Comment traiter la cystite pendant l'allaitement?

Laisser un commentaire

Si une femme souffre de cystite après l'accouchement, il est urgent de contacter un gynécologue, car le fait de retarder le traitement entraîne des complications et des conséquences dangereuses. Le traitement de la maladie est complexe, nécessite une sélection compétente de médicaments, dont la posologie est déterminée par le médecin. Quelles sont les causes du développement de la maladie et des symptômes, comment traiter la cystite pendant l'allaitement et quels médicaments pouvez-vous boire pendant cette période?

Un certain nombre de facteurs peuvent provoquer une inflammation de la vessie chez la femme parturiente.

Causes de la cystite après l'accouchement

La cystite au cours de l'allaitement se développe en raison de ces pathologies:

  • Blessure de la vessie et écoulement d'urine. Pendant l'accouchement, la vessie est comprimée, en particulier lorsque la tête du fœtus se déplace dans le canal utérin. Si l'enfant est grand, il y a un grand risque de lésion des organes urinaires et s'il est endommagé, une infection pénètre dans les plaies et les égratignures, à la suite de laquelle se développe une cystite.
  • Un apport sanguin insuffisant dans les tissus de la vessie à la suite de la compression des vaisseaux sanguins. Le sang cesse de circuler normalement dans cette zone, une stagnation se produit et une complication infectieuse se développe.
  • Inflammation lors de l'installation d'un cathéter à la suite d'une hypothermie. Après une césarienne, pour arrêter le saignement dans l'utérus, une femme se réchauffe dans la cavité abdominale avec de la glace. Une compresse froide rétrécit les vaisseaux sanguins, ce qui permet de réduire les pertes de sang. Cependant, une hypothermie grave provoque le développement d'une cystite, en particulier lorsqu'un cathéter est installé chez une femme. Au site de résection, une inflammation se développe, une complication bactérienne se joint et une cystite se développe.
  • Les altérations hormonales réduisent l'immunité de la mère, ce qui entraîne une exacerbation des maladies chroniques, des microorganismes pathogènes pénètrent librement dans l'organisme et provoquent des maladies infectieuses.
  • Si la mère respecte mal les règles d'hygiène personnelle, cela entraîne également le développement d'une inflammation des organes du système urogénital avec l'ajout d'une complication bactérienne.
Retour à la table des matières

Symptômes de la maladie

Cystite chez une femme qui allaite manifeste des symptômes caractéristiques, dans le cas duquel il est nécessaire de demander de l'aide médicale d'urgence. Pendant l'allaitement, il est important de choisir un traitement adéquat, car le traitement analphabète entraîne une complication, et le non-respect des recommandations du médecin aura des effets négatifs sur la santé de l'enfant. Lorsque la cystite développe de tels signes:

  • en urinant senti une douleur aiguë et des organes urinaires brûlants;
  • le nombre de pulsions à uriner augmente, mais lorsqu’on va aux toilettes, le volume d’urine est insignifiant;
  • la température monte à 38 degrés et plus;
  • il y a faiblesse, somnolence, détérioration du bien-être général.
Retour à la table des matières

Des complications

Dans la période de lactation, avec le traitement incorrect et tardif de l'inflammation, des conséquences dangereuses se développent. La microflore pathogène se multiplie rapidement dans l'organe touché, ce qui entraîne une infection sanguine qui affecte les organes voisins, tels que les reins. Cela provoque une nouvelle inflammation et le développement de la pyélonéphrite. Chez les femmes qui allaitent, la température augmente brusquement, les frissons et la fièvre sont perturbés, une sensation douloureuse se développe dans le bas du dos, suite à une intoxication, les femmes développent des nausées, une faiblesse, des vertiges, une perte d'appétit.

Diagnostics

La cystite pendant l'allaitement est importante pour diagnostiquer à temps. Cette maladie dangereuse est caractérisée par des signes spécifiques, à la manifestation desquels le médecin peut poser un diagnostic préliminaire. Mais pour confirmer le diagnostic et la nomination d'un traitement adéquat, en particulier lorsque la jeune mère est sous HB, vous devez subir des études de laboratoire et des instruments.

Recherche en laboratoire

La méthode de diagnostic en laboratoire vous permet d'identifier l'inflammation dans le corps, d'identifier et d'identifier l'agent pathogène afin de trouver le bon médicament. Pour cela, la femme qui allaite doit subir une numération globulaire complète qui, en cas d'inflammation, entraîne une augmentation du nombre de globules rouges et de leucocytes. Une analyse d'urine et une analyse de la résistance permettront d'identifier l'agent pathogène qui a provoqué la maladie. Grâce à l'analyse de l'urine, le médecin identifiera la sensibilité de l'infection à l'antibiotique, ce qui est important lors du choix d'un antibiotique.

Les formes compliquées de cystite nécessitent un examen matériel de la vessie. Retour à la table des matières

Étude instrumentale

La cystite aiguë chez l'HB est diagnostiquée par échographie abdominale. Pendant la procédure, le médecin utilise le cystoscope à appareil. C'est un long tube dont l'extrémité est équipée d'une micro-caméra vidéo qui permet au médecin d'examiner les tissus de la vessie avec l'urètre et d'identifier l'inflammation. Mais cette procédure traumatique et cette cystoscopie avec une inflammation sévère sont contre-indiquées. Par conséquent, les médecins se fient généralement aux résultats des tests de laboratoire.

Traitement d'allaitement

Des médicaments

Le traitement de la cystite au cours de l'allaitement repose sur l'utilisation d'antibiotiques et d'uroseptiques. Mais vous devez savoir que dans le cas du traitement antibactérien, une femme qui allaite devra arrêter l’allaitement. Il est nécessaire de prendre le médicament pendant au moins 7 jours. Il est donc recommandé de transférer l'enfant à une alimentation artificielle pendant cette période. Pour maintenir la lactation, la femme doit décanter régulièrement.

Le traitement de la cystite n'est pas complet sans antibiothérapie ni médecine traditionnelle auxiliaire.

Cystite lors de l'alimentation avec succès traité avec des antibiotiques du groupe des céphalosporines. Elles se concentrent peu dans le lait maternel, mais peuvent provoquer des réactions allergiques chez le bébé. Vous devez donc surveiller attentivement le bébé et arrêter l'alimentation en cas de réaction. Les comprimés du groupe de la pénicilline sont prescrits pour la défaite du corps avec Escherichia coli, les médicaments du groupe des macrolides sont indiqués pour le développement de la chlamydia et des microplasmas dans les organes. Dans le traitement de la cystite pendant l'allaitement, le médecin prescrit le moyen "Monural". Le médicament est utilisé seulement 1 fois, il est pratique pour allaiter. Plus souvent utilisé dans le traitement des médicaments "Canephron" comprimés et suppositoires vaginaux avec antiseptique.

Thérapie de régime

Le traitement de la cystite pendant l'allaitement est efficace avec l'aide d'un traitement par régime. Le sel est limité car il a un effet néfaste sur les reins et provoque des œdèmes, des plats gras et épicés et de l'alcool. Le régime alimentaire est dominé par les plats de légumes, les légumes et les fruits cuits au four. Il est important d'établir un régime de consommation d'alcool et de boire au moins 1,5 à 2 litres d'eau pure par jour. Vous pouvez utiliser des tisanes, des compotes, des jus de fruits, des boissons aux fruits. Laissez-les être légers, avec une utilisation minimale de sucre. Il est recommandé d’inclure dans l’alimentation les produits laitiers, le yogourt naturel, le ryazhenka, le kéfir, le fromage cottage. Au lieu de bonbons, il y a des fruits secs, de la marmelade et des délices. Il est recommandé de boire de l'eau minérale sans gaz pendant la période d'alimentation pour traiter l'inflammation de la vessie.

Traitement des remèdes populaires

Avec la cystite pendant l'allaitement, vous pouvez utiliser des remèdes populaires. Mais nous devons nous rappeler que le traitement à domicile est convenu avec le médecin, car l'auto-traitement entraînera des problèmes et des complications. Le traitement utilise des infusions à base de plantes et des décoctions. Les recettes des boissons les plus courantes sont:

  • Infusion d'églantier. Prendre 25-30 g de baies de rose sauvage, verser dans un récipient en émail, verser avec de l'eau chaude et laisser bouillir pendant 10-15 minutes. Ensuite, envelopper le pot et laisser infuser pendant 2-3 heures.
  • Infusion de camomille et de mélisse. Prenez des quantités égales de plantes (10 g chacune), versez 500 ml d’eau bouillante et laissez infuser 15 à 20 minutes. Ajoutez une cuillerée de miel et buvez 3-4 fois par jour après les repas.
  • Infusion de stigmates de maïs. Prenez 20 g de stigmatisation, versez 250 ml d’eau bouillante, faites bouillir pendant 10 minutes et laissez infuser 15 minutes de plus. Prenez 5 fois par jour pour un verre.
Retour à la table des matières

Prévention

Si, après l'accouchement, une femme a une vessie enflammée, vous devez surveiller votre santé et prendre des mesures préventives. Vous devez boire beaucoup de liquides, ne pas tolérer et aller aux toilettes dès la première envie, surveiller l'hygiène et changer régulièrement de sous-vêtements, ne pas trop refroidir, améliorer l'immunité avec l'aide de vitamines. Et rappelez-vous que le médecin vous prescrit un traitement médicamenteux. L'automédication est dangereuse et entraîne de graves complications.

Pourquoi la cystite se développe-t-elle et qu'est-ce qu'une jeune mère a?

La cystite est une maladie inflammatoire de la vessie dont les parois et les structures sont endommagées. L'anatomie du système urinaire chez la femme a ses propres caractéristiques par rapport au corps masculin. C'est pourquoi la plupart des maladies souffrent du beau sexe. Il y a souvent une cystite après l'accouchement, en particulier chez celles qui ont des foyers d'infections dans le tractus urogénital. Le traitement de l'inflammation de la vessie doit être rapide et complet, afin de ne pas traduire le processus aigu en processus chronique. Ceci est particulièrement important pour les mères allaitantes lors du choix de médicaments en fonction de la sécurité du bébé.

Lire dans cet article.

Les causes

Si une femme souffre d'une inflammation de la vessie avant la grossesse et l'accouchement, le prochain épisode ne sera pas très embarrassant pour elle et après la naissance du bébé - déficit immunitaire, stress, voire chirurgie. Mais souvent, les symptômes de la cystite après l’accouchement se manifestent chez des mères pratiquement en bonne santé qui n’ont jamais connu ce problème. L’apparition de signes de la maladie à ce stade est due à de nombreux facteurs.

Caractéristiques anatomiques de la structure du corps féminin

L’urètre, qui mène à la vessie, est très court (5–6 cm) et large chez la femme. Cela contribue à l'entrée rapide de l'infection dans le corps, où il trouve des conditions favorables à son développement - chaud, humide et de nombreux nutriments. Les agents causaux les plus fréquents de la cystite sont E. coli, le strepto et le staphylocoque. Normalement, ils vivent en grand nombre dans les intestins. De plus, la proximité anatomique de l'anus et du vagin et l'entrée de l'urètre garantissent leur accès sans entrave, même en cas de violation mineure des procédures d'hygiène.

Immunité après l'accouchement

En effet, l'accouchement est un processus physiologique complexe qui nécessite beaucoup d'efforts et d'énergie de la part du corps de la femme. La grossesse elle-même épuise également tous les stocks de vitamines, d’oligo-éléments et de nutriments. En conséquence, la cystite pendant l'allaitement est causée même par une flore pathogène, qui, dans l'état normal de la maladie, ne provoque pas.

La perte de sang physiologique pendant l'accouchement est d'environ 300 à 500 ml. Mais lorsque des saignements se produisent ou après une intervention chirurgicale, la quantité de sang perdu augmente considérablement. Et avec cela aller et des facteurs d'immunité, des anticorps et des substances biologiquement actives. Il faut plusieurs mois pour restaurer les paramètres de l'homéostasie du corps.

Dysfonctionnement transitoire du corps après l'accouchement

Après un travail prolongé, ainsi qu'après une césarienne, la sensibilité de la vessie peut être perturbée. En conséquence, la femme ne ressent pas le besoin urgent d'uriner pendant plusieurs jours. Pendant ce temps, vous devriez essayer de vider la vessie plusieurs fois par jour. Parfois, vous devez prélever l'urine à l'aide d'un cathéter, car sa stagnation contribue à l'apparition de l'infection.

Présence de foyers d'infection

Si une femme développe une cystite après l'accouchement, les raisons peuvent en cacher la présence d'une infection chronique ou aiguë dans le vagin ou le système urinaire. La colpite non spécifique, la cervicite à la veille peuvent provoquer une inflammation de la vessie. Et aussi toute flore spécifique - la chlamydia, les mycoplasmes, les ureaplasma peuvent causer une cystite Et comme ils vivent dans une femme, elle peut ne pas savoir si vous n'avez jamais subi de test de dépistage d'infections sexuellement transmissibles.

Manipulation de la naissance

Lors de l'accouchement naturel, l'avancement de la tête fœtale crée une pression importante sur la vessie. Surtout au moment de son éruption. Cela conduit à un traumatisme à l'urètre, la vessie. Et dans l’ensemble, la cystite peut se développer après l’accouchement, dont le traitement peut être prescrit pendant le séjour à la maternité.

Souvent, à la naissance d'un bébé, des tissus se cassent, notamment le clitoris et l'urètre. Bien sûr, les médecins suturent et traitent toutes les blessures. Les caractéristiques anatomiques du corps de la femme ne lui permettent pas toujours de la protéger de l’inflammation ultérieure de ces structures.

Pendant et après l'accouchement, l'urine est expulsée par un cathéter. Il s'agit d'une procédure obligatoire après la naissance des miettes, contribue à la réduction de l'utérus et à la prévention des saignements. Il est effectué à toutes les femmes sans exception. Également lors d'une césarienne, un cathéter permanent est installé pour tout le monde pendant 1 à 2 jours. Tout cela peut provoquer une cystite.

Pour prévenir les saignements sur le bas-ventre après l'accouchement est imposé froid. Bien sûr, chez une femme en bonne santé sans infection chronique, il ne provoquera pas une exacerbation de la maladie mais la provoquera dans un contexte d'hypothermie générale (après tout, en hiver, dans la salle d'hôpital de la maternité, il ne fait pas toujours chaud, vous devez vous allonger quelque temps sur une couenne sous des couvertures chaudes).

Symptômes de la cystite chez maman

Le tableau clinique de la cystite peut être à la fois flou et lumineux. Tout dépend de l’état du corps de la femme, de la quantité et des propriétés de l’agent pathogène. Les symptômes de la cystite s'accompagnent souvent de signes d'inflammation de l'urètre. Les plaintes suivantes se produisent généralement:

  • Douleurs tirantes et douloureuses dans le bas de l'abdomen.
  • Douleur lors de la miction, en particulier à la fin de l'acte - des tissus traumatisés «comme un couteau», des gouttelettes de sang peuvent être libérés. Ce sont des symptômes d'uréthrite.
  • Besoin fréquent d'aller aux toilettes, qui ne s'accompagnent que d'urines insignifiantes.
  • Parfois, il y a une incontinence temporaire - la femme après le début de l'envie n'a pas le temps d'aller aux toilettes. Ce phénomène passe immédiatement après le traitement.
  • Peut légèrement, aux valeurs subfebrile, la température corporelle augmente.

La cystite aiguë doit être traitée, car l’infection, qui se propage, peut toucher les organes situés en amont - les reins. Dans de telles situations, une pyélonéphrite survient. Son tableau clinique est plus lumineux, avec de fortes douleurs et de la fièvre, et le traitement est plus sérieux et prolongé.

Traitement de la maladie

Le traitement de la cystite doit être complet et sans danger pour la mère et le bébé. Vous devez suivre un régime minimum avec la restriction de salé, fumé, sucré, café et thé fort. Ces produits provoquent un gonflement de la muqueuse de la vessie, ce qui aggrave les symptômes de la maladie. Vous devez également suivre un régime de boisson adéquat afin d'éliminer les toxines et les produits de décomposition des bactéries à temps. Il est utile d'utiliser du jus de canneberge, de la décoction de camomille, du thé faible à la menthe.

Phytothérapie

Le traitement à base de plantes comprend les frais rénaux, les charges antiseptiques et antibactériennes. Un médicament comme "Kanefron" est populaire et efficace. Il est basé sur le centauré, le romarin, le livret. Le médicament est disponible sous forme de gouttes et de comprimés. Il est également efficace "Fitolizin", qui comprend plus de 10 grignons d'herbes. Il est fabriqué sous la forme d'une pâte qui doit être dissoute dans de l'eau avant utilisation.

Thérapie antibactérienne

En plus du traitement ci-dessus, des antimicrobiens sont nécessaires. Il est important que la femme allaite ou non. Avec la lactation, il est possible de prendre des céphalosporines («Zinnat»), des pénicillines («Amclave»). Dans d'autres cas, vous devrez interrompre l'alimentation du bébé pendant un moment. Préparations efficaces du groupe nitrofurane ("Manural"), des macrolides ("Vilprafen", "Erythromycine").

Il est conseillé de choisir des médicaments antibactériens, en tenant compte de la culture d'urine sur la flore avec détermination de la sensibilité aux médicaments.

Nous vous recommandons de lire un article sur l'inflammation utérine après l'accouchement. Vous y apprendrez les causes de l'inflammation des organes après l'accouchement, les symptômes et les signes d'un problème, les méthodes de diagnostic du processus inflammatoire et de traitement.

Prévention de la cystite post-partum

Afin de prévenir une maladie, il est important qu’il n’y ait pas de foyer d’infection chronique dans le système urogénital. Pour ce faire, vous devez être examiné avant la grossesse pour des maladies sexuellement transmissibles et, si nécessaire, suivre un traitement. Dans la cystite chronique et la pyélonéphrite, il est conseillé de prendre des préparations à base de plantes et des frais uro-septiques après l'accouchement.

Les manipulations telles que le cathétérisme de la vessie et l'application de froid sur le bas-ventre ne peuvent pas être annulées car elles sont extrêmement importantes dans la prévention des hémorragies postpartum. Après l'accouchement, les femmes doivent vider leur vessie régulièrement, même si elles ne ressentent aucun besoin naturel.

Cystite - inflammation de la vessie, presque toujours associée à une urétrite. Les causes de la maladie sont la grossesse et la période post-partum. Une prophylaxie prudente aidera à protéger une femme de cette affection. Lorsque les symptômes apparaissent, le traitement doit être réalisé de manière globale, en tenant compte de l'allaitement. Une thérapie compétente conduit à un rétablissement complet.

Cystite après l'accouchement. La pyélonéphrite après l'accouchement est caractérisée par une température élevée, une douleur dans la région lombaire et une douleur peut survenir.

Mammite après l'accouchement: pourquoi il apparaît, comment traiter. Cystite après l'accouchement | Traitement de la maladie.

Qu'est-ce qui peut / ne peut pas après l'accouchement? Comment choisir un laxatif après l'accouchement pour ne pas nuire au bébé?. Cystite après l'accouchement.

Cystite après l'accouchement

La cystite est une inflammation de la membrane muqueuse de la vessie. Cette maladie est connue de la très grande majorité des femmes, en particulier de celles qui ont accouché. Le fait est que le corps de la femme, en raison de certaines de ses caractéristiques, est plus sensible à la cystite que le mâle. Par conséquent, il est bon que chaque femme sache face à cet "ennemi" insidieux.

Konstantin Kolontarev
Urrogynécologue

La plupart des femmes au moins une fois dans leur vie ont ressenti des sensations telles que l'apparition soudaine de mictions douloureuses fréquentes et de douleurs dans la vessie. Ce sont les symptômes les plus caractéristiques de la cystite aiguë - un processus inflammatoire infectieux au niveau de la paroi de la vessie (principalement de la membrane muqueuse) - une des maladies urologiques les plus courantes.

Les agents responsables de la maladie sont le plus souvent Escherichia coli, Staphylococcus aureus, Streptococcus et d'autres représentants de la flore conditionnellement pathogène (bactérie qui présente ses propriétés responsables de la maladie uniquement lorsqu'elle est exposée à des facteurs provoquants). Il y a souvent des cystites associées à des ureaplasma, des mycoplasmes, des chlamydia, des trichomonas et des champignons du genre Candida.

La cystite est beaucoup plus fréquente chez les femmes que chez les hommes. La principale raison tient aux caractéristiques du tractus urogénital féminin: un urètre court (environ 5 cm), une localisation anatomique proche du vagin et de l’anus par rapport à l’ouverture externe de l’urètre (urètre) créent des conditions favorables à la propagation d’une microflore conditionnellement pathogène dans la lumière de l’urètre et de la vessie. Au cours de la période post-partum, le risque de cystite augmente. La raison en est les circonstances suivantes:

  • Pendant l'accouchement, l'avancement du fœtus dans le canal génital conduit à une altération de la circulation sanguine dans la vessie et le petit bassin, facteur prédisposant supplémentaire à l'apparition d'une cystite aiguë.
  • Selon les règles du travail, un cathéter est inséré dans la vessie immédiatement après la naissance de l'enfant, car la vessie remplie empêche l'utérus de se contracter, le cathétérisme peut favoriser la pénétration de l'agent pathogène dans la vessie.
  • Au cours des premiers jours suivant la naissance, il peut ne pas exister de besoin urgent d'uriner du fait de la compression des terminaisons nerveuses qui innervent la vessie pendant le travail. Dans cette optique, il est recommandé à la femme de vider la vessie toutes les 2 heures. Si une jeune mère oublie cela, une grande quantité d'urine s'accumule, ce qui est également un facteur prédisposant à l'inflammation de la vessie.
  • L'hypothermie est généralement associée à l'apparition et à l'aggravation de la cystite. En effet, l’hypothermie entraîne une diminution de la résistance du corps aux maladies, en particulier une réponse immunitaire locale, de sorte que l’infection se multiplie activement et pénètre dans la vessie, provoquant une réaction inflammatoire. Un refroidissement excessif peut contribuer à l’utilisation d’une vessie à glace au cours de la période post-partum. Toutefois, il convient de noter que l’utilisation d’une vessie de glace stimulant la contraction utérine après l’accouchement, ainsi que le cathétérisme de la vessie, sont des mesures nécessaires pour prévenir des complications aussi terribles que l’hémorragie postpartum due à une contraction insuffisante de l’utérus. Si toutes les mesures préventives sont suivies, ce qui sera discuté ci-dessous, ces mesures médicales nécessaires ne conduiront pas à la survenue d'une cystite.
  • Immédiatement après la naissance, des modifications importantes du fond hormonal se produisent dans le corps de la jeune mère (les hormones qui soutiennent la grossesse disparaissent), ce qui affecte le système immunitaire, les mécanismes de défense locaux et constitue un facteur prédisposant au développement de la cystite.
  • Pendant l'accouchement, on observe plus ou moins de pertes de sang, ce qui réduit également les défenses de l'organisme.
  • Un autre facteur important prédisposant à l'apparition de la cystite après l'accouchement est la présence d'une infection dans le vagin pendant la grossesse, ignorant les recommandations pour le traitement des infections. Normalement, la microflore habite le vagin de la femme. Il est basé sur les soi-disant lactobacilles, ou bâtons de Dederlein, il existe également une petite quantité de bifidobactéries et certains autres micro-organismes. Tous ces microorganismes sont en équilibre écologique, leur nombre est strictement contrôlé les uns par les autres et ils ne permettent à aucun autre microorganisme d'apparaître dans le vagin. Sous l'influence de divers facteurs, un déséquilibre peut se produire. Même une grossesse en toute sécurité peut être considérée comme un facteur conduisant à des modifications de cet équilibre - une dysbiose vaginale (vaginose bactérienne).

Comment se manifeste la cystite

L'inflammation de la vessie se manifeste principalement par une miction accrue. Dans ce cas, la femme a constamment besoin d'aller aux toilettes, ce qui ne correspond pas à la quantité d'urine libérée pendant cette opération. Souvent, une femme remarque une douleur à la fin de la miction, parfois du sang apparaît dans les urines. Assez souvent, une douleur (sensation de brûlure, des crampes) peut accompagner tout l'acte de miction. Dans ce cas, parlez de la survenue d'une urétrite - une inflammation de l'urètre. Dans la cystite aiguë, douleur dans le bas de l'abdomen. En relation avec l'apparition d'une intolérable envie d'uriner, une fausse incontinence peut survenir, une situation dans laquelle une femme ressent une forte envie, mais n'a pas le temps d'aller aux toilettes. Cette condition est réversible, elle passe après la guérison de la maladie.

Complications de la cystite

Dans des conditions défavorables, l'évolution de la cystite peut être compliquée. Dans le même temps, des agents pathogènes pénètrent dans les reins, ce qui entraîne le développement d'une pyélonéphrite aiguë - une inflammation infectieuse non spécifique des lobes rénaux et du parenchyme des reins. Les microorganismes peuvent pénétrer dans le rein de deux manières:

  1. par les vaisseaux sanguins (voie hématogène);
  2. en cas de développement / présence de reflux vésico-urétéral - retour de l'urine de la vessie vers l'uretère et du rein - voie ascendante de l'infection (appelée pyélonéphrite à reflux).

Les manifestations caractéristiques de la pyélonéphrite aiguë sont une augmentation soudaine de la température corporelle à 38-39 degrés et plus, accompagnée de frissons «renversants». Les patients se plaignent souvent de douleurs dans la région lombaire, de nausées et de vomissements. Il est important de rappeler que la pyélonéphrite aiguë est une pathologie d'urgence et une indication directe de l'hospitalisation. Par conséquent, même avec un seul épisode d’augmentation de la température corporelle jusqu’aux chiffres indiqués, avec des frissons accompagnant les symptômes de la cystite aiguë, en particulier après le post-partum, il est nécessaire d’être hospitalisé dans une salle d’urgence.

Diagnostics

Dans la plupart des cas, le diagnostic de cystite aiguë n'est pas difficile, car les symptômes de la maladie sont très spécifiques. Cependant, pour confirmer le diagnostic, il est nécessaire de passer une analyse d’urine dans laquelle un nombre accru de globules blancs sera détecté et des globules rouges pourront être détectés. Pour attribuer l'antibiotique correct, il est nécessaire d'effectuer une analyse microbiologique de l'urine, ce qui permet d'identifier la sensibilité de l'agent en cause à tel ou tel antibiotique (l'urine est placée sur un milieu nutritif spécial, où les microorganismes responsables de la cystite se développent, puis les microbes sont soumis à un test d'antibiotique). En tant que méthode instrumentale d’examen de la cystite aiguë, l’échographie et la cystoscopie peuvent être utilisées (étude au cours de laquelle la vessie et l’urètre sont examinés avec un œil à l’aide d’un dispositif spécial - un cystoscope). Cependant, le plus souvent, l’enquête se limite à l’étude des données de laboratoire.

Au cours de l'examen, il est très important qu'une femme souffrant de cystite subisse des tests pour juger de l'état de la microflore vaginale et de la présence d'infections transmises sexuellement.

Traitement

Les médicaments antibactériens et les uroseptiques sont traditionnellement utilisés pour traiter la cystite. Le médecin choisira un tel médicament, dont l'utilisation n'empêche pas l'allaitement.

La thérapie locale est également appliquée, consistant en instillations, c.-à-d. lors de l'introduction dans la vessie de solutions spéciales contenant diverses substances médicinales ayant une action antimicrobienne.

Dans le même temps, la vaginose bactérienne et les infections transmissibles sexuellement sont traitées.

Pour prévenir les épisodes répétés de cystite aiguë dès les premiers signes de la maladie, il est nécessaire de consulter l’urologue et le gynécologue et de procéder au traitement prescrit dans son intégralité.

Traitement de la cystite post-partum

La cystite après l'accouchement devient un problème fréquent auquel font face les jeunes mères. Un traitement tardif peut déclencher le développement d'une pyélonéphrite. Dans ce cas, vous devrez prendre des médicaments plus puissants pouvant nuire à la lactation.

Causes et traitement de la cystite après l'accouchement

Les agents responsables de l'inflammation dans la vessie sont le plus souvent des bactéries telles que: E. coli, des champignons du genre Candida, des staphylocoques, des chlamydia, etc.

Sur l'urètre, les bactéries pénètrent dans la vessie. Si les fonctions de protection du corps sont réduites, le processus inflammatoire dans le corps commence très rapidement.

  • avec le passage du fœtus à travers le canal génital, la circulation sanguine dans la vessie peut être altérée;
  • un cathéter est souvent utilisé chez les femmes parturientes, ce qui peut déclencher l'entrée d'agents pathogènes dans l'organe;
  • une jeune maman après l'accouchement peut ne pas avoir envie de les uriner ou de les contenir artificiellement;
  • l'altération hormonale après la naissance réduit considérablement la force immunitaire;
  • l'hypothermie, en particulier l'utilisation de compresses de glace pendant la période post-partum;
  • blessures lors de l'accouchement;
  • violation de l'hygiène personnelle.

Certaines procédures (cathétérisme et application d'une compresse de glace) peuvent provoquer le développement de la maladie, mais il est important de se rappeler que si les règles et réglementations nécessaires sont observées, elles ne sont pas capables de causer des dommages, elles ne doivent donc pas être abandonnées.

Symptômes de la cystite après l'accouchement

Les symptômes de la cystite peuvent apparaître presque immédiatement après l'accouchement. Dans certains cas, les symptômes commencent à être gênants au bout de quelques jours.

Symptômes de la cystite après l'accouchement:

  • inconfort en urinant;
  • besoin constant d'aller aux toilettes;
  • douleur dans la partie sus-pubienne;
  • turbidité de l'urine;
  • température (rarement).

Il est recommandé aux femmes qui allaitent un bébé de faire preuve de prudence lors du choix d'un médicament. Pour détecter tout signe de cystite, vous devez consulter un médecin (urologue, gynécologue) et passer des tests (AAM, culture d'urine).

Traitement de la cystite pendant l'allaitement

Aux premiers signes de cystite, vous devez suivre certaines recommandations:

Irina, 30 ans: "Le seul remède qui ait aidé à vaincre la cystite chronique est de lire l'article!"

  1. Régime de consommation abondante. Vous devez boire au moins 2 à 2,5 litres d'eau par jour. Au cours du premier mois, la mère qui allaite ressent une soif constante (liée à l'établissement de la lactation), la décoction d'églantier, l'eau non gazeuse est plus appropriée pour la consommation;
  2. Reste Le mode de vie de la jeune maman après l’accouchement ne dépend que du bébé, mais dans le cas d’une maladie aussi débilitante et désagréable que la cystite, vous devez prendre du temps pour vous-même, il est donc recommandé de vous reposer davantage pour récupérer;
  3. Régime alimentaire Certains aliments peuvent irriter la muqueuse de la vessie, par exemple: agrumes, conserves au vinaigre, plats épicés, oignons, ail, viandes fumées.

Antibiotiques pour l'allaitement

Pour savoir quel type de médicament est approprié, vous devez transmettre à la culture d’urine la sensibilité de l’agent pathogène à l’antibiotique. Mais attendre le résultat de l’analyse a un certain nombre de jours et le traitement doit commencer le plus tôt possible.
Lorsque la cystite est souvent prescrit des médicaments pour le traitement de la maladie:

  • groupe de pénicilline (ampicilline, amoxicilline);
  • les céphalosporines (Cefazolin, Cefrikson).

L’antibiotique populaire "Monural", qui est souvent prescrit pour le processus inflammatoire de la vessie, a des limites d’admission pendant la période de lactation.

Les médicaments ne doivent être sélectionnés que par un médecin individuellement, en tenant compte des avantages et des inconvénients potentiels pour la mère et l'enfant.

Les instillations sont un moyen efficace et rapide de soulager l'inflammation dans la vessie. L'instillation est la procédure par laquelle des médicaments sont injectés directement dans l'organe malade.

Préparations à base de plantes pour le traitement post-partum de la cystite

En thérapie complexe, les plantes médicinales sont prescrites. Ces médicaments sont fabriqués à base d'herbes médicinales et ont un effet antibactérien, diurétique et anti-inflammatoire. Les produits populaires sont: "Canephron H", "Fitolysin", "Cyston".

Les médicaments à base de plantes sont considérés comme relativement sûrs pendant l'allaitement, mais ils doivent être utilisés avec une extrême prudence et uniquement selon les directives du médecin traitant.

La composition des médicaments comprend un grand nombre d'herbes médicinales qui, lorsqu'elles sont libérées dans le lait maternel, peuvent provoquer une allergie chez le bébé ou contribuer à la diminution de la lactation, certaines bougies étant également utilisées pour traiter la cystite, je vous conseille de lire l'article.

Remèdes populaires

En médecine traditionnelle, un moyen efficace de se débarrasser de la cystite est de recevoir des infusions et des décoctions à base d’herbes ayant une action diurétique et antimicrobienne.

Le plus populaire est l’utilisation de composants tels que les feuilles d’airelles, les bourgeons de bouleau, l’achillée millefeuille, la canneberge.

  • 20 gr de feuilles d’airelles;
  • 200 ml d'eau.

Comment faire cuire: verser feuilles de myrtille avec les feuilles de myrtille, couvrir avec un couvercle, envelopper (il est possible dans un thermos) et laisser pendant 45 minutes. Après l'infusion de la souche, pressez les feuilles.

Comment prendre: 1 c. l avant de manger 3 p / jour.

Infusion d'herbes de millefeuille:

  • 2 c. À thé herbes millefeuille (broyées);
  • 1 cuillère à soupe eau bouillante.

Comment faire cuire: hacher finement l'herbe, versez de l'eau bouillante, infuser pendant 60 minutes. Après avoir bien tendu.

Comment prendre: selon ¼ Art. 3-4 p / jour.

Tout moyen d'ingestion pendant l'allaitement doit être utilisé avec prudence. En cas de réaction allergique chez un bébé, il est nécessaire d'arrêter l'utilisation.

Pour éliminer les sensations désagréables dans le bas de l'abdomen, il est recommandé d'utiliser des bains «assis» avec addition d'herbes, comme le laurier, la camomille. La procédure dure environ 10 minutes, l'eau ne doit pas être très chaude.

Prévention de la cystite après l'accouchement

La cystite survient sous l’influence de certains facteurs. Pour réduire le risque de développement de la maladie dans la période postpartum,

Les directives suivantes doivent être suivies:

  • ne pas trop refroidir;
  • après l'accouchement, changer les serviettes hygiéniques toutes les heures et demie à deux heures;
  • guérir en temps opportun les maladies gynécologiques (vaginite bactérienne, muguet);
  • vider la vessie plus souvent;
  • observer l'hygiène personnelle;
  • ne pas permettre la constipation (car ils peuvent nuire à la circulation sanguine dans le pelvis);
  • prendre des vitamines spéciales pour les mères qui allaitent.

Lorsque la cystite ne vaut pas la peine de s'auto-traiter (surtout pendant l'allaitement). Il est important de comprendre que la cystite a des conséquences graves. Par conséquent, le traitement de la maladie doit être démarré à temps. Le bébé a besoin d'une maman saine et heureuse!

Cystite après l'accouchement

Inflammation de la vessie chez la femme

La cystite est une inflammation de la membrane muqueuse de la vessie. Cette maladie est connue de la très grande majorité des femmes, en particulier de celles qui ont accouché. Le fait est que le corps de la femme, en raison de certaines de ses caractéristiques, est plus sensible à la cystite que le mâle. Par conséquent, il est bon que chaque femme sache face à cet "ennemi" insidieux.

La plupart des femmes au moins une fois dans leur vie ont ressenti des sensations telles que l'apparition soudaine de mictions douloureuses fréquentes et de douleurs dans la vessie. Ce sont les symptômes les plus caractéristiques de la cystite aiguë - un processus inflammatoire infectieux au niveau de la paroi de la vessie (principalement de la membrane muqueuse) - une des maladies urologiques les plus courantes.

Les agents responsables de la maladie sont le plus souvent Escherichia coli, Staphylococcus aureus, Streptococcus et d'autres représentants de la flore conditionnellement pathogène (bactérie qui ne présente ses propriétés pathogènes que lorsqu'elle est exposée à des facteurs provoquants). Il y a souvent des cystites associées à des ureaplasma, des mycoplasmes, des chlamydia, des trichomonas et des champignons du genre Candida.

La cystite est beaucoup plus fréquente chez les femmes que chez les hommes. La principale raison tient aux caractéristiques du tractus urogénital féminin: un urètre court (environ 5 cm), une localisation anatomique proche du vagin et de l’anus par rapport à l’ouverture externe de l’urètre (urètre) créent des conditions favorables à la propagation d’une microflore conditionnellement pathogène dans la lumière de l’urètre et de la vessie. Au cours de la période post-partum, le risque de cystite augmente. La raison en est les circonstances suivantes:

  • Pendant l'accouchement, l'avancement du fœtus dans le canal génital conduit à une altération de la circulation sanguine dans la vessie et le petit bassin, facteur prédisposant supplémentaire à l'apparition d'une cystite aiguë.
  • Selon les règles du travail, un cathéter est inséré dans la vessie immédiatement après la naissance de l'enfant, car la vessie remplie empêche l'utérus de se contracter, le cathétérisme peut favoriser la pénétration de l'agent pathogène dans la vessie.
  • Au cours des premiers jours suivant la naissance, il peut ne pas exister de besoin urgent d'uriner du fait de la compression des terminaisons nerveuses qui innervent la vessie pendant le travail. Dans cette optique, il est recommandé à la femme de vider la vessie toutes les 2 heures. Si une jeune mère oublie cela, une grande quantité d'urine s'accumule, ce qui est également un facteur prédisposant à l'inflammation de la vessie.
  • L'hypothermie est généralement associée à l'apparition et à l'aggravation de la cystite. En effet, l’hypothermie entraîne une diminution de la résistance du corps aux maladies, en particulier une réponse immunitaire locale, de sorte que l’infection se multiplie activement et pénètre dans la vessie, provoquant une réaction inflammatoire. Un refroidissement excessif peut contribuer à l’utilisation d’une vessie à glace au cours de la période post-partum. Toutefois, il convient de noter que l’utilisation d’une vessie de glace stimulant la contraction utérine après l’accouchement, ainsi que le cathétérisme de la vessie, sont des mesures nécessaires pour prévenir des complications aussi terribles que l’hémorragie postpartum due à une contraction insuffisante de l’utérus. Si toutes les mesures préventives sont suivies, ce qui sera discuté ci-dessous, ces mesures médicales nécessaires ne conduiront pas à la survenue d'une cystite.
  • Immédiatement après la naissance, des modifications importantes du fond hormonal se produisent dans le corps de la jeune mère (les hormones qui soutiennent la grossesse disparaissent), ce qui affecte le système immunitaire, les mécanismes de défense locaux et constitue un facteur prédisposant au développement de la cystite.
  • Pendant l'accouchement, on observe plus ou moins de pertes de sang, ce qui réduit également les défenses de l'organisme.
  • Un autre facteur important prédisposant à l'apparition de la cystite après l'accouchement est la présence d'une infection dans le vagin pendant la grossesse, ignorant les recommandations pour le traitement des infections. Normalement, la microflore habite le vagin de la femme. Il est basé sur les soi-disant lactobacilles, ou bâtons de Dederlein, il existe également une petite quantité de bifidobactéries et certains autres micro-organismes. Tous ces microorganismes sont en équilibre écologique, leur nombre est strictement contrôlé les uns par les autres et ils ne permettent à aucun autre microorganisme d'apparaître dans le vagin. Sous l'influence de divers facteurs, un déséquilibre peut se produire. Même une grossesse en toute sécurité peut être considérée comme un facteur conduisant à des modifications de cet équilibre - une dysbiose vaginale (vaginose bactérienne).

Comment se manifeste la cystite

L'inflammation de la vessie se manifeste principalement par une miction accrue. Dans ce cas, la femme a constamment besoin d'aller aux toilettes, ce qui ne correspond pas à la quantité d'urine libérée pendant cette opération. Souvent, une femme remarque une douleur à la fin de la miction, parfois du sang apparaît dans les urines. Assez souvent, une douleur (sensation de brûlure, des crampes) peut accompagner tout l'acte de miction. Dans ce cas, parlez de la survenue d'une urétrite - une inflammation de l'urètre. Dans la cystite aiguë, douleur dans le bas de l'abdomen. En relation avec l'apparition d'une intolérable envie d'uriner, une fausse incontinence peut survenir, une situation dans laquelle une femme ressent une forte envie, mais n'a pas le temps d'aller aux toilettes. Cette condition est réversible, elle passe après la guérison de la maladie.

Complications de la cystite

Dans des conditions défavorables, l'évolution de la cystite peut être compliquée. Dans le même temps, des agents pathogènes pénètrent dans les reins, ce qui entraîne le développement d'une pyélonéphrite aiguë - une inflammation infectieuse non spécifique des lobes rénaux et du parenchyme des reins. Les microorganismes peuvent pénétrer dans le rein de deux manières:

  1. par les vaisseaux sanguins (voie hématogène);
  2. avec le développement / la présence de reflux vésico-urétéral - le retour de l'urine de la vessie vers l'uretère, le rein - la voie ascendante de l'infection (le soi-disant reflux - pyélonéphrite).

Les manifestations caractéristiques de la pyélonéphrite aiguë sont une augmentation soudaine de la température corporelle à 38-39 degrés et plus, accompagnée de frissons «renversants». Les patients se plaignent souvent de douleurs dans la région lombaire, de nausées et de vomissements. Il est important de rappeler que la pyélonéphrite aiguë est une pathologie d'urgence et une indication directe de l'hospitalisation. Par conséquent, même avec un seul épisode d’augmentation de la température corporelle jusqu’aux chiffres indiqués, avec des frissons accompagnant les symptômes de la cystite aiguë, en particulier après le post-partum, il est nécessaire d’être hospitalisé dans une salle d’urgence.

Diagnostic de la cystite

Dans la plupart des cas, le diagnostic de cystite aiguë n'est pas difficile, car les symptômes de la maladie sont très spécifiques. Cependant, pour confirmer le diagnostic, il est nécessaire de passer une analyse d’urine dans laquelle un nombre accru de globules blancs sera détecté et des globules rouges pourront être détectés. Pour attribuer l'antibiotique correct, il est nécessaire d'effectuer une analyse microbiologique de l'urine, ce qui permet d'identifier la sensibilité de l'agent en cause à tel ou tel antibiotique (l'urine est placée sur un milieu nutritif spécial, où les microorganismes responsables de la cystite se développent, puis les microbes sont soumis à un test d'antibiotique). En tant que méthode instrumentale d’examen de la cystite aiguë, l’échographie et la cystoscopie peuvent être utilisées (étude au cours de laquelle la vessie et l’urètre sont examinés avec un œil à l’aide d’un dispositif spécial - un cystoscope). Cependant, le plus souvent, l’enquête se limite à l’étude des données de laboratoire.

Au cours de l'examen, il est très important qu'une femme souffrant de cystite subisse des tests pour juger de l'état de la microflore vaginale et de la présence d'infections transmises sexuellement.

Traitement de la cystite

Les médicaments antibactériens et les uroseptiques sont traditionnellement utilisés pour traiter la cystite. Le médecin choisira un tel médicament, dont l'utilisation n'empêche pas l'allaitement.

La thérapie locale est également appliquée, consistant en instillations, c.-à-d. lors de l'introduction dans la vessie de solutions spéciales contenant diverses substances médicinales ayant une action antimicrobienne.

Dans le même temps, la vaginose bactérienne et les infections transmissibles sexuellement sont traitées.

Pour prévenir les épisodes répétés de cystite aiguë dès les premiers signes de la maladie, il est nécessaire de consulter l’urologue et le gynécologue et de procéder au traitement prescrit dans son intégralité.

Cystite après l'accouchement

La naissance d'un bébé pour chaque femme est un événement très important et attendu depuis longtemps. Mais pour le corps, le processus de grossesse et d'accouchement est un stress énorme. Après la naissance d'un bébé, la jeune mère est souvent confrontée à diverses complications. L'un d'entre eux est la cystite post-partum. Il s'agit d'une maladie très courante associée à une inflammation de la vessie, à laquelle les femmes sont le plus souvent exposées.

Les causes de la maladie

La cystite survient à la suite du processus inflammatoire de la muqueuse de la vessie. Les femmes souffrent principalement de cette maladie en raison des caractéristiques anatomiques de l'organisme. L'urètre féminin est plus court et plus large, de sorte que l'infection est beaucoup plus facile à pénétrer dans la vessie. Après la naissance, le risque de cystite augmente considérablement.

Les principaux facteurs de développement de maladies telles que la cystite après l’accouchement sont notamment les suivants:

  • Lorsque le bébé passe dans le canal génital, le débit sanguin dans le système urogénital est perturbé, ce qui entraîne l'apparition d'une cystite aiguë.
  • Lorsque le processus de travail est terminé, un point très important est la contraction de l'utérus. Souvent, immédiatement après la naissance du bébé, un cathéter est inséré dans la vessie pour le vider, de sorte que rien n'empêche l'utérus de se contracter activement et correctement. Le cathétérisme peut aider l’infection à pénétrer dans l’organe dont elle a besoin.
  • Quand un enfant est né, toutes les terminaisons nerveuses sont compressées. Cela peut conduire au fait qu'une femme pendant plusieurs jours ne ressentira pas le besoin urgent d'uriner. Les médecins recommandent donc aux jeunes mamans d'aller aux toilettes après les avoir passées toutes les 2 heures. Si, pour une raison quelconque, une jeune maman ne le fait pas, une grande quantité d'urine est collectée dans la vessie, ce qui peut également contribuer à l'apparition de la cystite.
  • La cystite apparaît souvent après l'hypothermie, car elle diminue la résistance du corps à la maladie. Par conséquent, l’infection, profitant de l’occasion, se glisse facilement à l’intérieur et commence à proliférer activement. Après l'accouchement, le corps de la femme peut être refroidi en raison de l'utilisation de bouillottes contenant de la glace, ce qui la met sur le ventre pour réduire correctement l'utérus.
  • Immédiatement après la naissance du bébé, le corps d'une jeune maman subit de graves modifications du fond hormonal. De ce fait, le système immunitaire s'affaiblit. En conséquence, une cystite peut se former.

Symptômes de la cystite post-partum

Afin de reconnaître la maladie à temps et de commencer à la soigner, chaque femme doit savoir quels symptômes lui sont caractéristiques:

  • Plus souvent qu'autrement, une femme est hantée par le sentiment d'une vessie débordante et par la nécessité de la vider.
  • Une jeune maman peut remarquer du sang dans les urines.
  • Lorsque vous urinez ou à la fin, vous ressentez des sensations douloureuses.
  • L'urine change de couleur normale.

Si vous ne prêtez pas suffisamment d'attention à la maladie et ne commencez pas un traitement, une complication telle qu'une pyélonéphrite peut se développer. Si cela se produit, les symptômes suivants sont ajoutés aux symptômes ci-dessus:

  • la température corporelle augmente;
  • il y a de la douleur dans la région lombaire;
  • il y a une faiblesse constante;
  • il y a des douleurs dans les muscles et les articulations;
  • une femme peut périodiquement se sentir malade, elle peut vomir;
  • inquiet d'une forte migraine.

Si une femme a remarqué de tels symptômes en elle-même, elle a besoin d'une assistance médicale immédiate, car une telle complication comporte un plus grand danger pour la vie.

Traitement de la cystite après l'accouchement

Quand un bébé naît, il se nourrit d'abord de lait maternel. Le traitement de la cystite après l'accouchement a donc ses propres caractéristiques. De nombreux médicaments sont contre-indiqués pendant l'allaitement, car ils ont tendance à pénétrer dans le lait et peuvent nuire gravement à la santé de la chapelure. Quoi qu’il en soit, il est nécessaire de traiter la cystite uniquement sur prescription médicale, car l’auto-traitement est lourd de conséquences désastreuses.

Mais il convient de rappeler que même après l'amélioration sensible de la maladie, vous ne pouvez pas arrêter de prendre des médicaments. Il est nécessaire de suivre le cours du traitement prescrit par le médecin, à la fin, il est en moyenne de 3 à 7 jours.

Autrement, la possibilité que la cystite de la forme aiguë devienne chronique devient plus difficile à combattre.

Prévention de la cystite post-partum

Beaucoup de femmes sont confrontées à cette maladie insidieuse simplement parce qu'elles ne savent pas comment la prévenir. Considérez les mesures de base pour la prévention de la cystite postpartum:

  • Vous ne pouvez pas permettre l'hypothermie du corps, vous devriez donc toujours vous habiller en fonction de la météo.
  • Même pendant la période d'attente de l'enfant, et cela vaut mieux à l'avance, vous devez traiter toutes les maladies inflammatoires chroniques, car elles provoquent des processus inflammatoires dans d'autres organes.
  • Il serait également bon d'éliminer les maladies sexuellement transmissibles avant la grossesse.
  • Après chaque visite aux toilettes, vous devez vous laver.
  • Après la défécation, essuyez de l'avant vers l'arrière.
  • Les serviettes hygiéniques doivent être remplacées toutes les 2 heures.
  • Mangez bien. Les repas doivent être équilibrés.

En observant ces règles simples, vous pouvez vous protéger non seulement de la cystite, mais également éviter de nombreuses autres complications post-partum.

Dès que quelques-uns au moins des symptômes ci-dessus ont été remarqués, la première chose à faire est de consulter un médecin. Il convient de rappeler que seul un spécialiste expérimenté peut poser le bon diagnostic et prescrire un traitement efficace.

Comment guérir la cystite après l'accouchement

La cystite après l'accouchement est peut-être l'événement le plus fréquent, compte tenu des maladies génito-urinaires inflammatoires. L'inflammation de la membrane muqueuse de l'organe urinaire est plus souvent observée chez les femmes en raison de leur anatomie due à l'urètre court et large, ce qui facilite la pénétration de l'infection dans l'urètre.

Dans le développement de la cystite est directement impliqué dans l'infection bactérienne, dont l'agent causal devient souvent E. coli; parfois, les entérocoques, les staphylocoques, Klebsiella et d’autres microorganismes pathogènes provoquent une inflammation. L'hypothermie, une mauvaise circulation sanguine dans le bassin, un déséquilibre hormonal, un manque d'hygiène personnelle, des problèmes d'écoulement de l'urine entraînent une infection.

Souvent, les femmes, absorbées par les soins à donner à leur enfant, laissent leur santé sans y prêter attention. La cystite postpartum se développe rapidement, avec des symptômes désagréables caractéristiques.

Aux premiers signes de cystite, une femme doit immédiatement consulter un médecin pour coordonner le traitement de l'allaitement.

Facteurs provocants

La cystite post-partum est un phénomène fréquent chez les femmes. Les facteurs suivants augmentent les risques de développer la maladie:

  • La naissance d'un enfant, sa promotion à travers le canal de naissance violent la circulation sanguine des organes pelviens.
  • L'activité générique altère les nerfs qui innervent la vessie. Pour cette raison, les femmes ne ressentent pas le besoin urgent d'uriner. L'urine stockée empêche la contraction utérine. Si la femme ne peut pas être vidée, un cathéter est inséré dans la vessie, ce qui irrite la muqueuse de la vessie et peut provoquer une infection.
  • Pour éviter les saignements et stimuler la contraction de l'utérus, les femmes en travail mettent de la glace sur le bas de l'abdomen. Ceci peut à son tour provoquer une hypothermie et le développement de la maladie.
  • Pendant la grossesse, les mécanismes de protection de la femme sont supprimés afin que l’immunité de la mère ne rejette pas l’embryon en tant que corps étranger. Pour cette raison, la femme devient susceptible à diverses infections. La perte de sang lors de l'accouchement réduit également les forces de protection de la femme.
  • Blessures à la naissance. Les dommages causés au tissu conjonctif du vagin et du périnée rendent l'urination difficile.
  • Les complications inflammatoires après l'accouchement, le développement de l'endométrite augmentent le risque d'infection.

Manifestations symptomatiques

Symptômes de la cystite chez les femmes qui ont accouché:

  • mictions fréquentes et douloureuses, sans égard à la quantité de liquide que vous buvez;
  • miction involontaire et fréquente;
  • douleur et sensation de brûlure à la fin de la miction;
  • dans la forme aiguë de la maladie a manifesté une douleur dans le bas-ventre;
  • la température corporelle peut augmenter et une faiblesse générale peut être présente;
  • l'urine peut contenir des impuretés de sang et de mucus;
  • douleur lors de la miction peut donner au rectum.

Diagnostiquer la cystite après l'accouchement n'est pas difficile.

Pour confirmer le diagnostic, le médecin prescrit un test de laboratoire sur l'urine afin d'identifier les globules rouges et le contenu des leucocytes dans le sang. Dans l'analyse du sang dans cette maladie, un nombre accru de leucocytes, érythrocytes, protéines et bactéries est détecté.

L'analyse microbiologique de l'urine révèle une sensibilité aux médicaments antibactériens. Peut-être la nomination d'une échographie de l'organe urinaire pour déterminer l'épaisseur de ses parois, ainsi que l'hétérogénéité de la structure du contenu.

Thérapie de la maladie chez les femmes après l'accouchement

Le traitement rapide de la maladie à un stade précoce est une condition importante. Des médicaments antibactériens et anti-inflammatoires sont nécessaires pour éliminer l'inflammation. Pendant l'allaitement, la plupart des médicaments sont interdits, c'est la difficulté de traiter la maladie après l'accouchement. Par conséquent, les médecins préfèrent les médicaments urosepticheskimi, qui contiennent des ingrédients à base de plantes. Les plantes médicinales sont non toxiques, n’ont pas de propriétés secondaires, ne suppriment pas le système immunitaire. Le plus souvent, les médecins prescrivent:

  1. Canéphron H - Uroseptique à base de plantes, composé d’extrait de romarin, de centaurée et de lovage. Le médicament inhibe les bactéries et élimine les agents pathogènes de la vessie.
  2. Phytolysine - contient des extraits d'herbes médicinales, a un effet anti-inflammatoire, améliore l'activité des voies urinaires, atténue les symptômes de la maladie.
  3. Monurel - un médicament qui a des propriétés antimicrobiennes, contient dans sa composition extrait de canneberge.
  4. Cystone contenant de la momie et des herbes médicinales est destiné à une utilisation à long terme, il est recommandé pour la forme chronique de la cystite.


Si les uroseptiques à base de plantes n'apportent pas de soulagement, un antibiotique du groupe de la pénicilline peut être prescrit, ce qui est autorisé pendant l'allaitement.

Dans les cas où la chlamydia ou le mycoplasme sont détectés pendant le diagnostic, il sera nécessaire d'interrompre l'allaitement et de traiter avec des agents antibactériens du groupe nitrofuran.

Pour continuer l'allaitement après une antibiothérapie, il sera nécessaire d'extraire le lait plusieurs fois par jour. L'auto-traitement de la cystite pendant l'allaitement est inacceptable, tous les médicaments antibactériens doivent être prescrits par le médecin traitant.

Avec la cystite post-partum, les femmes peuvent éprouver une miction involontaire. Dans de tels cas, il est recommandé d'effectuer des exercices de Kegel. Les exercices améliorent la circulation sanguine dans les organes pelviens, restaurent les tissus qui s'étirent et renforcent les muscles du vagin et de l'anus. Les procédures thermiques de chauffage ont un effet positif sur la cystite, mais de telles manipulations ne sont pas recommandées pendant la période post-partum pour éviter les saignements.

Lorsque la cystite montre un régime sans sel, excluant les aliments salés et épicés. Les bouillons riches, les aliments préparés, les produits marinés et fumés, ainsi que les aliments gras et frits sont supprimés de l'alimentation. Il est nécessaire d'observer le régime de consommation, il est préférable de boire de l'eau filtrée ordinaire et de l'eau minérale alcaline. Les boissons gazeuses sucrées, les thés avec additifs et les épices ne sont pas recommandés. La préférence devrait être donnée au jus de fruits fait maison de canneberges ou de jonquilles. Il est également recommandé la décoction de feuilles d’airelles, de busserole, de camomille de pharmacie, de baies de roses sauvages.

Avec la cystite post-partum, une hygiène personnelle stricte est recommandée, un rinçage après chaque miction, des changements fréquents de serviettes hygiéniques.

Il est nécessaire de terminer le traitement, même si l’état s’est nettement amélioré. Sinon, la maladie deviendra chronique. Après le traitement, un test de laboratoire répété sera nécessaire: si les valeurs de sang et d'urine sont normales, la cystite est considérée comme guérie.

  1. À des fins prophylactiques, pendant la période de portage d'un enfant, une femme doit être traitée pour une infection existante.
  2. Ne pas permettre l'hypothermie.
  3. Nécessite une hygiène stricte.
  4. Surveillez la digestion, éliminez la constipation et perturber la circulation sanguine dans le pelvis.
  5. La vessie se vide régulièrement.

Un traitement compétent et opportun garantit un pronostic positif pour le rétablissement. En l'absence de traitement, le processus inflammatoire peut atteindre les reins et développer une pyélonéphrite, une inflammation des reins non spécifique.

Bougies "Hexicon": des avis, des indications, des instructions d'utilisation, des effets secondaires et des contre-indications

Pilules contre la cystite pour les femmes: 10 médicaments les plus populaires