de l'uretère, augmentant ainsi le risque d'accroissement du calcul isolé.

L'utilisation d'analgésiques est moins préférable dans la CIM, car un effet toxique sur les reins avec le développement de la néphropathie médicamenteuse ne peut être exclu, bien que parfois la douleur dans la colique rénale soit si forte qu'elle ne soit pas dépourvue d'analgésiques sérieux (Tralam, Tramadol).

3. Moyens contribuant à la dissolution des pierres.

De nombreuses préparations dissolvent les calculs, mais le choix dépend de la composition qualitative du calcul.

Nous listons les plus populaires:

• Blamaren,
• Hortensia,
• déversé,
• Cyston,
• Urolesan,
• Rovatinex,
• Spasmocystinal.

Les herbes qui inhibent efficacement la formation de sel comprennent:

• mi-tombée (Erva laineux),
• teinture de garance,

• racine de rose musquée,
• tige d'or.

Ils suivent des cours pendant 10 jours, avec une pause de 20 jours sur une longue période, pouvant aller jusqu'à 6 mois, après quoi ils effectuent une échographie en dynamique et poursuivent leur phytothérapie ou choisissent un autre moyen de résoudre le problème.

S'il n'y a pas de données pour un processus inflammatoire prononcé, mais qu'une prévention prophylactique du développement de l'inflammation soit nécessaire (par exemple, avec une endoprothèse vasculaire - drainage rénal due à un DCI), la réception d'uroseptiques est justifiée:
Ceux-ci comprennent:

Palin, Furomag, 5-NOK, Nitroxolin, Furadonin, etc.

5. signifie normaliser le métabolisme dans la lithiase urinaire.

La tâche de ces médicaments est de normaliser l’acidité de l’urine.

Des taux élevés d'acide urique réduiront l'allopurinol, sans traitement, le risque de développer une goutte et une néphrite goutteuse est élevé.

Les vitamines B1 et B6 sont utilisées pour la prévention de l'oxalate, une synthèse accrue de l'oxalate de calcium neutralisée par l'oxyde de magnésium.

De plus, les vitamines A et E, qui stabilisent la fonction des membranes cellulaires et ont un effet antioxydant.

Lorsque le métabolisme du calcium et du phosphore est altéré, les diphosphonates sont considérés comme raisonnables. Le cours et la dose sont déterminés individuellement.

Si l'urine contient beaucoup de calcium, alors prescrivez un hypothiazide sous le couvert de médicaments contenant du potassium (Panangin, Potassium Orotate).

• UAC, OAM.
• Semer l'urine sur l'agent pathogène et la sensibilité aux antibiotiques.
• test de Nechiporenko.
• Urée, créatinine, acide urique.
• hormones thyroïdiennes.
• La composition en sel de la pierre (si possible).
• Diagnostic de la tuberculose du système urogénital (test de diaskine, test de Mantoux, PCR - analyse du bacille tuberculeux).
• Urine sur cristallurie.

• Examen et urographie excrétrice.
• Échographie des reins.
• tomographie par ordinateur.

Pyélonéphrite chez les femmes

Macrodrug: le rein modifié sur fond de pyélonéphrite

L'inflammation du rein sur le fond de l'infection non spécifique avec la microflore pathogène s'appelle la pyélonéphrite.

Il existe des processus aigus et chroniques par étapes, en raison de la survenue de manifestations primaires et secondaires (dans le contexte de n'importe quelle raison: CIM, néphroptose, rétrécissement, etc.), bilatérales ou unilatérales.

Modes de transmission: ascendant, hématogène, lymphogène.

Les manifestations cliniques dépendent directement du stade, mais parfois l'inflammation est latente.

La pyélonéphrite aiguë se caractérise par des plaintes de douleur aiguë dans la région lombaire d'un ou des deux côtés, des troubles dysuriques, une augmentation de la température corporelle jusqu'à 38-39 ° C et des frissons.
Cette affection nécessite une demande immédiate d'assistance médicale dès l'apparition des premiers signes de pyélonéphrite chez une femme. Dans le cas contraire, des complications peuvent survenir:

• pyélonéphrite purulente aiguë,
Pyélonéphrite apostématique,

• rein de carbuncle,
• pyonéphrose,
• transformation hydronéphrotique des reins (hydronéphrose),
• urosepsie.

Le traitement des formes simples d’inflammation rénale chez la femme est conservateur.

Préparations pour le traitement des stades aigu et aigu:

• Antibiotiques et uroseptiques.
• antispasmodiques.
• Phytopreparations et diurétiques à base de plantes.
• antipyrétiques.
• Immunomodulateurs.
• drogues de désintoxication.
• multivitamines.
• Thérapie diététique.

La pyélonéphrite chronique en rémission ne nécessite pas d'antibiotique. Les cours de 10 à 12 jours au printemps et à l'automne (l'exacerbation saisonnière étant caractéristique de la pyélonéphrite) sont des prescriptions d'uroseptiques et de diurétiques des plantes.

Le régime alimentaire pour la pyélonéphrite chronique doit être maintenu à tout moment.

Plus la maladie rechute souvent, moins il y a d'unités de fonctionnement du rein, les néphrons, et plus le risque d'insuffisance rénale chronique est grand.

Lorsque vous vous joignez à des complications, effectuez une opération chirurgicale - néphrostomie avec décapsulation du rein, pyonephrose, lorsque le rein est un sac de pus, il subit une néphrectomie (ablation du rein).

La pyélonéphrite primitive et la formation ultérieure de calculs ou encore, au contraire, l'urolithiase se compliquent du fait de l'apparition d'une inflammation des reins.

• OAM, testez Nechiporenko.
• UCK.
Biochimie sanguine.
• test de Zimnitsky.
• Semez de l'urine sur la flore et la sensibilité aux antibiotiques.

• échographie rénale,
• Examen et urographie excrétrice.
• Parfois - renographie par radio-isotopes.

Hydronéphrose

La transformation hydronéphrotique du rein se développe en tant que complication de toute pathologie urologique, ce qui a entraîné une diminution de la sortie de l'urine.

Le traitement conservateur est inefficace sans restauration de l'urodynamique, en particulier aux stades avancés du processus.

Les médicaments sont prescrits pour l'hydronéphrose, plutôt pour soulager l'inflammation (antibiotiques, uroseptiques, plantes médicinales).

Appliquez soit un traitement chirurgical pour éliminer la cause, soit installez un cathéter pour éviter les obstacles à l'écoulement de l'urine.

Le plus souvent, l'hydronéphrose rénale est provoquée par des rétrécissements du segment pelvico-urétéral, des uretères, des tumeurs, des adhérences, une fibrose, une pierre de blocage.

Complications: rides rénales secondaires, hypoplasie, insuffisance rénale chronique.

• OAM, UAC - signes d'inflammation.

Augmentation de la taille des reins, dilatation de l'uretère, réduction de la fonction rénale

• Examen et urographie excrétrice.

Une forte expansion des cavités internes du rein, une augmentation de sa taille, des signes de violation de l'écoulement de l'urine

• Échographie des reins.

Néphroptose ou prolapsus rénal chez la femme

Le rein n'a pas d'appareil ligamentaire et repose sur un coussinet adipeux.
Il existe des néphroptoses congénitales (anomalie de la position du rein dès la naissance, version extrême de la dystopie - pelvienne, dans laquelle le rein se situe dans le pelvis).

Les facteurs provocants comprennent une forte diminution du poids corporel et de la musculation.

Signes de néphroptose chez les femmes

Stade néphroptose comme la progression de l'omission.

Les douleurs tiraillantes sur le côté d'un rein dystopique, selon l'endroit, peuvent se situer dans la région lombaire, dans l'abdomen. Après avoir adopté une position horizontale, la douleur est réduite.

Les troubles dysuriques sont présents dans 25% des cas.

La complication est souvent une cristallurie et une augmentation de la pression artérielle. Si des troubles urodynamiques sont présents pendant une longue période, une pyélonéphrite chronique est ajoutée.

Les symptômes communs incluent la faiblesse, la fièvre aux nombres subfébriles.

Le traitement conservateur vise à prévenir les infections secondaires, à soulager les spasmes et à améliorer le débit urinaire:

• antibiotiques et uroseptiques selon les indications,
• antispasmodiques,
• préparations à base de plantes.

Avec une légère omission du corps, si vous prenez du poids, il est possible que le rein se soulève.

Avec une descente du rein prononcée, les femmes pratiquent une néphropexie (fixation du rein avec leur propre lambeau).
Une telle opération réduit le risque de développer une pyélonéphrite, une hypertension persistante et une inflammation des reins pendant la grossesse.

Il est conseillé aux femmes de limiter la levée de poids à 4 kg, en portant un dispositif spécial pour la fixation des organes internes - un bandage médical dont la taille est choisie individuellement.

• OAK, OAM,
• Examen et urographie excrétrice.
• Échographie des reins avec doppler en position debout et couchée.

Insuffisance rénale chronique (CRF) chez les femmes

L'étape ESRD est déterminée par le taux de filtration glomérulaire

L'insuffisance rénale chronique est une complication résultant de la progression de toute pathologie rénale (primaire ou secondaire) associée à la perte de tissu fonctionnel et à l'entrée de produits métaboliques toxiques dans le sang.

L'insuffisance rénale chronique n'est pas la forme nosologique de la maladie, c'est un syndrome (combinaison de symptômes). La CRF est définie comme une atteinte rénale ou une altération de la capacité fonctionnelle pendant 3 mois ou plus, quel que soit le diagnostic.

Lorsqu’on interroge une femme chez qui on soupçonne une MRC, une insuffisance rénale chronique est détectée dans près de 85% des cas, tandis que dans d’autres, les antécédents urologiques et néphrologiques ne sont pas surchargés.

L'insuffisance rénale chronique chez les femmes entraîne:

• néphropathie sur le fond de l'hypertension artérielle,
• rétrécissement de l'artère rénale,
• glomérulonéphrite,
• jade,
• hydronéphrose,
• lithiase urinaire,
• processus obstructifs
• pyélonéphrite,
• perte de la fonction rénale dans les maladies systémiques,
• néphropathie sur fond de diabète sucré,
• la goutte
• l'amylose,

• maladie rénale congénitale (maladie polykystique des reins, hypoplasie des reins),

• un certain nombre de syndromes génétiques, etc.

L'aspect clinique de l'IRC aux stades précoces peut être absent. Par conséquent, les taux de créatinine et d'urée dans le sang sont évalués en cas de doute. Aux derniers stades du patient, on peut observer des symptômes d'insuffisance rénale chronique: changement de la peau, démangeaisons, traces de grattage, odeur d'acétone par la bouche.

L'urine est excrétée en grande quantité, principalement la nuit, et au stade final, au contraire, la diurèse diurne est fortement réduite ou l'urine est totalement absente.

En outre, on note des pertes de mémoire, des troubles du sommeil, une perte de capacité de concentration, une paresthésie, des douleurs aux articulations, à l'estomac, l'absence de menstruations, une augmentation de la glycémie, une insuffisance ventriculaire gauche, un œdème marqué, etc.

Au stade initial, la maladie est réversible, à condition que la cause soit identifiée et éliminée et qu'un traitement adéquat soit mis en œuvre.

Le taux de créatinine dans le sang est ajusté en fonction d'un régime alimentaire comprenant une quantité limitée de produits à base de sel et de protéines, de préparations à base de plantes (Lespeflan, Lespenephril, Canephron) et d'adsorbants (Polysorb, Polifan).

Un traitement symptomatique est effectué en présence de signes d'hypertension - médicaments antihypertenseurs, anémie - contenant du fer, etc.

Dans les étapes ultérieures, la question est posée de procéder à une hémodialyse programmatique (purification matérielle du sang de toxines) et à une éventuelle greffe de rein.

Au début, la tâche principale du traitement de la CRF est de prolonger la période précédant l’hémodialyse et de préserver la capacité fonctionnelle des reins chez la femme.

Mesures de diagnostic de l'insuffisance rénale chronique chez les femmes

Le diagnostic différentiel est réalisé avec insuffisance rénale aiguë, glomérulonéphrite progressive.

Au tout début, la priorité est donnée au diagnostic de laboratoire:

• En OAM, un signe précoce de CRF est une réduction de la densité et de la présence de protéines (isohyposténurie).
• En UAC - diminution de l'hémoglobine.
• Dans les paramètres biochimiques - augmentation des taux de créatinine, augmentation du cholestérol.
• Dans l'échantillon de Zemnitsky, la densité spécifique de l'urine est toujours faible.
Protéinurie quotidienne - présence de protéines dans les urines.
• Taux de filtration glomérulaire réduit.

À l’échographie - en réduisant parfois la taille des reins - en identifiant la cause de la CRF, l’écho peut être réduit ou normal.

L’insuffisance rénale étant associée à de nombreuses raisons, le choix des méthodes de diagnostic instrumental implique un moyen de confirmer ou de réfuter une certaine pathologie.

En cas de suspicion d'obstruction des voies urinaires - pyélographie rétrograde, tumeur - IRM pour déterminer si le processus est bénin ou malin, artériographie - si une artère rénale est suspectée, etc.

Renographie par radio-isotopes: libération retardée d'un radio-isotope, aplatissement de la courbe. Si la perméabilité des artères rénales est altérée - une diminution de la courbe de la phase vasculaire, avec obstruction -, la courbe ne diminue pas pendant la phase d'excrétion.

Glomérulonéphrite chez les femmes

La glomérulonéphrite est une maladie rénale d'origine immunologique. La raison en est le streptocoque hémolytique du groupe A (le plus souvent, les femmes tombent malades après avoir souffert d'un mal de gorge et d'une exacerbation d'une amygdalite chronique). La pathologie recouvre les glomérules rénaux à 80%, le reste tombe aux tubules et au tissu interstitiel.

La clinique de la glomérulonéphrite combine un syndrome œdémateux, urinaire et hypertensif.
La forme auto-immune de la glomérulonéphrite est causée par l'action d'auto-anticorps dirigés contre ses propres reins. Les complexes immuns s'installent donc dans les capillaires des glomérules rénaux.
En raison de la détérioration de l'apport sanguin, une congestion se développe avec l'accumulation de liquide, de sel et de toxines, le système de l'angiotensine est perturbé et la pression artérielle augmente.

Le résultat final du processus pathologique sera le développement d'une insuffisance rénale chronique.

Signes de glomérulonéphrite aiguë

• Réduire la quantité d'urine produite le premier jour, remplacée par une augmentation de la diurèse. La proportion d'urine est réduite. La miction augmente la nuit (nycturie).

• l'apparition d'œdèmes, principalement sur le visage.
• Augmentation de la pression artérielle.
• Augmentation de la réponse en température.
• faiblesse.
• Douleur dans la région lombaire.
• Sang dans les urines.

Dans 85% des cas, il est déterminé par l'examen d'urine (microhématurie). L'hématurie macroscopique est caractéristique de la forme hématurique de la glomérulonéphrite chez la femme. L'urine, dans ce cas, prend la forme de slops de viande.

La glomérulonéphrite aiguë chez la femme peut survenir en 2 variantes: typique et latente.

Danger latent de la possibilité de transition vers la forme chronique.

Avec un traitement approprié, le rétablissement est possible après 2-3 mois.

• MAMA - macro ou microhématurie, cylindres protéiques, granulaires et hyalins dans l'urine.
Réduction de la densité de l'urine en combinaison avec la capacité de filtration des reins (confirmée par l'étude de la clairance de la créatinine endogène).

• L’échantillon de Zimnitsky montre une diminution de la diurèse quotidienne.

• UAC - leucocytose et ESR accélérée.
Biochimie: augmentation de la créatinine, de l'urée sanguine, augmentation de l'azote résiduel.
Titres augmentés AST et ASL - O.

Macrodrug: dommages aux reins dans la glomérulonéphrite

• Échographie Doppler.
Dans les cas douteux, effectuez une biopsie avec l’étude ultérieure de la morphologie.

Traitement de la glomérulonéphrite aiguë chez les femmes

La glomérulonéphrite aiguë chez les femmes est une indication de l'hospitalisation d'un hôpital non physiologique ou thérapeutique.

La thérapie complexe est effectuée, les médicaments suivants sont inclus dans le schéma:

• Antibiotiques sensibles au streptocoque B - hémolytique du groupe A (pénicilline).
• Immunomodulateurs hormonaux et non hormonaux.
• AINS
• Décongestionnants.
• antihypertenseurs.

La liste des médicaments pour la glomérulonéphrite chronique est similaire, le néphrologue sélectionne la posologie et la durée individuellement.

Que chercher

Les régimes amaigrissants constituent un élément important du traitement combiné de l'insuffisance rénale chez les femmes.

La nutrition des patients urologiques et néphrologiques est quelque peu différente, vous pouvez trouver ici plus d’informations sur ce sujet.

Les symptômes de la maladie rénale chez les femmes

Les reins sont l'un des principaux organes impliqués dans la régulation de l'homéostasie chimique (l'environnement interne permanent du corps). Ils font partie du système urinaire humain, ont une taille d'environ 10-11 cm de long et ont la forme d'un haricot. Le poids d’un rein chez une femme peut atteindre 180-200 g, tandis que le rein du côté gauche peut être de plusieurs millimètres plus grand que le rein du côté droit. La partie principale du rein est son parenchyme, qui soutient l'équilibre hydrique et électrolytique nécessaire. L'accumulation d'urine se produit avec l'aide des cupules rénales et l'élimination, avec l'aide du bassin, qui tombe dans l'uretère, qui se connecte à la vessie. À l'extérieur, la capsule rénale est recouverte d'un film fibreux sans signification fonctionnelle. Dans cet article, vous en apprendrez davantage sur les symptômes de la maladie rénale chez la femme.

Les symptômes de la maladie rénale chez les femmes

Les maladies rénales chez les femmes peuvent être associées à des lésions de l’une quelconque de ses parties. Chacune des pathologies présente des symptômes spécifiques que les femmes doivent connaître qui présentent un risque de maladies du système urinaire. Il comprend les femmes à immunité réduite, obésité, souffrant de diverses dépendances. Le groupe à risque accru de maladie de l'artère rénale, en raison de laquelle les organes sanguins sont approvisionnés en sang, comprend les femmes atteintes de troubles physiques ou physiques et de maladies endocriniennes et vasculaires.

Causes possibles

L'insuffisance rénale est l'une des causes les plus courantes de douleur sourde et douloureuse dans le bas du dos chez les femmes. Les sensations douloureuses peuvent être accompagnées de troubles dysuriques (troubles urinaires), de fièvre, de coliques néphrétiques, d'une détérioration générale du bien-être et d'une faiblesse. En cas de maladies infectieuses des reins, par exemple la pyélonéphrite, le syndrome douloureux peut être flou et s'accompagner de signes de cystite ou d'uréthrite: mictions fréquentes et douloureuses, sédimentation ou apparition de veines tachées de sang dans le liquide urinaire, turbidité urinaire.

Selon les statistiques des médecins, 4,5% de la population féminine de Russie souffre de problèmes rénaux.

Avec les kystes et les tumeurs malignes du rein, une femme peut sentir un joint d'étanchéité dans la zone de projection des reins, ce qui peut être indolore au début, mais au fur et à mesure que la maladie progresse, le syndrome douloureux prend une intensité modérée ou élevée. Le même tableau clinique peut être observé en cas de prolapsus rénal (rein errant) ou de dysplasie polykystique.

Les causes de l'un de ces symptômes, si elles sont associées à une insuffisance rénale, peuvent être:

  • pyélonéphrite (y compris les formes rares - pyélonéphrite xanthogranulomateuse et emphysémateuse);
  • glomérulonéphrite;
  • maladie polykystique des reins;
  • prolapsus rénal (rein omis ou errant);
  • néphrosclérose;
  • carcinome à cellules rénales.

Si une femme s'inquiète de douleurs aiguës dans le bas du dos, accompagnées de fièvre, de fortes fièvres et de troubles de la miction, consultez immédiatement un médecin, car de tels signes peuvent être des symptômes de pyonéphrose - une inflammation purulente des reins. Il est nécessaire de consulter un médecin si une femme s’inquiète de douleurs dorsales régulières d’intensité variable, ainsi que du syndrome de l’œdème ou des troubles dysuriques.

Pour les problèmes rénaux, le gonflement sera égal dans tout le corps.

Maladie rénale polykystique

La prévalence de cette maladie chez les femmes en âge de procréer est d'environ 17%. La polykystose rénale est caractérisée par une dysplasie du parenchyme rénal et par la formation à sa surface de croissances kystiques uniques ou multiples. Le plus grand nombre de patients avec ce diagnostic appartient à la catégorie d'âge moyen (de 30 à 45 ans), bien que diverses formes de dysplasie rénale puissent être détectées chez les filles de 2 à 10 ans. La maladie polykystique a un caractère génétique et est associée à une synthèse altérée de certaines protéines, par exemple la fibrocystine.

Pathologie héréditaire menant à la formation de kystes rénaux

Fait! Environ 90% des lésions polykystiques des reins sont des formes héréditaires.

Les symptômes

La maladie polykystique des reins peut être asymptomatique pendant plusieurs années. Le plus souvent, les femmes ne remarquent aucun symptôme alors que les kystes sont petits et dans un état non inflammatoire. À mesure que les formations se développent, des signes spécifiques apparaissent, par exemple:

  • douleur aiguë, coupante ou lancinante dans la région lombaire du processus pathologique;
  • diminution de la diurèse quotidienne;
  • détérioration du bien-être général;
  • maux de tête;
  • sensation de compression et de propagation dans les reins;
  • consolidation douloureuse à l'emplacement du rein affecté.

La douleur pendant la miction avec une maladie polykystique des reins est généralement absente. La température corporelle augmente avec l'inflammation du kyste ou remplit sa cavité de contenu purulent.

C'est important! Il existe des cas où le poids d’un rein polykystique atteint 20 à 30 kg. Si vous décelez des symptômes évocateurs d’une maladie du rein (même avec un parcours flou), vous devez immédiatement consulter un médecin.

Traitement

De grande importance dans le traitement de la maladie polykystique des reins a un mode de vie de correction. Une femme doit limiter sa consommation de sel de table, de boissons contenant de la caféine et d’aliments (en particulier de chocolat, de cacao et de glaçage à confiserie), d’aliments gras qui augmentent le taux de cholestérol dans le sang. La quantité de protéines dans le régime est également réduite, car des quantités excessives peuvent provoquer une hypertension artérielle et une protéinurie. Les patients atteints de reins polykystiques n'ont pas le droit de prendre des hormones, de l'alcool ou de fumer.

Indications et contre-indications pour l'hémodialyse

Une tâche importante dans le traitement complexe de la polykystose rénale consiste à maintenir une pression artérielle normale. Pour ce faire, appliquez des antihypertenseurs (Dopegit, Nifedipine, Methyldopa). Si nécessaire, on prescrit une hémodialyse au traitement de remplacement. Dans les cas graves, il peut être nécessaire de prélever un rein.

Néphrosclérose

La néphrosclérose est une maladie grave des reins, couramment appelée «rein ratatiné». Cette pathologie a été nommée parce que le rein dans la néphrosclérose est réduit en taille et que sa surface devient racornie et inégale en raison du remplacement du tissu parenchymal par des fibres conjonctives. Les causes de la maladie chez les femmes peuvent être multiples:

  • hypertension artérielle stable;
  • l'athérosclérose des artères rénales, à travers laquelle le sang circule vers les cellules de l'organe;
  • maladies du système rénal (pyélonéphrite, glomérulonéphrite);
  • le diabète;
  • certaines infections graves, telles que la syphilis ou la tuberculose.

Pour diagnostiquer la néphrosclérose, il est nécessaire de se soumettre à un certain nombre de procédures de diagnostic: échographie et radiographie des organes abdominaux, angiographie des vaisseaux sanguins, IRM et scanner à l'aide d'agents de contraste. Le diagnostic primaire comprend les tests de laboratoire sur l'urine et le sang. Pour qu'un médecin puisse prescrire correctement les examens nécessaires, il est important de décrire en détail les plaintes et les symptômes existants.

Les symptômes

L'un des principaux signes de la néphrosclérose est une douleur persistante dans le dos, localisée non seulement dans la région du rein affecté, mais pouvant également présenter un zona ou un renversement de la nature. Les douleurs peuvent être remplacées par des sensations de traction, des picotements. Dans les cas graves, des douleurs de type coupure ou poignard sont possibles, avec une localisation précise du côté du processus pathologique. Un symptôme typique de cette pathologie est également une augmentation de la pression: pendant les périodes de crise néphroscléreuse, les lectures du tonomètre peuvent atteindre 160/110 et même plus.

Rein avec néphrosclérose

Les femmes peuvent également présenter un complexe symptomatique de troubles dysuriques, qui comprend généralement les troubles suivants:

  • vidange incomplète de la vessie;
  • douleur en urinant;
  • urine involontaire.

Le tableau présente les autres manifestations et formes de dysurie caractéristiques de la néphrosclérose.

Tableau 1. Dysurie pour la néphrosclérose

Dans les études de laboratoire sur les urines, vous pouvez identifier différentes formes de protéinurie (détection de protéines ou de traces dans les urines), ainsi qu’une faible proportion de liquide urinaire.

Traitement

Le traitement conservateur de la néphrosclérose est inefficace. Par conséquent, lors de la confirmation de ce diagnostic, une femme subira une néphrectomie - une opération destinée à retirer le rein affecté ou une partie de celui-ci. La période de récupération dépend de la méthode choisie, de l'état du système immunitaire, de l'âge du patient et d'autres facteurs et peut aller de 2 à 8 semaines.

Selon le stade de la maladie, une partie du rein peut être retirée (néphrectomie partielle) ou le rein entier (néphrectomie simple)

Pyonéphrose

Maladie grave, dans la plupart des cas, une complication d'un traitement inapproprié ou différé de la pyélonéphrite chronique. Si l'inflammation rénale a atteint le stade terminal, la cavité rénale est remplie de pus, d'urine et d'éléments nécrotiques de l'organe.

Fusion purulente du tissu rénal avec la formation d'un abcès

Un liquide inflammatoire (exsudat) s'accumule dans les parois du bassinet du rein, ce qui entraîne une hyperhémie et des poches. Si la pyonéphrose n'est pas diagnostiquée à temps, ou si la patiente refuse le traitement qui lui est proposé, le contenu purulent de la cellulose péri-rénale peut être percé, entraînant une infection du sang et le développement d'une septicémie urogénitale.

Les symptômes

La maladie dans le cycle aigu présente des symptômes prononcés et spécifiques, ce qui permet au médecin de suspecter rapidement un éventuel processus destructeur purulent et de prescrire le bon ensemble de diagnostics primaires. La plainte principale avec laquelle les femmes viennent à la réception chez l'urologue est la douleur dans la région lombaire. Son caractère peut être différent, mais dans la plupart des cas, les patients décrivent la douleur comme une douleur sourde et douloureuse d'intensité moyenne ou élevée. Ces douleurs peuvent augmenter avec un effort physique intense, une hypothermie, un séjour prolongé dans une position.

Échographie du rein avec pyonephrose

Si la maladie est aiguë, le patient présentera des manifestations prononcées d'intoxication purulente: mal de tête grave, forte fièvre, transpiration excessive, frissons, fièvre. Les autres symptômes caractéristiques de la pyonephrose comprennent:

  • une augmentation de l'inflammation du rein et de sa mobilité limitée, qui est déterminée par la palpation;
  • turbidité de l'urine avec précipitation sous forme de flocons denses;
  • la formation de sédiments purulents au fond de la cuve avec de l'urine;
  • peau pâle;
  • asthénie sévère (fatigue et fatigue rapide).

Le nombre d'érythrocytes augmente dans toutes les formes et à tous les stades de la pyonephrose dans les urines.

Traitement

Le traitement de la pyonephrose est toujours chirurgical. Si une femme se rend trop tard à l'hôpital, la néphrostomie est utilisée avant l'opération: un cathéter est placé à travers la peau pour créer un moyen artificiel d'éliminer l'urine d'un rein enflammé. L'installation de la néphrostomie est réalisée à l'aide d'une ponction sous-cutanée sous contrôle des rayons X ou des ultrasons.

Tube de néphrostomie dans le bassinet du rein

Pyélonéphrite

Il s'agit de l'insuffisance rénale la plus répandue chez les femmes, qui peut survenir à tout âge. Le plus souvent, les femmes âgées de 20 à 45 ans souffrent de pyélonéphrite. Le processus inflammatoire primaire dans les tubules rénaux a presque toujours une évolution aiguë et, en l'absence de traitement opportun, il devient chronique. Dans 67% des cas, la maladie est de nature bactérienne et est causée par une bactérie du groupe des staphylocoques, Escherichia coli et Pseudomonas aeruginosa. Ceci explique la possibilité de prescrire des antibiotiques à large spectre et des agents antimicrobiens pour traiter diverses formes de pyélonéphrite.

Inflammation rénale - Pyélonéphrite

Les autres organes du système urogénital sont la principale source d’infection rénale: la vessie, l’urètre (urètre) et les uretères. Lorsque des bactéries infectées par le virus hématogène pénètrent dans les reins par le sang provenant d'autres foyers, il peut s'agir de maux de dents, d'estomac, d'intestins et d'autres organes internes.

Les symptômes de la pyélonéphrite étant très variés, vous ne devez pas essayer de vous diagnostiquer vous-même, même si la maladie ne survient pas pour la première fois. Les signes typiques d'inflammation rénale sont:

  • douleur paroxystique dans la région lombaire, principalement due au processus inflammatoire (en l'absence de blocage avec les calculs et les oxalates);
  • syndrome d'intoxication (manque d'appétit, faiblesse, mal de tête, fièvre, fièvre);
  • violation de l'excrétion de l'urine et trouble de la diurèse (observée dans la pyélonéphrite, compliquée d'une inflammation de la vessie ou de l'urètre).

Chez les femmes âgées, la douleur peut être floue et localisée dans le bas de l'abdomen et non dans le dos. Le même tableau clinique est typique pour les filles âgées de 5 à 12 ans. Par conséquent, en cas de douleurs abdominales, une échographie des reins et de la vessie est réalisée pour tous les enfants.

Formes rares d'inflammation rénale

L’une des formes les plus rares de pyélonéphrite chez les femmes est l’inflammation emphysémateuse (purulente). Il se développe lorsqu'un rein est infecté par une bactérie qui décompose le glucose en bulles de dioxyde de carbone et d'acide. La maladie se manifeste par des symptômes aigus et le traitement est toujours effectué en milieu hospitalier et nécessite souvent l’utilisation de méthodes chirurgicales (il n’est pas possible d’effectuer un traitement préservant les organes dans tous les cas).

Les symptômes de la pyélonéphrite emphysémateuse comprennent:

  • une forte augmentation de la température jusqu'à 40 ° dans le contexte d'une augmentation rapide du syndrome d'intoxication (fièvre, tremblement dans le corps, transpiration, maux de tête, nausée);
  • augmentation du rythme cardiaque;
  • vomissements indomptables;
  • stimulation motrice;
  • douleur intense dans le bas du dos;
  • muqueuses sèches de la bouche;
  • faiblesse musculaire et douleurs articulaires.

Dans certains cas, la douleur en cas d’inflammation emphysémateuse des reins peut être si intense qu’une femme est hospitalisée dans un état de douleur profonde et de choc toxique.

Une autre forme rare de pyélonéphrite est l'inflammation xanthogranulomateuse, dans laquelle un grand nombre de microphages et de lymphocytes s'accumulent dans le parenchyme rénal. Le traitement de la maladie est compliqué par la difficulté du diagnostic, car même avec la présence d'un équipement moderne, la pyélonéphrite xanthogranulomateuse est très difficile à différencier du cancer du rein.

Traitement de la pyélonéphrite

Les antibiotiques sont à la base du traitement conservateur du processus inflammatoire dans les reins. Les patients atteints de pyélonéphrite chronique doivent savoir que seuls les schémas thérapeutiques combinés sont efficaces pour traiter cette pathologie lorsque plusieurs médicaments antibactériens sont utilisés pour le traitement. Le plus souvent, ce sont des combinaisons de fluoroquinolones avec des pénicillines ou des céphalosporines semi-synthétiques. Dans certains cas, l'association d'aminoglycosides et de pénicillines devient efficace, mais il est conseillé de prescrire un tel schéma thérapeutique uniquement après la culture bactérienne et la détermination du type d'agent pathogène.

Les médicaments doivent être prescrits par un médecin.

En tant que méthodes auxiliaires, le cathétérisme rénal est utilisé pour normaliser l'écoulement de l'urine, stimuler la gymnastique rénale avec du Furosémide ou du Lasix, ainsi que pour la correction de médicaments visant à augmenter la défense anti-oxydante du corps.

Carcinome à cellules rénales (cancer du rein)

Il s'agit d'une maladie rénale grave caractérisée par la formation d'une tumeur maligne épithéliale dans la structure parenchymateuse de l'organe. Chez les femmes, le cancer du rein est 2 fois moins fréquent que chez les hommes; toutefois, l'incidence de cette pathologie est assez élevée et le pronostic de survie après confirmation du diagnostic est défavorable. Les principaux facteurs contribuant aux processus malins dans les reins sont:

  • maladie rénale chronique (maladie polykystique, dysplasie du tissu rénal parenchymal, insuffisance rénale chronique, pyélonéphrite);
  • surpoids;
  • tabagisme et dépendance à l'alcool;
  • ablation chirurgicale de l'utérus dans l'histoire.

Stades du cancer du rein

Un ensemble standard de mesures de diagnostic est utilisé pour diagnostiquer le cancer du rein: résonance magnétique ou tomodensitométrie, échographie et examen histologique de matériel biologique. La radiographie du cancer du rein suspect est réalisée à l'aide d'un agent de contraste (urographie intraveineuse).

Les symptômes

Le principal danger du carcinome à cellules rénales est l’absence de signes spécifiques permettant de suspecter une pathologie à un stade précoce. Les symptômes sévères apparaissent généralement après le début du processus de métastase. Par conséquent, les femmes doivent surveiller de près tout changement dans leur santé et leur bien-être et consulter un médecin même avec une légère détérioration.

Les manifestations du cancer du rein à 2-3 degrés comprennent:

  • augmentation régulière de la température corporelle et des paramètres basaux jusqu'à 37,2 ° -37,3 °;
  • l'apparition de sang dans l'urine;
  • anémie grave associée à une perte de sang permanente (si la femme ne se rend pas à l'hôpital immédiatement après avoir identifié les premiers signes d'hématurie);
  • douleur modérée dans le bas du dos due au processus pathologique;
  • augmentation de la pression artérielle;
  • sceller dans la projection du rein touché (trouvé à la palpation).

Le sang dans les urines dans une langue professionnelle est appelé hématurie.

Une femme peut également remarquer des symptômes cliniques généraux caractéristiques de tous les types de cancer: perte de poids, manque d’appétit, fatigue chronique et diminution progressive de la capacité de travail.

Rein laissé tomber

Le prolapsus rénal est une pathologie assez rare, qui se traduit par une mobilité anormale de l'organe. Le déplacement du rein est observé principalement chez les femmes, les néphrologues estimant que le principal facteur étiologique est l'affaiblissement des muscles abdominaux et du jour du bassin résultant de nombreuses grossesses. Le groupe à risque principal comprend principalement des femmes ayant déjà eu trois grossesses au moins, ainsi que des patientes ayant perdu beaucoup de poids en peu de temps.

Les autres causes possibles de prolapsus rénal incluent également:

  • blessures et contusions au bas du dos;
  • constipation chronique nécessitant des efforts pendant les selles;
  • porter quotidiennement des poids (par exemple, des colis lourds en magasin);
  • l'asthme bronchique, la coqueluche et d'autres maladies accompagnées d'épisodes de toux sèche sévère.

L'omission du rein droit chez la femme est observée 8 fois plus souvent que celle du gauche.

C'est important! Si une femme tarde à demander de l'aide médicale, des complications graves peuvent se développer: pincement du rein ou hydropisie de l'organe.

Les symptômes

Un rein omis (vagabond) peut passer inaperçu pendant longtemps. Une femme peut être dérangée par une douleur modérée dans la région lombaire, l'articulation iliaque ou l'hypochondre. Beaucoup de gens attribuent cette douleur au stress physique ou à la fatigue, aussi la plupart des femmes consultent-elles leur médecin déjà au stade où le déplacement atteint plusieurs centimètres. Les signes distinctifs de la pathologie à ce stade seront les symptômes suivants:

  • la disparition de la douleur en décubitus dorsal;
  • détection d'une formation épaissie et extrêmement douloureuse sous le bord inférieur des côtes;
  • sons mats avec percussion (tapotement);
  • irritabilité et tempérament.

Les lésions nerveuses causées par le déplacement du rein, qui les serre, peuvent provoquer l'apparition d'un syndrome hystérique, qui, associé à des sensations douloureuses, devrait être la raison de l'examen diagnostique.

Le traitement de la pathologie implique l’utilisation de bandes de fixation spéciales et la prise de médicaments symptomatiques. En l'absence d'effet du traitement conservateur, des méthodes chirurgicales sont utilisées pour fixer le rein dans la position anatomiquement correcte. Si nécessaire, la correction de l'infraction est effectuée simultanément.

Résumons

L'insuffisance rénale est un vaste groupe de pathologies consistant en une perturbation du fonctionnement de l'un des principaux organes du système urinaire. Le risque de maladies rénales chez les femmes est nettement plus élevé que chez les hommes. Ils ont donc besoin d'informations sur les symptômes et causes possibles de ces maladies, ainsi que sur la possibilité de les différencier d'autres pathologies des organes internes. Cela réduira le risque de complications, réduira le temps nécessaire aux mesures de diagnostic primaire et débutera rapidement le traitement nécessaire.

Quelle est la différence entre les antibiotiques et les médicaments antibactériens?

Canneberges et airelles pour pyélonéphrite