Miction fréquente d'uriner. VSD.

J'ai un tel problème. Cela dure depuis de nombreuses années. Mais dernièrement, les attaques sont devenues de plus en plus fréquentes. Souvent, je veux aller un peu aux toilettes. Avant tout voyage, un voyage dans un lieu inconnu, une rencontre avec un étranger, dans un embouteillage, dans un transport, dans un train, avant une réunion de travail, j'ai une folle envie d'aller aux toilettes.

Je ne peux pas tolérer. Cela me gonfle et ma vessie se remplit littéralement en 20 minutes. Ma tête tourne, je transpire, mes mains tremblent, je me sens mal. Il semble que je vais mourir ici maintenant et m'évanouir. Je veux sauvagement utiliser les toilettes de façon modeste.

De plus, j'ai récemment voyagé en bus entre les villes et j'ai demandé au chauffeur de s'arrêter toutes les 40 minutes. C'était de la farine pour tout le monde. Je transpirais et rougissais, les gens étaient en colère. Et que pourrais-je faire? Et je n'y suis pas allé en trois gouttes, mais comme si j'avais bu du liquide toute la journée.

Mais avant le voyage, connaissant mon problème, je n'ai rien bu ni mangé. Et à la fin, je ne peux aller nulle part, pas de visites en bus, pas de voyages. Je cherche constamment des toilettes. Même si je suis dans un embouteillage sur un itinéraire familier, je suis paniqué et nerveux.

Cela empoisonne ma vie! Que dois-je faire et à quel médecin dois-je m'adresser?

Souvent, je veux aller un peu aux toilettes.

L'envie d'uriner fréquemment dans le TRI et le trouble panique n'est associée à aucune maladie organique du système urinaire ni à aucune sorte d'infection des voies urinaires. Aucune infection ou autre trouble dans cette condition n'est déterminé. Ce symptôme de VSD survient lorsque le système nerveux devient plus stressé et disparaît lorsque son système nerveux se calme.

Pourquoi, dans une atmosphère détendue, voulez-vous souvent aller un peu aux toilettes et quand une charge nerveuse apparaît-elle? Tout cela à cause de la peur de l'inconnu avant l'événement à venir. Vous ne savez pas ce qui vous attend, ce qui vous rend nerveux et effrayé. Pour une personne, une telle affection provoque de fréquentes envies de se rendre aux toilettes en raison d'une grande quantité de ce que l'on appelle "la maladie de l'ours", d'une crise d'asphyxie, d'interruptions du travail du cœur. La variété de symptômes qui donne au système nerveux végétatif, effrayé par son propre cerveau, un très grand nombre. Vous avez cette miction fréquente. Ces symptômes se manifestent à la suite d'une attaque de panique vécue dans une situation aussi incertaine.

Votre propre cerveau tente de protéger votre corps du danger apparent qui menace votre vie. Je m'excuse pour la tautologie, mais je ne peux pas expliquer le contraire. Il a peur de l'inconnu et tente par tous les moyens d'empêcher l'événement à venir. Le cerveau vous fait peur avec des pensées terribles sur ce qui peut arriver à la suite d'un voyage dans une autre ville ou d'une réunion avec un étranger. Et tout peut arriver - les informations terribles vous parviennent suffisamment de la télévision et d’Internet.

Vous commencez à percevoir ces pensées terribles, proposées par votre cerveau, comme une réalité et, suivant complètement son exemple, vous donnez une attaque de panique. De cette façon, votre cerveau obtient le résultat souhaité et obtient le sien - vous restez chez vous en toute sécurité, à son avis. Votre vie n'est pas menacée et elle se calme, et le besoin fréquent d'uriner passe. Après tout, rendez-vous à une réunion ou prenez un embouteillage sans vous rendre aux toilettes à pied, car la mort, c'est comme!

L'un des principaux symptômes d'une attaque de panique est la peur de la mort, dont vous parlez, ainsi que des mictions fréquentes et abondantes. Une miction abondante et irréelle après une telle attaque!

En règle générale, l'urine est excrétée au moins 1 litre à la fois. Une grande quantité d'urine peut provoquer encore plus de peur et de panique, car, sachant vos symptômes, vous ne pouviez pas prendre de liquide avant l'événement à venir. Ces impulsions peuvent être quelque peu avec de courts intervalles dans le temps. L'urine a une apparence claire, comme de l'eau ordinaire.

Je pense que cela a expliqué la situation plus ou moins clairement.

Que faire? Il est nécessaire de limiter le stress moral et physique sur votre corps et de commencer un traitement sédatif du système nerveux. Cela peut être prescrit par un psychothérapeute ou un neurologue.

Mais le traitement le plus important, vous devez vous nommer. Arrêtez d'avoir peur de vos pensées effrayantes que votre cerveau vous offre! Ce sont des pensées effrayantes qui causent le VSD de tous vos problèmes. N'écoutez pas les histoires effrayantes irréelles de votre cerveau, réconciliez-vous avec la peur de la mort! Si vous ne le faites pas, les médicaments ne vous aideront que pendant la durée du traitement, et après leur annulation, tout reviendra.

Et ne me dites pas que c'est impossible, et que cela dépasse vos forces! Il est très facile de se débarrasser de la peur - vous devez en venir à bout!

Pourquoi, quand tu es nerveux, tu veux aller aux toilettes?

Il y a une histoire qui dit qu'à l'origine de ce désordre, il y a un ours. Un hiver, les chasseurs sont allés attraper l'animal. Nous avons traqué sa tanière et avons commencé à faire du bruit, frappant avec des bâtons et poussant les chiens à aboyer. La bête se réveilla naturellement et sortit de sa tanière, effrayée, se cachant dans la forêt. Mais quand il a couru, il a eu la diarrhée. Le soi-disant syndrome du côlon irritable - "maladie de l'ours". Et pourquoi, quand tu es nerveux, tu veux aller aux toilettes?

Signes d'une maladie baissière

Pourquoi, quand tu es nerveux, tu veux aller aux toilettes?

Un intestin trop sensible, qui réagit si douloureusement à des situations stressantes, survient surtout chez les personnes émotionnellement faibles. Le malaise découle de l'épuisement nerveux, d'événements tragiques qui se sont produits. Mais la cause principale de la maladie reste le système nerveux. L'effet négatif sur le corps provient de la suppression des émotions et se traduit par une envie incontrôlable de se vider, une poussée de bile dans l'intestin. À partir d'ici:

  • Douleur abdominale;
  • La diarrhée;
  • constipation

Si vous contractez la maladie, les vaisseaux sanguins de l'intestin enflammé commenceront à éclater. Cela ne mènera pas au bien. Un traitement sérieux dans les établissements médicaux sera nécessaire. Prendre soin de votre santé ne vaut pas la peine quand les conséquences sont au-dessus du toit, mais avant qu'elles se produisent.

Plus facile de prévenir que de traiter

Vidéo: “Comment arrêter d'être nerveux? 10 façons éprouvées "

Pourquoi, quand vous êtes nerveux, perdre du poids?

Comment les lésions nerveuses d’une personne se manifestent-elles?

"Je veux aller aux toilettes quand je suis nerveux!"

Phobie alimentaire ou quoi faire quand vous êtes unique dans vos peurs?

Quelles sont les raisons du désir constant d'aller aux toilettes en grand?

Transpirer dans des situations nerveuses.

Dépendance à l'égard des opinions des gens

Comment soulager une maladie telle que l'hyperesthésie mentale?

Quel genre de maladie pendant l'excitation veulent aller aux toilettes?

Chaque jour, dans la société, une personne éprouve diverses émotions négatives: contrainte, anxiété, peur, honte, agression, irritation, etc. À ce moment, un «signal de danger» est transmis au cerveau et le travail du système nerveux et endocrinien commence à être activé.

Beaucoup de gens disent que l'excitation veut aller aux toilettes. Ce besoin se pose contre la libération d'hormones de stress dans le sang: l'adrénaline et le cortisol. La réaction du corps vient immédiatement - les muscles commencent à se contracter, le péristaltisme intestinal augmente, le sphincter de la vessie est comprimé, etc.

Et ici, il est nécessaire de déterminer la ligne de démarcation entre la norme et la pathologie, car presque tous les enfants étaient pressés d'aller aux toilettes. Mais si une réaction similaire se produit à chaque fois pendant l'excitation, il est très probable qu'il s'agisse d'une maladie: "maladie de l'ours", cystite neurogène, névrose de la vessie, etc.

Qu'est-ce qu'une "maladie de l'ours"?

La médecine officielle a donné à cette pathologie le nom de "syndrome du côlon irritable". Il a avant tout une nature psychosomatique. C'est-à-dire que toute tension émotionnelle ou nerveuse provoque une envie soudaine de déféquer chez une personne. Dans le même temps, ceux qui en ont besoin disent que ce sont les selles liquides (diarrhée) qui sont le plus souvent exaltées.

Pourquoi la pathologie chez les personnes est-elle appelée «maladie de l'ours»? Si, pendant l'hibernation, l'ours est réveillé et attiré hors d'une tanière, l'animal apeuré commence à fuir en panique, ce qui peut provoquer une diarrhée aiguë.

Donc, si par excitation vous voulez aller aux toilettes pour la plupart, alors la cause du problème doit être recherchée précisément dans les troubles mentaux, les conflits internes, les peurs. En règle générale, la maladie récidive 2,5 à 3 mois par an.

La pathologie se développe et se manifeste comme suit:

  1. En période de stress, il existe un besoin impérieux de déféquer.
  2. Le péristaltisme est activé dans l'estomac, une gêne, des flatulences et une douleur apparaissent.
  3. En outre, une diarrhée aiguë se développe, souvent avec un mélange de mucus.
  4. La défécation a lieu au moins 3 fois par jour.

Le syndrome du côlon irritable est souvent diagnostiqué chez les étudiants. Le stress pendant les examens et les tests, la charge de travail mental élevée liée aux troubles de l’alimentation et du sommeil conduisent au développement d’états psychosomatiques et névrotiques. Ils affectent à leur tour le travail du système cardiovasculaire, les glandes endocrines.

La psychothérapie aidera à faire face à la maladie. Les techniques médicales permettront d'identifier la véritable cause de la maladie, de résoudre les contradictions internes du patient, de lui apprendre à accepter ses échecs et ses défauts. De plus, un traitement médical est effectué (sédatifs, adaptogènes, antidépresseurs).

Comment la vessie réagit-elle au stress?

Souvent, les patients se tournent vers le thérapeute avec un problème, cette excitation serait souhaitable dans les toilettes pour un peu.

Cette pathologie a 2 causes communes: la névrose de la vessie et la cystite neurogène. Considérez chacun d'eux.

La névrose de la vessie est une violation du processus urinaire sur fond de stress et d'expériences. Les pathologies sont soumises à des personnes timides, sensibles aux émotions, qui prennent à cœur les événements qui se déroulent et critiquent les autres.

Les dommages causés aux cellules nerveuses entraînent une tension musculaire excessive, qui exerce une pression sur la vessie et provoque la vidange.

En outre, les psychologues disent que les pensées obsessionnelles, la paranoïa, les peurs et les attaques de panique font que le désir naturel du corps est «libre», ce qui s'accompagne souvent d'un désir d'uriner immédiatement. Nervosa excite le système nerveux parasympathique, responsable de la contraction des muscles de la vessie, du relâchement de son sphincter, qui conduit à la libération de l'urine.

Le traitement de la névrose implique plusieurs procédures:

  • Traitement à court terme avec des antidépresseurs, des tranquillisants;
  • Exercices visant à détendre les muscles des cuisses, des fesses et de l'abdomen;
  • En cours de psychothérapie;
  • Suivre un régime (boire moins de liquide, manger plus d'aliments salés);

La cystite neurogène se produit également sur le fond du stress et de l'excitation. Les symptômes de la maladie sont les suivants:

  • Miction difficile et sensation de vidange incomplète de l'urée;
  • Pulsion forte et fréquente aux toilettes pendant la tension nerveuse et le stress
  • La nécessité d'uriner la nuit, surtout en cas de rêves troublants;
  • Douleur et inconfort pendant la miction;

Les causes de cette cystite peuvent être des lésions du cerveau ou de la moelle épinière, des pathologies héréditaires ou acquises du système nerveux central, une perturbation du système nerveux autonome.

Dans tous les cas, si pendant l’anxiété vous voulez aller aux toilettes, seuls un neurologue et un psychothérapeute peuvent vous aider. Un neurologue prescrira des médicaments qui réduisent l'anxiété, la peur et la panique, prescrira de la physiothérapie. Le psychothérapeute aidera à comprendre les problèmes personnels, à changer la réaction aux événements négatifs. Formation spéciale et installation efficace, hypnose.

Pourquoi, quand vous êtes nerveux, voulez-vous immédiatement aller aux toilettes pour la plupart?

Eh bien, si vous voulez juste.

Le fait est que l’intestin est l’un des premiers organes à réagir au stress, petit ou grand. Peut-être pourra-t-il réagir avec sa motilité fortement accrue plus rapidement que toute autre chose. Nous ne parlerons pas d’accidents vasculaires cérébraux ni de crises cardiaques dans ce sujet, Dieu nous en préserve.

Mais pour ce qui est de transpirer, de rougir, de pâlir ou de vouloir beaucoup - c'est toujours le bienvenu, comme on dit. Ce sont les caractéristiques de l'organisme en général et du système nerveux en particulier. Il n'y a pas de secrets spéciaux.

Bien qu'il arrive aussi que ne veut pas. Pendant plusieurs jours, par exemple. Les réactions sont différentes.

S'inquiéter correctement ou comment atténuer les effets du stress

Le stress. Pourquoi une telle réaction se produit-elle? Et que faire, pour que cela ne mène pas à

Notre expert est un chercheur de premier plan du laboratoire de pathologie du système nerveux autonome du département de recherche et développement en neurologie du centre de recherche et de recherche de la première université médicale de Moscou. I. M. Sechenov, docteur en sciences médicales Elena Akarachkova.

Réaction - individuelle

Le stress est la réaction du corps aux influences extérieures irritantes: problèmes de temps, examens, faim, voire fluctuations de la pression atmosphérique.

Lorsque nous sommes affectés par un facteur de stress, il y a des changements dans le cerveau, le travail des systèmes endocrinien et nerveux. Les hormones, l'adrénaline et le cortisol, sont libérées dans le sang et, de ce fait, toutes les cellules du corps deviennent agitées. Certains d'entre eux émettent une substance à base d'histamine (qui pénètre dans le sang lors d'une réaction allergique), ils peuvent causer des rougeurs et des démangeaisons.

Les cellules des tissus musculaires sont plus activement réduites - et une personne agitée a une tachycardie ou une augmentation de la motilité intestinale, et il souhaite utiliser les toilettes (on parle alors de maladie de l'ours chez l'homme). Les vaisseaux réagissent: la pression augmente, des taches rouges apparaissent sur le corps et le visage. Quelqu'un transpire abondamment: les hormones du stress activent le système nerveux autonome.

Les processus se produisant dans le corps pendant le stress sont universels pour tout le monde, mais le type de manifestations qu'une personne aura dépend de ses caractéristiques individuelles. En particulier, d'après ce qu'il a appris dans son enfance. Un enfant dont la mère a eu mal à la tête au milieu de l'anxiété, le résout et, à l'âge adulte, réagit de la même manière.

Un autre exemple. Dans la plupart des cas, avec la tension nerveuse, les gens perdent l'appétit - c'est l'effet des hormones du stress. Cependant, si le bébé, cela lui a coûté de pleurer, a reçu une sucette, à l'avenir, il sera probablement sous stress, manger beaucoup. Ou de fumer. En général, calmez-vous, quelque chose prend sa bouche.

De la norme aux problèmes

La maladie des ours, l'augmentation modérée de la pression, la suralimentation sur fond de stress ne sont pas des maladies, mais des réactions normales. Un autre problème est qu'ils causent un inconfort grave. Une personne doit répondre à l'examen et elle veut insupportablement aller aux toilettes.

Vous devez parler à un public et il est couvert de sueur. Une fois dans une telle situation, il la répare, se souvient des sensations corporelles. À l'avenir, sachant que ce sera un événement passionnant, il commence à attendre des ennuis physiques. Cela crée de la peur, ce qui augmente seulement la libération d'hormones de stress - et augmente la motilité intestinale, les battements de coeur et la transpiration se produisent encore plus rapidement. Chaque fois que le problème s'aggrave, une névrose se développe et il n'est plus possible de sortir du cercle vicieux sans aide.

Neurologue et psychothérapeute peut vous aider. Le premier prescrira des médicaments contre l'anxiété. Dans le contexte de leur réception, même un stress important ne provoquera pas de réaction violente. Cependant, seuls les médicaments ne suffisent pas, car dès qu'ils seront supprimés, tout reviendra à la normale. Il est nécessaire, d’une part, de se débarrasser de la peur qui s’est formée et, d’autre part, d’apprendre à réagir d’une manière nouvelle en matière de stress. Pour cela, en plus du travail individuel avec un psychothérapeute, différentes formations, de l'hypnose et une thérapie corporelle sont appliquées.

Prends soin de toi à l'avance

Bien sûr, en finir avec la névrose n'en vaut pas la peine. Pensez-vous qu’en raison de l’excitation, votre estomac se tord ou votre dos est mouillé? Essayez de sortir de cet état dès que possible. Faites avec les mains ou les pieds quelques balayages de grande amplitude, courez une course de 100 mètres. L'activité physique vous permet de vous débarrasser de l'excès d'hormones du stress dans le sang.

Il est très important d’augmenter la tolérance globale au stress. Soit dit en passant, ce n’est pas du tout un calme heureux et de l’indifférence au stress, mais la capacité de réagir adéquatement. Après que l'organisme se soit mobilisé pour résoudre un problème, chacune de ses cellules doit se reposer, récupérer, sinon elle peut mourir. Pour cela, il a besoin d’énergie, et pour que le corps soit pourvu, une quantité suffisante de magnésium doit lui être fournie. Assurez-vous de manger des aliments riches en eux ou consommez-les sous forme de suppléments.

Les vitamines du groupe B sont également nécessaires, en particulier B6. Ils sont impliqués dans la production de sérotonine - une hormone qui a un effet calmant. Si cela suffit, l'excitation ne vous assommera pas.

Maladie de l'ours

Psychologue, neurologue Psychologue de famille

Bonjour Veronica!
Je vais essayer de vous aider.
Soyons tout de suite d’accord: vous ne buvez pas de pilules, c’est moi, psychologue, et médecin, je le conseille.
Vous avez probablement un diagnostic de VSD. C'est l'une de ses manifestations. Associé à l'état émotionnel.
Veronica, s'il te plaît, décris-moi deux choses:
1. Comment cet état a commencé et s'est développé.
2. Combien de temps êtes-vous allé chez un psychologue et y a-t-il eu des progrès?

Aujourd'hui, je n'ai pas le temps de répondre. Je répondrai demain.

1.Cet état n'a pas commencé immédiatement. Au début, depuis 2009, je venais de me faire mal à l’estomac et j’étais sous tension et j'avais peur que quelqu'un entende et pense que quelque chose ne va pas)) Je suis allé chez le médecin. diagnostiqué avec une gastroduodénite chronique. Saw et pilule tout, mais l'urachenie était encore et tendue. Mais une fois que je suis allé au collège, pas très loin de la maison, je suis parti en voiture, puis mon estomac s'est mis à grogner, puis j'ai réalisé qu'il grondait non seulement de faim, mais parce que je voulais aller beaucoup aux toilettes. Pour le reste du voyage, je voyageais avec un très grand inconfort. et à partir de ce moment-là, j'ai eu peur des trébuchements, des embouteillages, de l'impossibilité d'aller aux toilettes. Chaque matin, j'essayais d'aller aux toilettes "jusqu'au bout" pour qu'il n'y ait rien à marcher. J'ai souffert... et maintenant je continue, car c'est la seule chose qui m'inspire un peu de paix. Il y avait un cas comme toujours allé à l'institut et il y avait un accident devant nous, la route était bloquée. J'ai commencé à m'inquiéter beaucoup et c'était impatient. J'ai couru à l'hypermarché, Dieu merci, ce n'était pas si loin - je suis allé, j'ai couru) mais bon sang, et si ce n'était pas là? C'est effrayant. Je me souviens aussi que je m'inquiétais toujours de la présence de grondements dans mon estomac. Il y a eu un tel cas, nous sommes allés chez le camarade de classe devant le couple de l'institut où nous avons mangé. et ici a commencé un grondement sauvage. J'ai demandé à aller aux toilettes, j'étais terriblement du genre, j'avais très honte. mais il a réagi normalement, comme, eh bien, avec qui cela ne se produit pas) mais j’avais toujours honte.. En général, à présent, je ne me soucie plus du grondement dans mon ventre et du fait qu’ils l’entendront. Ce qui me préoccupe maintenant, c’est que partout où je vais, je suis inquiet de ce que je veux, et lorsque l’excitation se poursuit, elle ne s’arrête pas, comme une attaque de panique, la peur s’installe - et la réaction est immédiate - vous devez vous rendre aux toilettes. et ça ne semble pas juste ou je le fais, je marche vraiment.

2. Je suis allé chez un psychothérapeute de temps en temps. même quand l'estomac a grondé, c'est-à-dire pendant ces trois années, je lui ai apparu. De tout ce qu'elle a dit, je ne me souviens que de ceci - une nutrition appropriée, ne pas manger de farine et de sucre, de levure, ainsi qu'un sommeil réparateur. Eh bien, déjà un tas de pilules, j'ai effacé ce qu'elle avait écrit, rien n'y faisait. de la plus simple valériane au phénazépam. de l'effet phénazépam, généralement zéro est simple. Atarax m'aidait seulement à dire que je voulais coucher avec lui comme elle le voulait. les autres pilules ont également un effet nul. En général, les progrès pour le mieux n'étaient pas. le dernier cas vient de me sortir de l'ornière, et je me suis littéralement rendu chez un psychothérapeute juste avant hier et elle a dit que pendant que j'étudiais à l'université, ça ne finirait pas, par exemple être patient. et le cas était comme ça - nous sommes allés avec le gars au centre commercial Mega, et il était loin de nous, en général, j'ai tout mangé là-bas - et puis ça a commencé avec une horreur d'estomac - ça a gonflé, blessé. En général, les toilettes ont fonctionné 10-20 fois exactement. quand tout a semblé partir, ils ont décidé de rentrer chez eux. Je me suis assis dans le bus puis, comme s'il était submergé - panique, j'ai envie de fuir maintenant parce que je voulais soudainement aller aux toilettes - je suis retourné à la salle de bain - j'ai réussi à courir. la deuxième fois - bêtement je ne suis plus monté dans le bus parce que j'étais à nouveau couvert de panique et que la même chose se reproduisait. En général, la maison est à peine atteinte en taxi. et je me sens tellement mal à propos de cela, mais personne ne peut aider, à cause de cela, mes mains sont abaissées et je ne vois pas d’avenir.. ((((Si je n’avais pas eu ce problème, j’aurais probablement tourné des montagnes!).

Quel genre de maladie pendant l'excitation veulent aller aux toilettes? Pourquoi quand jogging veux toilettes

Pourquoi: ces petites crampes sont appelées fasciculations musculaires et sont causées par un déséquilibre des électrolytes au cours de la fatigue musculaire.

Que faire: compenser la perte d'eau avant et pendant l'exercice. C'est-à-dire maintenir l'équilibre des électrolytes dans les cellules musculaires. L'eau fraîche est préférable, mais si vous vous entraînez pendant plus d'une demi-heure, prenez une boisson pour sportifs contenant du potassium, du sodium et d'autres électrolytes pour compenser leur perte en transpirant.

Votre nez et vos yeux coulent.

Pourquoi: l'activité physique dilate et rétrécit les vaisseaux dans les sinus sinus. Une autre cause peut être la rhinite, causée par un effort physique. Ses symptômes ressemblent beaucoup aux allergies saisonnières: morve, nez bouché, éternuements et larmes.

Que faire: étudiez à l'intérieur, loin des gaz d'échappement. Utilisez un spray anti-allergie.

Votre peau démange

Pourquoi: votre cœur pompe plus de sang aux muscles qui travaillent, remplissant des millions de capillaires. En se développant, les capillaires activent les terminaisons nerveuses qui transmettent des signaux à votre cerveau, interprétées comme une démangeaison.

Que faire: faire de l'exercice régulièrement. Ensuite, le cerveau s'habitue et commence à ignorer ces signaux. Et rappelez-vous, plus la pause dans l’entraînement est longue, plus la démangeaison sera intense lorsque vous les reprendrez. Et si, en plus d'une démangeaison, vous développez des éruptions cutanées, consultez un médecin: il peut s'agir d'une urticaire causée par un effort physique.

Votre ventre est glacé.

Pourquoi: pendant l'entraînement, votre corps envoie plus de sang aux muscles, en «oubliant» la digestion. Et les muscles qui travaillent produisent beaucoup de chaleur, qui est donnée à la peau. Ainsi, votre estomac peut sembler froid par rapport au reste de votre corps.

Que faire: rien. C'est normal

Tu veux plus

Pourquoi: trembler peut provoquer le désir de vider les intestins. Par conséquent, un tapis roulant, par exemple, est plus susceptible de provoquer ce désir qu'un vélo d'appartement ou un vélo elliptique.

Que faire: ne rien manger pendant au moins deux heures avant l'entraînement. Évitez les repas lourds, les aliments riches en fibres, les succédanés du sucre, les aliments gras et la caféine. Avant la course, échauffez-vous et essayez de vous rendre aux toilettes.

Vous avez envie de vomir

Pourquoi: une combinaison des deux points précédents: la sortie de sang des intestins et le tremblement de son contenu. Avec l'habitude, vous pouvez et tout rendre.

Que faire: rappelez-vous que vous avez mangé quand vous étiez malade et que vous ne mangez pas ces aliments avant l'entraînement. En général, évitez les excès de fibres. Essayez différentes boissons - eau, énergie sportive, limonade diluée.

Vous êtes étourdi

Pourquoi: écoulement de sang vers les jambes en position debout, surchauffe ou arrêt brusque de l'exercice. Malheureusement, plus votre forme est bonne, plus il est susceptible d'avoir des vertiges. Cela est dû au fait que, bien que les entraînements réguliers augmentent la taille des ventricules cardiaques - signe de bonne forme physique -, ils aggravent également l'écoulement de sang vers le cœur en position debout.

Que faire: effectuez un attelage mobile ou reposez-vous après une séance d'entraînement. Dans les deux cas, le sang se précipite au cœur.

Vos orteils sont engourdis

Pourquoi: tes chaussures sont à l'étroit. Les jambes gonflent légèrement pendant l'exercice, surtout à cause de la chaleur générée par les muscles. Une autre cause peut être une inflammation des nerfs conduisant aux orteils.

Que faire: bougez parfois vos orteils pendant un entraînement pour améliorer la circulation. Si le problème ne disparaît pas, achetez des chaussures de la bonne taille et essayez de marcher pendant environ vingt minutes avant de les acheter.

Vous êtes entièrement à l'écoute des courses quotidiennes et avez déjà acheté tout ce dont vous avez besoin. Et ici, c’est la première course attendue depuis longtemps, tout se déroule comme prévu, puis après avoir parcouru une distance suffisante de la maison, un problème piquant se présente tout à coup: le besoin d’utiliser les toilettes.

Nous soulignons tout de suite qu'un tel phénomène est naturel et caractéristique de tout le monde. Alors que faire et tout de même, pourquoi pendant la course commence à vouloir aller aux toilettes?

La réponse à cette question réside dans les caractéristiques physiologiques d'une personne - naturellement, lors d'une charge corporelle, la fréquence cardiaque augmente et, par conséquent, le sang circule beaucoup plus rapidement, activant ainsi divers processus, notamment le travail du système digestif.

Les avantages d'un tel travail intestinal sont assez importants et bénéfiques pour la santé. En premier lieu, il s'agit d'une élimination naturelle et opportune des substances nocives de l'organisme, à savoir l'absence de constipation. Fait intéressant: la personne moyenne visite les toilettes «grosses» une fois par jour, le coureur peut aller jusqu'à 3-4 fois. Tout va bien, mais il y a un inconvénient important: il peut s'accrocher en faisant du jogging. Le moyen de sortir de cette situation est simple: prendre des aliments en temps voulu et contrôler le régime avant de faire du jogging.

Bien sûr, le plus avantageux serait que vous alliez aux toilettes juste avant la course.

Nous avons donc traité les problèmes «de manière globale», mais quel est le problème avec les appels fréquents aux toilettes «de petite manière»? Souvent, l'envie de se tromper pendant une course est fausse et disparaît après 5 à 10 minutes de course. Selon les scientifiques, ceci est une manifestation de notre système de sympathie pour faire du sport.

Tout processus de compétition ou tout effort physique est une sorte de stress pour le corps. Et juste pendant le stress, il commence à activer les récepteurs nerveux de la vessie, ce qui donne envie aux toilettes. En réalité, la vessie peut être presque vide et vous êtes déjà allé aux toilettes avant le début. Les athlètes entraînés pourront facilement distinguer le besoin d’être nerveux. Par conséquent, vous finirez par apprendre à distinguer si vous exécutez systématiquement le jogging.

La première règle des athlètes novices et de ceux qui veulent simplement rester en forme consiste à boire de l'eau en petite quantité avant et pendant la course, avec un maximum de 100 à 150 ml de liquide.

Si vous avez l’intention de courir plus de 10 km., Puis 3 à 3 gorgées, tous les 3 km, l’apport optimal en liquide, ce qui vous évitera d’avoir soif, mais ne provoquera pas de besoin impérieux. Une grande quantité de liquide dans l'estomac entraînera également de la lourdeur et de la douleur.

Si dans la rue il y a une forte chaleur, il est préférable de refuser de courir.

À des températures inférieures à zéro, l'envie est provoquée précisément par la réaction du corps à un rhume ou, dans le pire des cas, à une hypothermie.

Courez à votre santé!

Mots-clés: course à pied, jogging, envie, sport, liquide

(Visité 2 210 fois, 1 visites aujourd'hui)

Pas de messages liés.

Chaque jour, dans la société, une personne éprouve diverses émotions négatives: contrainte, anxiété, peur, honte, agression, irritation, etc. À ce moment, un «signal de danger» est transmis au cerveau et le travail du système nerveux et endocrinien commence à être activé.

Beaucoup de gens disent que l'excitation veut aller aux toilettes. Ce besoin se pose contre la libération d'hormones de stress dans le sang: l'adrénaline et le cortisol. La réaction du corps vient immédiatement - les muscles commencent à se contracter, le péristaltisme intestinal augmente, le sphincter de la vessie est comprimé, etc.

Et ici, il est nécessaire de déterminer la ligne de démarcation entre la norme et la pathologie, car presque tous les enfants étaient pressés d'aller aux toilettes. Mais si une réaction similaire se produit à chaque fois pendant l'excitation, il est très probable qu'il s'agisse d'une maladie: "maladie de l'ours", cystite neurogène, névrose de la vessie, etc.

Qu'est-ce qu'une "maladie de l'ours"?

La médecine officielle a donné à cette pathologie le nom de "syndrome du côlon irritable". Il a avant tout une nature psychosomatique. C'est-à-dire que toute tension émotionnelle ou nerveuse provoque une envie soudaine de déféquer chez une personne. Dans le même temps, ceux qui en ont besoin disent que ce sont les selles liquides (diarrhée) qui sont le plus souvent exaltées.

Pourquoi la pathologie chez les personnes est-elle appelée «maladie de l'ours»? Si, pendant l'hibernation, l'ours est réveillé et attiré hors d'une tanière, l'animal apeuré commence à fuir en panique, ce qui peut provoquer une diarrhée aiguë.

Donc, si par excitation vous voulez aller aux toilettes pour la plupart, alors la cause du problème doit être recherchée précisément dans les troubles mentaux, les conflits internes, les peurs. En règle générale, la maladie récidive 2,5 à 3 mois par an.

La pathologie se développe et se manifeste comme suit:

  1. En période de stress, il existe un besoin impérieux de déféquer.
  2. Le péristaltisme est activé dans l'estomac, une gêne, des flatulences et une douleur apparaissent.
  3. En outre, une diarrhée aiguë se développe, souvent avec un mélange de mucus.
  4. La défécation a lieu au moins 3 fois par jour.

Le syndrome du côlon irritable est souvent diagnostiqué chez les étudiants. Le stress pendant les examens et les tests, la charge de travail mental élevée liée aux troubles de l’alimentation et du sommeil conduisent au développement d’états psychosomatiques et névrotiques. Ils affectent à leur tour le travail du système cardiovasculaire, les glandes endocrines.

La psychothérapie aidera à faire face à la maladie. Les techniques médicales permettront d'identifier la véritable cause de la maladie, de résoudre les contradictions internes du patient, de lui apprendre à accepter ses échecs et ses défauts. De plus, un traitement médical est effectué (sédatifs, adaptogènes, antidépresseurs).

Comment la vessie réagit-elle au stress?

Souvent, les patients se tournent vers le thérapeute avec un problème, cette excitation serait souhaitable dans les toilettes pour un peu.

Cette pathologie a 2 causes communes: la névrose de la vessie et la cystite neurogène. Considérez chacun d'eux.

La névrose de la vessie est une violation du processus urinaire sur fond de stress et d'expériences. Les pathologies sont soumises à des personnes timides, sensibles aux émotions, qui prennent à cœur les événements qui se déroulent et critiquent les autres.

Les dommages causés aux cellules nerveuses entraînent une tension musculaire excessive, qui exerce une pression sur la vessie et provoque la vidange.

En outre, les psychologues disent que les pensées obsessionnelles, la paranoïa, les peurs et provoquent le désir naturel du corps de se "libérer", ce qui s'accompagne souvent d'un désir d'uriner immédiatement. Nervosa excite le système nerveux parasympathique, responsable de la contraction des muscles de la vessie, du relâchement de son sphincter, qui conduit à la libération de l'urine.

Le traitement de la névrose implique plusieurs procédures:

  • Traitement à court terme avec des antidépresseurs, des tranquillisants;
  • Exercices visant à détendre les muscles des cuisses, des fesses et de l'abdomen;
  • En cours de psychothérapie;
  • Suivre un régime (boire moins de liquide, manger plus d'aliments salés);

La cystite neurogène se produit également sur le fond du stress et de l'excitation. Les symptômes de la maladie sont les suivants:

  • Miction difficile et sensation de vidange incomplète de l'urée;
  • Pulsion forte et fréquente aux toilettes pendant la tension nerveuse et le stress
  • La nécessité d'uriner la nuit, surtout en cas de rêves troublants;
  • Douleur et inconfort pendant la miction;

Les causes de cette cystite peuvent être des lésions du cerveau ou de la moelle épinière, des pathologies héréditaires ou acquises du système nerveux central, une perturbation du système nerveux autonome.

Dans tous les cas, si pendant l’anxiété vous voulez aller aux toilettes, seuls un neurologue et un psychothérapeute peuvent vous aider. Un neurologue prescrira des médicaments qui réduisent l'anxiété, la peur et la panique, prescrira de la physiothérapie. Le psychothérapeute aidera à comprendre les problèmes personnels, à changer la réaction aux événements négatifs. Formation spéciale et installation efficace, hypnose.

Souvent, les athlètes débutants et expérimentés sont confrontés à un problème, celui d’appel aux toilettes. Lorsque cela se produit à l'entraînement, il n'y a rien de terrible à cela. Et s’il commence soudainement à se prendre le ventre lors d’un départ responsable, ce à quoi l’athlète se prépare depuis de longs mois d’entraînement. Après tout, il vaut la peine de s’arrêter et le résultat souhaité s’évaporera. Que faire et pourquoi tout en courant, vous voulez aller aux toilettes - de manière grande et petite?

Pourquoi voulez-vous aller aux toilettes en courant?

Pendant la course, le sang commence à circuler dans le corps plusieurs fois plus rapidement et active divers processus dans l'organisme, parmi lesquels le travail du système digestif. Les athlètes qui courent ne sont généralement pas confrontés à des problèmes tels que la constipation. Après tout, l'intestin fonctionne comme une horloge. Et si une personne ordinaire va aux toilettes plus d'une fois par jour, le coureur peut y aller 4 à 5 fois. Cela présente à la fois des avantages et des inconvénients.

L'avantage est qu'il n'y a pratiquement pas de substances nocives qui s'accumulent dans le corps et qu'elles sortent naturellement, mais il y a un gros inconvénient dans le fait qu'un estomac peut être attrapé en faisant du jogging. Dans ce cas, vous devez suivre de près votre alimentation et suivre l'horaire des repas avant l'exercice.

Et pourquoi souvent en courant, vous voulez aller aux toilettes de façon modeste? Bien sûr, avant de faire du jogging, il est nécessaire d’aller aux toilettes à l’avance, petit ou grand. Le plus souvent, lorsqu'une personne éprouve des sentiments, elle s'arrête et fait pipi - ce sont ses faux sentiments qui, le plus souvent, disparaîtront après 5 à 15 minutes de course. Selon les scientifiques, ce ne sont que des échos de notre système sympathique pour faire du sport.

Toute activité physique, et en particulier la compétition, constitue un stress pour tout le corps. À cet égard, les récepteurs nerveux sensibles de la vessie sont activés, ce qui donne l'impression de vouloir aller aux toilettes. Bien que la vessie puisse être presque vide, vous êtes déjà allé aux toilettes avant le début. Les athlètes expérimentés sont généralement conscients de ce désir à cause des nerfs ou est-ce réel.

Par conséquent, si vous êtes certain de ne plus avoir besoin d'aller aux toilettes, vous devez vous détendre, attendre le coup de contrôle et vous enfuir sans y penser. Vous ne remarquerez pas vous-même à quelle vitesse vous l'oubliez. Au fil du temps, l'athlète apprend à comprendre et à écouter son corps et sait déjà quand il en a besoin.

Il arrive souvent que vous deviez vous arrêter pour chercher une toilette, aucun des athlètes n’est assuré. Lors des compétitions, il convient également de rappeler qu’aux points de ravitaillement, il n’est pas nécessaire de boire toute l’eau jusqu’au bout. Vous pouvez boire un maximum de 150-200 ml de liquide.

Et si vous savez que vous pouvez avoir envie d'aller aux toilettes, buvez de 3 à 5 gorgées tous les 5 km et cela suffira pour ne pas avoir la soif au loin. En outre, une grande quantité de liquide que vous buvez peut provoquer de graves douleurs à l'estomac et des douleurs désagréables après un tel point d'alimentation.

Et bien sûr, n'oubliez pas les conditions météorologiques. Cette règle n'est valable que par temps normal, en cas de température ambiante élevée, l'équilibre de l'eau devra être restauré différemment.

De plus, si la température extérieure est inférieure à zéro, la réaction du corps au froid ou, dans le pire des cas, à l'hypothermie, vous donne le sentiment de vouloir aller aux toilettes avec un minimum.

Pour que la toilette ne pose aucun problème, prenez bien soin de votre alimentation lors d’un démarrage responsable. Il est préférable de supprimer tous les produits laitiers de votre alimentation quelques jours avant la compétition. Il convient également de réduire la quantité de protéines consommée et d’introduire un maximum de nourriture avec un maximum de glucides longs. Ils saturent bien le corps tout en affectant le moins possible le tube digestif. Une demi-heure avant le début, vous pouvez boire de l’imodium sans avoir à vous soucier du problème des toilettes.

Avant de vous entraîner, essayez de ne pas manger serré dans 2-3 heures. Au moins une demi-heure, vous pouvez manger des légumes ou des fruits, mais tout cela individuellement, en fonction de la réaction de votre corps.

Courez et profitez-en!

Vous pourriez aussi aimer:

Exercices sur le plancher pelvien et les muscles abdominaux transversaux

Exercices sur les muscles latéraux de la presse chez les filles

Comment se réchauffer avant de courir

Douleur dans le muscle gastrocnémien pendant la course et comment y faire face

Pourquoi voulez-vous écrire quand vous êtes nerveux

"Il est généralement reconnu que vous devez vider votre vessie lorsque vous vous sentez tendu", a déclaré le Dr Tom Chi, professeur agrégé d'urologie à l'Université de Californie à San Francisco.

«En cas de doute, faites ce que votre corps dit et allez aux toilettes - tout ira bien pour vous», a déclaré Chi.

Dans une situation typique où vous ne ressentez pas de nervosité ni d'anxiété, la vessie est détendue car elle est remplie d'urine provenant des reins. En revanche, le sphincter externe de la vessie est bien fermé pour éviter toute fuite d’urine.

Une vessie en bonne santé peut contenir jusqu'à 2 tasses d'urine. Dès que la poche musculaire est pleine, "la vessie envoie un signal au cerveau par le biais de la colonne vertébrale, indiquant:" OK, je suis rassasié, il est temps d'aller aux toilettes ", a déclaré Chi. Dès que ce signal est reçu et que la personne est prête, la vessie se contracte et le muscle sphincter externe se détend, permettant ainsi à l'urine de sortir.

Les médecins ne savent pas très bien pourquoi les gens ont tendance à ressentir l'appel de la nature pendant l'anxiété, principalement parce que le besoin d'uriner est contrôlé par de nombreux facteurs, notamment les nerfs situés le long de la moelle épinière, le cerveau et vos émotions. Mais les chercheurs ont deux bonnes suppositions quant à la raison de ce phénomène.

Une idée est que lorsque vous êtes inquiet ou nerveux, votre corps passe en mode bataille. Cette réponse stressante et remplie d'adrénaline peut stimuler le besoin de soulagement. Selon Chi, la réponse à la réponse peut également augmenter la production d'urine par les reins.

Les raisons ne sont pas bien comprises. Mais on pense que pendant le stress, le système nerveux central est activé pour travailler à un niveau de sensibilité plus élevé, ce qui signifie que moins d'énergie est nécessaire pour activer le réflexe.

Une autre idée est que lorsque vous êtes nerveux, vos muscles se contractent «et l'un de ces muscles pourrait être votre vessie», a déclaré Chi. "Quand cela se produit, ça donne envie d'écrire."

Si vous êtes nerveux et que vous ressentez le besoin d'uriner, mais que vous n'avez pas facilement accès à la toilette, Chi vous recommande de vous distraire ou de faire de la méditation pour détendre votre esprit et vos muscles.

quand mon fils est nerveux il veut utiliser les toilettes en grand (surtout à l'école)

Olifka, écrit le 9 novembre 2010 à 10:35
Moscou, 48 ans

C'est ce qu'on appelle "la maladie de l'ours". Lorsque l'anxiété est libérée, une hormone est libérée (que l'on a oubliée), elle agit sur les récepteurs nerveux du gros intestin, le mécanisme de la motilité intestinale accélérée est activé et la diarrhée apparaît immédiatement.

J'ai toujours eu un tel problème. Ceci est particulièrement "inutile" lorsque vous sortez de la maison pour l'examen, et avant d'ouvrir la porte d'entrée, vous sentez soudain que vous devez courir aux toilettes. Dans notre famille de diarrhée, il existe depuis toujours un remède populaire fiable: diluez une cuillère à soupe d’amidon dans un verre d’eau froide (de préférence bouillie) et buvez cette boue en une gorgée. Diarrhée à la main Alors, assise sur les toilettes (je m'excuse pour les détails), j'ai ouvert la porte et ma mère a étendu un verre d'amidon, je l'ai bu d'un coup, toutes les envies se sont arrêtées là, je me suis habillé et je me suis déjà présenté à l'examen. Mais je pense que la fécule était un facteur purement psychologique.

J'ai grandi Mais quand je suis nerveux, tout se répète. Ce n’est que maintenant que je ne me sauve pas avec de l’amidon, mais simplement en buvant du Corvalol.

D'où la conclusion: cette diarrhée nerveuse, il est impossible de la "dépasser" (enfin, seulement si vous apprenez à faire face à vos émotions, que nous, les personnes émotives, avons peu de chances de réussir.).

Je conseillerais à votre fils de toujours avoir quelques comprimés de valériane avec moi. Il est préférable de se dissoudre dans la bouche. On sent qu'il y a une raison de s'inquiéter - la valériane sous la langue, aspirée et tout va bien.

Nerfs et miction

Laisser un commentaire

Les personnes qui présentent des symptômes de névrose de la vessie sont souvent des personnes assez timides et sensibles. Ils craignent les convictions et les critiques des étrangers. Les causes de l’apparition de troubles peuvent être différentes, mais il en résulte une dysharmonie dans la vie quotidienne de la personne. Performance considérablement réduite, augmente la nervosité, le stress survient.

Causes de mictions fréquentes sur les nerfs

Étant donné que les problèmes du mécanisme de la vessie se manifestent par la violation de l'urètre, le médecin vérifie, en premier lieu, s'il existe des troubles physiologiques. Après tout, les mictions sont fréquentes en raison de diverses maladies physiologiques, par exemple dans le contexte de la prostatite. Lorsque les résultats des examens ont montré l'absence de pathologies dans le travail du système urinaire, le terme «névrose» est utilisé. Par conséquent, la pathologie ne découle pas d'une perturbation de la vessie ou d'une lésion organique des cellules nerveuses, mais repose sur une «défaillance» du travail des nerfs. Les mictions fréquentes sur les nerfs ont de nombreuses causes. En voici quelques unes:

  • Tension musculaire excessive. Dans des situations stressantes, les muscles sont surchargés et exercent simultanément une pression sur la vessie. Cela provoque une envie fréquente d'aller aux toilettes.
  • Pensées obsessionnelles. Les personnes atteintes de troubles neurologiques ont peur de leurs sensations physiques. "Sur les nerfs" dépeint des images terribles dans l’imagination et, par conséquent, toutes les pensées sont concentrées sur le désir d’uriner.
Retour à la table des matières

Ce qui se passe

Névroses de la vessie, qui s'accompagnent d'une envie fréquente d'uriner ou, au contraire, d'un long retard. Les divisions sympathique et parasympathique du système nerveux sont responsables du contrôle du bon fonctionnement de la vessie. La première section restreint l'urine en réduisant le sphincter. La seconde est responsable de la réduction des parois de l'urée et du relâchement du sphincter, de la libération de l'urine. Les émotions négatives et les nerfs augmentent l'excitabilité de la première ou de la seconde zone et la constriction du sphincter. Lorsque cela se produit, le retard pathologique de l'urine ou, à l'inverse, des mictions fréquentes.

Symptômes de névrose

  • Retard de miction de facteur psychogène. Le premier symptôme le plus fréquent est le parrezis. Manifesté dans l'incapacité ou la difficulté d'uriner avec des étrangers. Pour la première fois, les signes de la maladie apparaissent généralement à un âge précoce, à l'école.
  • Les patients ne sentent pas leur vessie - le deuxième symptôme. En conséquence, les visites aux toilettes ne se produisent pas lorsque le désir se fait sentir, mais à l'heure. À de tels moments, il y a une douleur dans la région lombaire ou le périnée. La fréquence des manifestations de la douleur est différente dans le temps et le processus s'accompagne d'autres sensations désagréables.
Retour à la table des matières

Traitement de la névrose de la vessie

Les troubles névrotiques sont facilement traitables. Le médecin prescrit l'utilisation à court terme de tranquillisants ou de médicaments anti-stress. Mais l'utilisation de médicaments et d'antidépresseurs pendant une courte période soulage les symptômes de la névrose, mais les méthodes suivantes doivent être utilisées pour obtenir le résultat le plus efficace.

  • Tous les jours, pratiquez des techniques de relaxation des muscles, la plupart prêtant l’attention aux muscles des hanches, de l’abdomen et des fesses.
  • Création d'un programme individuel de psychothérapie.
  • Consommation de liquide réduite et légère augmentation de la consommation de sel.
  • Réduire le stress du corps par la méthode de la relaxation.

Avec la mise en œuvre cohérente et régulière de tous les traitements, les résultats positifs du traitement peuvent être atteints assez rapidement. Un facteur important de récupération est la performance "volontaire" de toutes les techniques. Pas besoin de forcer à tout faire "par la force", car l'efficacité de ce traitement est nulle.

Herbes pour les reins

Programme de rein de quoi s'agit-il