La pyéloectasie bilatérale des reins chez le fœtus pendant la grossesse est le principal facteur de risque

Environ 2% des bébés en période de développement prénatal se voient diagnostiquer une augmentation du bassinet rénal, principalement des garçons. En règle générale, la pathologie disparaît d'elle-même au fur et à mesure que les miettes se développent, et elle naît parfaitement saine. Mais parfois, la pyéloectasie foetale progresse rapidement.

Quelle est cette maladie

Pyeloectasia - expansion du bassin pendant la période de développement prénatal de l'enfant. Vous pouvez le trouver à la prochaine échographie ou en utilisant d'autres tests de laboratoire.

Chez les garçons, la maladie est diagnostiquée plus souvent que chez les filles, ce qui est associé aux caractéristiques physiologiques de la structure de leurs organes. Il existe deux types de violations, chacune ayant ses propres caractéristiques.

Pyélectasie unilatérale

À chaque échographie d'une femme enceinte, le médecin examine les organes internes du futur bébé, y compris le système urinaire. À quinze à vingt semaines, la taille des reins est clairement visible. Si elle ne s'écarte des valeurs normales que d'un côté, une pyéloectasie unilatérale est diagnostiquée. Habituellement, il passe après la naissance lors de la première miction, de sorte que le traitement n'est pas effectué.

L'expansion d'un seul bassin n'est pas considérée comme dangereuse. Dans une telle situation, il n'y a aucun signe de pathologie. Mais si la maladie se développe et que la thérapie n'est pas effectuée, le risque d'hydronéphrose augmente.

Pyéloectasie double face

Cette maladie est beaucoup moins commune. Et dans ce cas, il est impossible de nommer les indicateurs spécifiques permettant d'identifier la maladie. À mesure que le fœtus grandit, les organes internes se développent. De nombreux spécialistes considèrent la forme bilatérale comme un phénomène purement physiologique - elle passe également lors de la première miction. Mais si vous soupçonnez la maladie, vous devez surveiller l’état des miettes et prévenir les formes graves de la maladie. L'élargissement bilatéral du bassin se manifeste par des symptômes prononcés.

La difficulté du diagnostic est que les organes sont en croissance constante. Mais il existe certains critères permettant de déterminer la pathologie:

Avec une légère expansion - jusqu'à huit millimètres - la thérapie n'est pas nécessaire. Au moment de la naissance, les indicateurs sont normalisés. De plus, d'autres études sont également recommandées.

Causes de la maladie

Une maladie telle que la pyéloectasie se développe à la suite d'une violation du flux naturel de l'urine. Normalement, ce processus est le suivant: l’urine des glomérules rénaux pénètre dans le calice, puis s’accumule dans le bassin et s’écoule dans la vessie. Comme l'accumulation de fluide conduit à l'extérieur. Si une défaillance survient à n'importe quel stade, la stagnation est possible et, en conséquence, le rein développe une pyéloectasie. Ce phénomène est possible sous l'influence des facteurs suivants:

  1. Une obstruction de l'uretère avec du mucus ou du tissu rénal mort est observée lors de l'infection du bébé.
  2. La structure anormale des organes qui forment le système urinaire, par exemple, le mauvais emplacement du rein.
  3. Le rétrécissement des uretères.
  4. Croissance inégale de divers organes de la cavité abdominale.

Il n'est pas toujours possible de déterminer la cause des problèmes pendant la grossesse. Le plus souvent, le coupable est une prédisposition héréditaire. De plus, un impact négatif ont:

  • développement anormal des organes urinaires;
  • infections virales;
  • exposition à des substances toxiques;
  • l'exposition;
  • prendre certains médicaments;
  • toxicose forte.

Si une pyéloectasie des reins du fœtus est détectée à un stade précoce, elle n’est pas considérée comme dangereuse ou pathologique pour l’enfant. Mais il est important d’établir la cause première de la maladie. Après la naissance, le bébé reçoit un traitement spécial. Lorsque la maladie progresse, des complications graves sont possibles. Dans une telle situation, il est nécessaire de faire l'objet d'un suivi constant par un médecin afin de prendre les mesures nécessaires à temps et de sauver la vie de l'enfant.

Quel est le danger de maladie

La pyéloectasie unilatérale ou bilatérale des reins chez le fœtus n’est dangereuse que dans un cas - lorsque le bébé reçoit une aide qualifiée. C'est nécessaire après la naissance, et en son absence, des conséquences graves peuvent en résulter. Parmi eux:

  1. Megaureter - une maladie dans laquelle la taille des uretères augmente constamment en raison de la forte pression sur les reins.
  2. Gonflement des uretères - dans cette maladie, l'organe se dilate considérablement à l'entrée, la miction est perturbée et l'enfant se sent mal à l'aise.
  3. Le reflux urétéral kystique est une affection dans laquelle les sphincters ne sont pas en mesure de remplir leurs fonctions. La conséquence est un retour d'urine dans les reins.
  4. Maladies inflammatoires, telles que la cystite.

Si on analyse les statistiques, on comprendra que l'ectasie fœtale chez le fœtus progresse très rarement. Cependant, dans chaque cas, la situation devrait être surveillée par un spécialiste. Cela aidera à soulager l'inconfort et à prévenir d'éventuelles pathologies.

Quand la thérapie est nécessaire

Avant le traitement, il est nécessaire de déterminer les causes de l'apparition d'une pathologie, de déterminer sa forme et sa gravité.

Si la maladie est bénigne, aucune intervention médicale n'est requise.

Au cours de la première année de vie, une échographie du rein est régulièrement pratiquée sur l'enfant. En l'absence de complications négatives, une tactique attentiste donne le résultat: une augmentation du nombre de passages du pelvis sans drogue au moment de l'alimentation complémentaire.

La situation inverse se présente dans le diagnostic d'une pathologie telle que l'hydronéphrose. La pyéloectasie perturbe l'écoulement de l'urine et augmente considérablement le risque de développer une inflammation. Forme sévère de la maladie est accompagnée de nombreuses complications. En particulier, les miettes peuvent apparaître une pathologie congénitale. Le traitement conservateur de la maladie est impossible. Une seule option - intervention chirurgicale. Qu'il se tienne le plus souvent. Au cours de la chirurgie, le médecin supprime les défauts existants et restaure le processus naturel d’excrétion de l’urine. Presque tous les parents craignent même la possibilité d'une intervention chirurgicale pour un nouveau-né. En fait, il n'y a pas de danger. Les techniques modernes vous permettent de vous débarrasser rapidement de la pathologie et de minimiser les risques de complications.

L'élimination de la pyéloectasie ne comporte pas de coupures. L'intervention est réalisée à travers l'urètre à l'aide des derniers micro-outils. Les préparations inoffensives sont utilisées pour la prophylaxie, ce qui peut arrêter le processus inflammatoire. Après l'opération, l'enfant est enregistré afin d'éviter les rechutes dans les meilleurs délais. Ils sont possibles entre six et sept ans et pendant la puberté.

Formes de la maladie

En médecine, la pyéloectasie est classée en plusieurs étapes: légère, modérée et sévère. Après la naissance de l'enfant, il est impossible de déterminer la gravité de la maladie car celle-ci a la capacité de progresser.

Avec léger et modéré, le pronostic est favorable, puisque dans ce cas la pathologie disparaît indépendamment. Ou la maladie deviendra moins prononcée en raison du développement rapide des voies urinaires. Cependant, l'enfant doit être examiné périodiquement par un médecin. Si après un certain temps, la maladie progresse, le travail des reins se détériore, le médecin vous prescrit une intervention chirurgicale. Sinon, le risque de complications graves est élevé, y compris un développement anormal du pelvis rénal.

Effets négatifs

Même si l'opération est réussie, personne ne garantira une récupération complète. Périodiquement, les reins peuvent ne pas fonctionner correctement. De plus, la maladie peut réapparaître. C'est pourquoi le bébé doit être mis sur le compte. La rechute peut survenir à tout âge - tout dépend du développement de l'enfant et des changements qui se produisent dans son corps. L'examen doit être effectué régulièrement afin que le médecin puisse surveiller le travail des reins et l'écoulement de l'urine.

Malheureusement, il est impossible d'arrêter le développement de complications. En outre, il n'y a pas de mesures préventives. La seule chose que vous puissiez faire est d’être attentif à votre santé pendant la grossesse. Il est très important d'éviter les chocs émotionnels et l'hypothermie. Un contrôle spécial est nécessaire pour les femmes atteintes de maladies rénales. Pendant la grossesse, il est recommandé de limiter la consommation de liquide et de consulter plus souvent un gynécologue afin de réduire le risque d'apparition d'une pathologie chez l'enfant.

Pyeloectasia des reins pendant la grossesse

L'expansion du bassin rénal est possible chez une femme pendant la période où elle porte un enfant. Il y a une raison - une violation de l'excrétion naturelle de l'urine par les reins. Il se produit avec une pression accrue sur les uretères, qui ont un utérus croissant. De plus, pendant la grossesse, le tonus de tous les muscles, y compris celui de la vessie, diminue. Ces processus sont associés à des changements hormonaux survenant dans le corps d'une femme enceinte. Tous réduisent l'excitabilité de l'utérus et ne permettent pas l'avortement spontané. Le revers de ce phénomène est la stagnation de l'urine due à une violation du processus urinaire.

Le traitement de pyeloectasia chez une femme enceinte n'est pas effectué. Le plus souvent, la maladie passe au moment de la naissance de l'enfant. Il est important de réduire la charge sur les reins et de prévenir les lésions infectieuses du système urinaire. La pyéloectasie est une pathologie dangereuse pouvant entraîner l’apparition d’autres maladies rénales, en particulier la polynéphrite. Seules la vigilance des parents et une surveillance médicale vigilante garantiront le rétablissement rapide du fonctionnement normal des reins chez le nouveau-né.

Pyeloectasia du rein chez le fœtus - causes et traitement

La pyéloectasie des reins chez le fœtus est une pathologie peu fréquente, elle n'est observée que dans 2% des grossesses. La pyéloectasie est une anomalie du développement du système de placage coupe-bassin, entraînant une expansion excessive. La maladie nécessite un traitement, sinon des conséquences indésirables pourraient se développer.

L'article discute des causes de la pyéloectasie fœtale. Nous décrivons les méthodes de diagnostic, pronostic.

Quelle est cette pathologie

Qu'est-ce que la pyéloectasie rénale?

Cette condition est due à la dilatation de l’un des éléments structurels de la coque. La fonction des cupules est l’accumulation de l’urine et son excrétion dans les uretères. Avec leur expansion, il se produit une stagnation de l'urine, possiblement une infection des reins.

Habituellement, la pathologie se rencontre chez l'adulte, mais on l'observe parfois chez le fœtus au cours du développement fœtal. La pyélectasie survient plusieurs fois plus souvent chez la femme que chez la femme. Les dommages unilatéraux sont détectés plus souvent que les dommages bilatéraux. Dans ce cas, le rein droit souffre généralement.

Causes de formation

Il existe plusieurs versions expliquant pourquoi une pyéloectasie foetale peut se former.

Les facteurs de causalité comprennent:

  • prédisposition génétique;
  • la présence de la même maladie chez la mère pendant la grossesse;
  • mauvaises habitudes d'une femme enceinte;
  • infections rénales aiguës chez une femme enceinte;
  • la présence de complications de la grossesse;
  • mauvaise position du fœtus;
  • exposition à des facteurs externes indésirables pendant la grossesse.

Un enfant peut être né avec une pyéloectasie avec prématurité.

Diagnostics

Pour déterminer la pyeloectasia des reins du foetus peut être avec une échographie, réalisée dans la seconde moitié de la grossesse (photo). Le diagnostic n'est fait qu'approximativement, car le corps du fœtus change constamment.

On pense que dans la seconde moitié de la grossesse, le diamètre du calice rénal du fœtus est d'environ 8 mm. Si on observe une augmentation de plus de 10 mm, on suppose une pyéloectasie.

Le diagnostic final peut être posé après la naissance, puis l’enfant fait diverses études: urographie, cystographie, scintigraphies rénales. La pyeloctasia des deux reins chez le fœtus est rarement une maladie indépendante.

Il se combine généralement avec les pathologies suivantes:

Dans tous les cas, nécessite un examen approfondi de l'enfant.

Complications possibles

La pyéloectasie et les causes de son développement peuvent avoir des conséquences indésirables sur le corps de l'enfant. La violation du flux normal d'urine affecte négativement le fonctionnement de tout le système urinaire. Un étirement constant avec un grand volume d'urine entraîne une compression du tissu rénal et sa nécrose. Cela provoque la formation d'une insuffisance rénale.

L’urine congestive est un bon terreau pour les micro-organismes. Dans le contexte de la pyéloectasie du rein droit, le fœtus développe souvent une cystite et une pyélonéphrite à l'avenir.

Un traitement est-il nécessaire?

Une observation dynamique est établie lorsque la pyéloectasie est détectée chez un fœtus ou un nouveau-né. L'expansion bilatérale des ventouses peut être un état physiologique qui se dépense pendant les premiers mois de la vie. Par conséquent, un enfant chez qui on soupçonne une pyéloectasie est examiné tous les mois. Dans la plupart des cas, la pathologie disparaît indépendamment.

Si la pyéloectasie progresse, il y a des irrégularités dans le travail du système urinaire, un traitement est prescrit. La thérapie conservatrice dans ce cas est inefficace. Le traitement chirurgical est recommandé, ce qui est mieux réalisé à l'âge préscolaire.

L'intervention chirurgicale est réalisée par voie endoscopique, le médecin supprime l'obstacle sortant de l'urine. En raison de la plasticité du corps de l’enfant, les tasses, après avoir éliminé le facteur en cause, deviennent de taille normale.

Pronostic et prévention

Dans la majorité des petits patients, la pyéloectasie passe de 5 à 6 ans. Si une intervention chirurgicale était nécessaire, cela ne garantit pas que la maladie ne reviendra pas à l'adolescence ou à l'âge adulte.

La prévention de la pyéloectasie est la gestion appropriée de la grossesse. Mais s'il existe une prédisposition génétique, le risque de développer une maladie est assez élevé. Une femme enceinte doit subir régulièrement une échographie pendant sa grossesse, ce qui lui permet de détecter la pathologie à temps et de se préparer à la gestion de l'enfant après la naissance.

La pyéloectasie chez le fœtus est une pathologie relativement rare. Le plus souvent, cela se produit dans le contexte de tout développement anormal de l'organe. Pendant la grossesse, le traitement n'est pas possible. Après la naissance, l'enfant est sous observation dynamique. Si nécessaire, une correction chirurgicale est effectuée. Le pronostic est dans la plupart des cas favorable.

Questions au docteur

Bon après midi Ma grossesse a duré 38 semaines et lors de la dernière échographie, j'ai découvert une pyéloectasie du rein gauche chez le fœtus. Quel est le danger d'un tel traitement?

Maria, 26 ans, Irkoutsk

Bonjour, Maria. La pyéloectasie chez le fœtus peut être une affection physiologique ou pathologique. A ce stade, il est impossible de confirmer le diagnostic et de procéder au traitement. Après la naissance, l'enfant devra subir des tests supplémentaires.

Si le diagnostic est confirmé, vous serez dans une clinique de suivi pendant un an. Si, à l’année, la pyéloectasie continue et progresse, une intervention chirurgicale sera nécessaire. Sans traitement, le système urinaire présente un risque élevé de problèmes.

Pyeloectasia des reins chez le fœtus

L'impact des conditions environnementales négatives, le régime alimentaire malsain, les maladies de fond, l'utilisation de médicaments, l'hérédité pas toujours saine - tous ces facteurs peuvent influencer activement l'enfant à naître. Le résultat est la formation de diverses anomalies, défauts des organes internes, retard du développement du fœtus et apparition de problèmes de santé du bébé pendant la période néonatale (période néonatale).

Les reins du fœtus, en particulier leur bassin, sont souvent affectés. Ce sont de petites cavités dans lesquelles l'urine primaire s'écoule des glomérules et des tubules rénaux, afin de se rendre ensuite le long des uretères jusqu'à la vessie. L’expansion du bassin due à l’impossibilité de vider en temps voulu est appelée pyéloectasie (pyélo-pelvis, ectasie - expansion, étirement).

Fréquence et signes de pyeloectasia

Dans la plupart des cas, l’expansion du pelvis rénal est détectée par hasard, lors d’un examen de routine aux ultrasons des femmes enceintes. De plus, dans diverses zones géographiques, la fréquence des pyéloectasies varie de 0,13% à 2,13%, elle est en moyenne de 0,73%, si l’on considère la période de gestation de 16 à 26 semaines.

Dans toutes les études, la taille antéropostérieure du pelvis rénal est étudiée, c’est cette figure qui est le critère de diagnostic de la pathologie. Cela varie en fonction de la durée de la grossesse, ce qui est naturel, car le fœtus se développe et se développe, ce qui signifie que les reins avec le bassin sont élargis. Si une femme est dans le 2ème trimestre de sa grossesse, la section antérieure / postérieure du bassin ne dépassant pas 5 mm est considérée comme normale et, dans les 3 trimestres, pas plus de 7 mm. Si le fœtus dépasse ces valeurs, les médecins soupçonnent une pyélectasie; si le bassin est étiré de plus de 10 mm, de nombreux experts ont diagnostiqué une hydronéphrose.

La pyéloectasie du fœtus se développe principalement chez les garçons (environ 80%), ce qui s'explique par la structure du système urinaire, en particulier par l'urètre plus long. Par conséquent, les fœtus masculins ont plus de possibilités de former divers obstacles pour la sortie normale de l'urine, à la suite de quoi une pyéloectasie apparaît et progresse.

Outre certains facteurs anatomiques, il existe également un moment héréditaire. Il a été constaté qu'à chaque nouvelle grossesse, si une pyéloectasie était déjà détectée au cours de la première gestation du fœtus, le risque de développer cette pathologie était considérablement multiplié par 6. Par conséquent, il existe une prédisposition génétique à la tendance du pelvis à s'étirer, qui est héritée selon le trait dominant. Cela signifie qu'en théorie, à chaque nouvelle génération, la fréquence des pyéloectasies prénatales (intra-utérines) et postnatales (après la naissance) augmentera.

En général, toutes les causes et tous les facteurs prédisposants peuvent être exprimés comme suit:

  • l'impact de facteurs négatifs externes sur le fœtus, responsables de la formation d'anomalies anatomiques du tractus urinaire;
  • la présence d'un gène hérité des parents et assurant le développement de la pathologie.

Mais pas toujours pour la première fois révélé pyeloectasia chez le fœtus reste jusqu'à la naissance ou chez un nouveau-né. Il n’est pas rare qu’au troisième trimestre la taille du pelvis rénal revienne à la normale et que l’enfant naisse avec un système urinaire en parfaite santé. Cependant, malheureusement, il existe également des situations opposées lorsque la pathologie commence à progresser rapidement, même in utero, ce qui entraîne des conséquences très graves.

Fait intéressant, il existe un lien entre la pyéloectasie déterminée génétiquement et d'autres anomalies chromosomiques. Ainsi, le syndrome de Down, développé à la suite d'une trisomie dans 21 paires de chromosomes, est associé dans 25% des cas à une expansion du pelvis rénal. Par conséquent, la pyéloectasie est considérée comme un «petit» critère d’échographie pour la maladie de Down, bien que le dépistage de la pathologie pelvienne ne nécessite pas d’examen urgent de cette maladie chromosomique (il existe d’autres critères de diagnostic plus fiables). Comme dans le cas du syndrome de Down, la fréquence de la pyéloectasie est d'autant plus élevée que la femme enceinte est âgée (un «saut» brutal après 36 à 40 ans). Dans un faible pourcentage des cas, le pelvis rénal dilaté se retrouve dans des maladies chromosomiques telles que le syndrome d'Edwards, Patau et Turner.

Diagnostic et sévérité

Le diagnostic de la pathologie est toujours réalisé par échographie; De même, une surveillance régulière de l'état des reins du fœtus est réalisée. La détection primaire de pyeloectasia, qui survient dans la plupart des cas entre 16 et 26 semaines de gestation, ne signifie en rien que l’agrandissement du bassin va progresser. Les spécialistes identifient les pyeloectasies dites physiologiques, qui régressent rapidement et disparaissent complètement lors du prochain dépistage par ultrasons ou peu après la naissance. Cela peut s'expliquer par le développement continu du fœtus, la formation finale des organes urinaires et la formation de leurs fonctions, l'adaptation du nouveau-né à la vie extra-utérine.

En dépit du fait que les pyéloectasies chez les garçons sont plus souvent diagnostiquées à l'échographie, c'est en eux qu'elles sont principalement physiologiques, ce qui est confirmé par une surveillance accrue de l'état des reins. Chez les filles, malheureusement, l'extension détectée du bassin progresse plus souvent. De plus, la pyeloectasie unilatérale disparaît dans la plupart des cas au moment de la naissance de l'enfant, ce qui ne peut pas être dit d'une forme bilatérale, souvent pathologique.

La classification des pyéloectasies est également basée sur les degrés de sévérité, qui sont déterminés par la taille antéro-postérieure du pelvis rénal élargi, l'état des structures voisines et de l'organe entier, ainsi que la durée de la grossesse. Il y a 3 degrés de pathologie:

Plus la distension du bassin est importante, plus le tissu rénal adjacent (son parenchyme) en souffre, plus les vaisseaux sanguins sont comprimés et la circulation sanguine est entravée. En même temps, le bassin étendu peut exercer une pression sur l'uretère et gêner l'écoulement de l'urine. Par conséquent, une pyéloectasie pathologique modérée ou grave est souvent associée à une pyelcalicectasie (dilatation de la cupule rénale) ou à une urétérohydronéphrose (dilatation du canal urétéral).
Dans des cas très graves, mais assez rares, la découverte au cours de la gestation d'une pyéloectasie légère ou modérée peut révéler à l'avenir une maladie aussi dangereuse chez le fœtus que la principale ride du rein. En raison de la progression constante de cette maladie, un enfant peut naître avec un seul rein en bonne santé, tandis que le deuxième organe est «mort».

Tactiques de détection et prédiction

La détection de la pyéloectasie chez les fœtus est considérée comme assez fréquente, mais une seule échographie ne peut être considérée comme le critère de diagnostic principal. Pour rendre le diagnostic final, un examen régulier de la femme enceinte et du nouveau-né est nécessaire. L'enfant est envoyé pour une échographie tous les 3 mois, jusqu'à ce que le médecin soit satisfait de la régression de la pyéloectasie ou de sa progression. Par conséquent, dans chaque cas, la tactique médicale est individuelle.

Une pathologie légère ne nécessite qu’une observation dynamique, car la taille du bassin se normalise toute seule ou pendant la grossesse ou la première année de la vie d’un bébé. Le degré moyen a besoin de plus d'attention. Il peut régresser, mais une nouvelle expansion du bassin peut être observée, ce qui nécessitera un traitement après la naissance de l'enfant. Une progression sévère progresse toujours, entraîne une diminution de la fonctionnalité du rein et même sa mort. De telles pyéloectasies ne nécessitent qu'une correction chirurgicale.

Le traitement conservateur ou chirurgical d'un bébé né avec cette pathologie prend en compte de nombreux facteurs: gravité, lésions du parenchyme rénal, état des voies urinaires et maladies associées. Les mêmes moments déterminent le pronostic pour la santé et la vie de l'enfant. Les pyéloectasies légères et une partie des formes modérées sont toujours favorables, mais une pathologie sévère a malheureusement les effets les plus négatifs sur la fonctionnalité des reins et sur son état de santé.

Pyeloectasia des reins chez le fœtus

Laisser un commentaire

Pathologie menant à des troubles du développement - pyeloectasie unilatérale ou bilatérale chez le fœtus. La maladie est rare, dans 2% des cas, mais les femmes veulent savoir de quel type de violation il s'agit, quelles formes sont différentes et s'il est possible de protéger leur enfant. Les obstétriciens et les gynécologues proposent des méthodes de diagnostic de la pyéloectasie et de son traitement, mais ils pensent que la pathologie découle de la structure particulière du corps du nourrisson.

La pyéloectasie est une pathologie du bassinet du rein qui peut se développer in utero.

Informations générales sur la pyéloectasie chez le fœtus

En pratique, la violation est corrigée - pyeloectasia des reins chez le fœtus. La pathologie est une augmentation du bassin chez un enfant pendant la formation intra-utérine. Bassin rénal élargi - conséquence des modifications de la formation des uretères et de la croissance inégale de l’utérus. La maladie est détectée avant l'apparition du bébé à l'aide d'une échographie et d'autres tests. Les médecins déterminent l'expansion du bassin des deux côtés ou d'un côté. Selon les statistiques, le dysfonctionnement survient plus souvent chez les garçons que chez les fœtus féminins et est dû aux particularités de la structure corporelle. Les médecins distinguent 2 types d'infractions: unilatérale et bilatérale.

Pyélectasie unilatérale

À l'échographie, le médecin examine les organes urinaires de l'enfant. À 15-20 semaines, la taille des reins est déjà visible. Ce type de pathologie se manifeste par des modifications dans l'un des organes (côté droit ou côté gauche). En l'absence d'autres pathologies chez l'enfant, ce type de maladie passera après la première excrétion d'urine après la naissance. Par conséquent, les médecins ne sont pas pressés de traiter.

La pyéloectasie bilatérale chez le fœtus est moins fréquente et passe après la première miction. Retour à la table des matières

Pyéloectasie double face

La pyéloectasie bilatérale ou physiologique est moins fréquente que le type précédent. Dans ce cas, il n’existe aucun paramètre spécifique permettant de détecter la maladie. Le fruit se développe et, par conséquent, se développe et les organes internes. Les obstétriciens et les pédiatres considèrent la forme bilatérale comme physiologique. Il en va de même des passes unilatérales après la première miction de l'enfant. Cependant, si l'on soupçonne une maladie spécifique, il est nécessaire de la surveiller pour prévenir les formes complexes de la maladie.

Tailles du pelvis rénal chez le fœtus: taux, écarts, causes

Une augmentation du bassin du nourrisson est observée tout au long de la grossesse. Une caractéristique de la pathologie est la complexité du diagnostic en l'absence de normes et d'indicateurs de comparaison. Par conséquent, l’expansion du pelvis rénal du fœtus est déterminée si sa taille est supérieure à 4 mm pour une période de 32 semaines et de 7 à 8 mm à 36 semaines et aux périodes ultérieures. Si le médecin voit le chiffre de 10 mm, il dira qu'il s'agit d'une pyéloectasie prononcée des reins gauche, droit ou les deux. Une violation de ce type nécessite un traitement après la naissance.

Les médecins tiennent compte de ces normes et évaluent d’autres paramètres de la formation du bébé. Des mesures sont effectuées à chaque examen de la future mère et consignées sur la carte. La dynamique du développement du bébé aide à identifier les changements désagréables et à prévenir les problèmes futurs. En cas de détection de violations chez l'enfant, le médecin doit examiner les autres organes et exclure l'expansion du bassin des deux côtés. La pyéloectasie bilatérale des reins dans le développement intra-utérin nécessite une surveillance de la maladie.

L'échec du développement du pelvis rénal du fœtus peut être déterminé génétiquement ou résulter d'autres maladies. Retour à la table des matières

Causes de violation

Parmi les raisons de ce changement sont 3 facteurs:

  • caractéristiques structurelles du corps de l'enfant;
  • prédispositions génétiques;
  • présence d'autres déviations.

Les caractéristiques de la structure du système urinaire chez les enfants de sexe masculin diffèrent de la structure par le type féminin. Par conséquent, le correctif est des examens réguliers. La pyéloectasie du rein du fœtus n’est pas une conséquence de l’infection dans le corps de la femme. Si le diagnostic est posé sur le fœtus de la femme, un suivi strict de la maladie et du traitement est nécessaire.

Lieu de la violation en raison de la présence du même diagnostic dans l'histoire des parents. Les médecins appellent la cause de la maladie du rein droit ou gauche les mêmes problèmes de santé, que les parents ont souffert avant ou pendant la grossesse. La cause en est souvent la physiologie, après la naissance, la maladie passe.

L'existence de déviations dans le développement d'autres organes et systèmes peut également entraîner une augmentation du bassin. Par conséquent, le système urinaire est examiné en premier, puis le corps entier. Dans le même temps, la pyéloectasie à gauche du fœtus ou à droite n’est pas liée aux anomalies chromosomiques et ne suscite donc pas de préoccupations sérieuses.

Forme de gravité et complications

Les médecins identifient 3 formes de déficience développementale:

Un simple degré de pathologie ne nécessite pas d'intervention spéciale des médecins. Il disparaît sans ingérence extérieure. Les formes modérées et sévères nécessitent une observation attentive et un traitement rapide. Dans ces cas, la stagnation de l'urine est clairement visible et une hydronéphrose se développe, des processus inflammatoires apparaissent. La plupart de ces problèmes de santé surviennent après la naissance, lorsque les organes commencent à fonctionner pleinement et à excréter l'urine. À ce stade, il est important de procéder à la correction des organes au moyen de micro-coupures. La technique minimise les blessures et permet au médecin de corriger les erreurs dans la formation du système urinaire.

La pyéloectasie fœtale congénitale est caractérisée par une inflammation des reins. Retour à la table des matières

Complications liées à la pyéloectasie

La pathologie trouvée dans les organes internes d'un enfant peut avoir un effet à l'avenir. Par conséquent, lorsqu'une maladie est détectée, ils ont recours à une méthode de traitement chirurgicale. En outre, chez les enfants en bas âge, il y a une diminution de la fonction des organes, résultant du développement de processus inflammatoires et de la pyélonéphrite. Ces maladies se développent en raison de l'urine stagnante. Après la naissance d'un garçon ou d'une fille avec des changements, ils sont enregistrés et supervisés par des médecins spécialisés afin de prévenir le développement de maladies graves.

Comment identifier et prévenir la pathologie?

Les obstétriciens et les gynécologues détectent le plus souvent des changements dans le développement du pelvis rénal chez le fœtus à l'aide d'un appareil à ultrasons. Cependant, il est impossible de se prononcer uniquement sur la base de cette procédure car le bébé grandit tout le temps. Dans le même temps, les médecins disent que le diagnostic de gonflement du pelvis rénal du fœtus peut être posé après 32 semaines de portage du bébé. Et en cas d'augmentation ultérieure et de difficultés dans le processus de miction après la naissance, le diagnostic est confirmé.

Afin de s'assurer qu'il existe une pyéloectasie du rein droit ou gauche au cours de la grossesse, des tests supplémentaires de la santé du bébé sont effectués. Uro- et cystographie sont effectués - tests informatifs de base. Ils révèlent un bassin élargi, peuvent mesurer la taille du bassin. Sur la base des données obtenues, une méthode de traitement est choisie, le plus souvent une intervention chirurgicale.

Prévision et prévention de la maladie

Les médecins ne sont pas en mesure de protéger l'enfant pendant la période intra-utérine de la vie de la pathologie. Les seules recommandations pour les femmes enceintes sont d’observer le profil du médecin pendant la grossesse et un examen préliminaire le précédant s’il existe un diagnostic similaire dans l’histoire. Les gynécologues recommandent d’observer l’équilibre eau-sel et de surveiller la santé.

Il est presque impossible de prédire comment la maladie du bassinet des reins va se développer. Lorsque l'opération est effectuée correctement et à temps, l'enfant grandit en bonne santé. Mais il est probable que la maladie revienne à l'adolescence ou déjà chez les personnes âgées. Si le diagnostic est posé, des examens réguliers sont effectués par un urologue. La pathologie unilatérale ou bilatérale est un motif d'observation et d'aide opportune d'un médecin, mais pas d'inquiétude et de panique pendant la grossesse.

Pyeloectasia - expansion du bassin rénal chez le fœtus

La pyéloectasie du fœtus est une pathologie accompagnée d'une expansion unilatérale ou bilatérale du pelvis rénal (cavités pour l'accumulation et l'excrétion de l'urine des reins) et survenant chez environ 2% des bébés. En règle générale, la situation est résolue en toute sécurité lors du développement intra-utérin. Toutefois, la maladie évolue parfois et nécessite une intervention médicale et chirurgicale.

Considérez quelle est cette pathologie, à quel point elle est dangereuse et comment elle est traitée.

Causes de la maladie

Dans la plupart des cas, une pyéloectasie du rein chez le fœtus se développe à l’arrière-plan:

  • prédisposition génétique;
  • des perturbations dans le processus de formation et de développement des reins apparus en début et en fin de grossesse, sous l'influence de microorganismes pathogènes, de rayons X excessifs ou d'une toxicose grave de la mère.

Mécanisme de développement de la pathologie

Le bassin est un accumulateur naturel conçu pour collecter l'urine avant d'être libérée dans les uretères, puis dans la vessie. La rétention d'urine à l'un des stades énumérés entraîne l'accumulation d'une grande quantité de liquide dans les cavités pelviennes, ce qui entraîne une augmentation des organes en raison d'une pression excessive sur les parois.

Empêcher la suppression qualitative de l'urine peut:

  • rétrécissement des canaux urétéraux;
  • maturité insuffisante de la valvule urétrale (chez les garçons);
  • malformations d'organes;
  • obstruction des voies urinaires.

Pyeloectasia double face chez le fœtus (les deux reins), en général, est causée par des causes physiologiques, et unilatérale (gauche ou droite) - pathologique. De plus, si on diagnostique d'autres malformations chez l'enfant, les chances de guérison indépendante du bébé sont minimes.

Attention! Une augmentation unique de la taille du bassin peut être due à un désordre temporaire (par exemple, un spasme des uretères) et passe sans aucune indépendance.

Évolution de la maladie

Bien que la pyéloectasie fœtale soit diagnostiquée chez les garçons et les filles, elle se rencontre le plus souvent chez les représentants du sexe fort, en raison des particularités de leur système génito-urinaire. Le sous-développement de la valve urétrale du bébé empêche le libre transport de l'urine, ce qui entraîne son retour dans les reins du fœtus, ce qui entraîne le développement d'une pathologie. Au fil du temps, le système urinaire mûrit, commence à fonctionner correctement et le bassin retrouve sa taille normale.

La situation est différente pour les filles. Il n'y a pas de conditions préalables à l'auto-élimination de la pyéloectasie dans un tel cas, et par conséquent, les bébés naissent avec un bassin élargi.

Norme et pathologie

La visualisation du bassin fœtal à l'aide d'une échographie est possible entre 16 et 18 semaines de grossesse. La taille d'un corps sain dans ce cas ne doit pas dépasser:

  • 5 mm au deuxième trimestre;
  • 7 mm au troisième trimestre.

De plus, selon les médecins, une légère augmentation de la taille du bassin (0,5 à 1 mm) se passe généralement sans l'aide de spécialistes. Mais l'état d'un organe qui a augmenté de 2 millimètres ou plus devrait être surveillé par des médecins.

La pathologie est généralement détectée lors de la deuxième échographie de dépistage à 20 semaines.

Traitement

Si la pyéloectasie du rein droit ou gauche, retrouvée chez un bébé au cours de la période prénatale, n’a pas disparu au moment de sa naissance, il est recommandé au nouveau-né de subir un examen approfondi dans les murs d’un établissement médical, notamment:

  • urographie intraveineuse (méthode de diagnostic par rayons X permettant de visualiser le rein en administrant un agent de contraste spécial);
  • Échographie des reins;
  • analyses d'urine et de sang;
  • la cystographie (examen de la vessie rempli de produits de contraste solubles dans l’eau utilisant des rayons X).

Dans le même temps, les spécialistes s’intéressent non seulement à la taille de l’organe, mais également aux causes du développement de la pathologie. Cela s'explique par le fait que le plan de traitement dépend de ces facteurs.

Par exemple, une légère augmentation du bassin nécessite seulement une surveillance constante - le développement ultérieur des organes du système urogénital est en mesure de compenser son état et de conduire à un résultat positif sans recourir à aucune thérapie, qu'il s'agisse ou non d'une pyéloectasie rénale.

Une pyéloectasie sévère du rein chez le fœtus est une indication absolue pour une intervention chirurgicale. L'opération est réalisée à travers l'urètre de l'enfant, permettant:

  • normaliser le processus d'excrétion de l'urine;
  • éliminer le rejet d'urine de la vessie et des uretères des reins;
  • prévenir le développement de diverses complications.

L'absence de ce traitement peut entraîner les pathologies suivantes:

  • expansion uniforme des uretères, causée par des problèmes d'élimination de l'urine (mégauretera);
  • saillie des sections de la paroi de l'uretère (urétrocèle);
  • reflux vésico-urétéral;
  • prolapsus urétéral;
  • pyélonéphrite, une cystite chronique;
  • néphroptose;
  • atrophie du système génito-urinaire;
  • insuffisance rénale chronique.

Prévisions

Malgré le fait que dans la très grande majorité des cas, la chirurgie peut éliminer complètement la pathologie, les médecins spécialistes ne garantissent pas qu’elle ne se développera plus après un certain temps. C’est pourquoi le bébé né avec une pyéloectasie doit être enregistré auprès des spécialistes concernés. Cela permettra de constater les changements destructifs dans le temps et d’éviter le développement de complications pouvant survenir en raison d’une maladie.

En ce qui concerne la prévention de la maladie, la prévention de cette pathologie n’existe pas en tant que telle. Les femmes enceintes doivent prendre soin de leur santé, adopter un mode de vie sain, se rendre dans les cliniques prénatales à temps et suivre toutes les prescriptions du médecin traitant - cela réduira considérablement le risque de malformations fœtales.

Causes de pyeloectasia chez le foetus

La pyéloectasie chez le fœtus est une pathologie accompagnée par l'expansion du pelvis rénal de l'enfant à naître. La maladie est diagnostiquée pendant la grossesse.

Si une telle pathologie est détectée, il est recommandé à la femme de subir des examens complémentaires afin d’établir une surveillance constante du développement du fœtus et de l’état de la femme enceinte elle-même.

Pathologie rénale du fœtus

Raisons

La pyéloectasie des reins chez le fœtus est due à un développement anormal des organes rénaux. Très souvent, la cause de cette pathologie est la présence d'une pyéloectasie chez la femme la plus enceinte pendant la période de gestation.

C'est pourquoi les médecins recommandent de procéder à un traitement complet avant la planification d'une grossesse, si des pathologies sont détectées. Seulement dans ce cas, vous pouvez protéger votre enfant à naître contre des conséquences indésirables.

Chez le fœtus, le risque de pyéloectasie est considérablement accru si le plus proche parent présente une pathologie précédemment diagnostiquée.

L'expansion du bassin se produit lorsque la pression du liquide urique à l'intérieur des reins augmente. Cette situation est observée dans les cas où le flux d'urine est sensiblement perturbé.

Cela peut être déclenché par un rétrécissement des conduits urinaires.

La compression de l'uretère, son développement insuffisant - ce sont des raisons visibles qui entravent l'écoulement normal de l'urine, sa stagnation, ce qui provoque une nouvelle pyéloectasie.

La prédisposition au fait qu'un bassin élargi se trouve chez un fœtus peut être héréditaire. En particulier, il provoque l'apparition d'une pyéloectasie rénale et d'un écoulement inverse du liquide urinaire, qui est dirigé de la vessie vers les reins.

Cela devient possible si le fonctionnement de la valve urinaire chez le fœtus est altéré. C’est lui qui, en l’absence de violations, devrait bloquer le passage en empêchant l’écoulement de l’urine.

Le bassin du rein est le plus souvent élargi chez le fœtus de sexe masculin, car la structure de son système urinaire est plus exposée à l'apparition d'une telle pathologie.

À partir de la dix-septième semaine de gestation, une pyéloectasie peut être diagnostiquée chez le fœtus. Il peut également être détecté après l'accouchement.

Définition de la pathologie

Les cavités dans les reins qui servent à accumuler du liquide urique sont appelées pelvis rénal. Par la suite, la masse liquide accumulée est déchargée dans la vessie à travers l'uretère.

S'il existe une pathologie qui empêche l'extraction de l'urine, sa quantité augmente nettement dans le pelvis. L'urine commence à exercer une pression sur les parois, ce qui contribue à l'expansion du bassin.

La pyéloectasie des reins chez le fœtus affecte le plus souvent un organe. C'est pourquoi on l'appelle unilatérale, mais le développement de la pyéloectasie bilatérale n'est pas exclu.

Lors d'une échographie du fœtus au cours de la gestation, le médecin doit faire attention à la taille du pelvis. Bien sûr, avec la croissance du fœtus, les reins et le pelvis.

Il existe des indicateurs bien établis sur lesquels les médecins peuvent diagnostiquer une pyéloectasie foetale.

On pense que jusqu’à 32 semaines de grossesse, le pelvis rénal ne devrait pas dépasser 5 mm. À 36 semaines, presque à la veille de la naissance, la taille du bassin peut déjà être d'environ 7 mm.

Lorsque le pelvis rénal élargi d'un nouveau-né ou d'un fœtus est détecté, dépassant 10 mm, un diagnostic de pyéloectasie est établi.

En effectuant une échographie, il est parfois révélé que le bassin du fœtus est légèrement élargi, la valeur n’atteignant pas 10 mm.

Dans de tels cas, il est recommandé à la femme de subir des examens périodiques supplémentaires afin de surveiller le développement intra-utérin du fœtus, de ne manquer aucune déviation de la norme et d’assurer une intervention médicale rapide dans ce processus pathologique.

Bassin étendu à 8 mm complètement normalisé indépendamment jusqu'à la fin de la période de gestation, et l'enfant est né en parfaite santé.

Traitement

La pyéloectasie des organes rénaux peut être légère, modérée et grave, selon le degré d'atteinte rénale.

En raison du fait que l'expansion du bassin provoque des complications supplémentaires, les médecins sont sûrs de surveiller le développement de l'enfant et d'examiner le choix des moyens appropriés de fournir des soins médicaux.

Tout d’abord, identifiez les causes de cette pathologie, puis déterminez sa forme et son degré de développement.

Si une forme légère de pyéloectasie est diagnostiquée, l'enfant n'a besoin d'aucun traitement. Dans la plupart des cas, le fonctionnement complet des reins est rétabli de manière indépendante.

Cependant, un tel enfant est sous surveillance médicale constante.

Le degré moyen de développement de la pyéloectasie n'implique également qu'une surveillance constante, car il est également possible de restaurer de manière indépendante l'efficacité des organes rénaux.

Malheureusement, si les médecins observent la progression de la maladie ou si la pathologie a déjà atteint une forme grave, une simple surveillance ne pourra pas fournir de résultats efficaces. Les médecins opèrent.

Pendant l'opération, le bébé retrouve un flux normal d'urine, élimine le reflux vésico-urétéral.

L'enfant est préalablement préparé à la réalisation d'une telle opération, en effectuant un traitement préventif spécial basé sur la prise de plantes médicinales ayant une action anti-inflammatoire.

Une forme grave de pyeloectasia n’implique pas une tactique d’attente, car il existe un risque de perte de rein.

Mesures préventives

Malheureusement, même l'opération la plus réussie ne peut garantir à cent pour cent le succès. Il arrive qu'après un certain temps, la pyéloectasie se rappelle de nouveau.

Cette maladie étant lourde de conséquences, le bébé étant enregistré, il est recommandé de procéder à des examens réguliers avec un médecin.

La médecine moderne offre souvent des mesures préventives pour éviter l’apparition de nombreuses pathologies. Malheureusement, il est presque impossible d'empêcher le développement de pyeloectasia chez le fœtus.

Les recommandations ne peuvent être données qu'à la future mère. Tout d'abord, elle-même devrait être en bonne santé et ne pas avoir de problèmes de reins. Le cas échéant, elles devraient initialement être éliminées, après quoi la grossesse devrait être planifiée.

Dans les cas où une pyéloectasie est diagnostiquée chez un fœtus, il est recommandé à la femme d'utiliser moins de liquide afin de ne pas provoquer une accumulation importante d'urine dans le bassin du fœtus.

La pyéloectasie est une pathologie grave qui provoque l'apparition d'autres maladies rénales graves, notamment la pyélonéphrite.

Seules l'attention des parents et une surveillance médicale constante peuvent aider à rétablir le fonctionnement des reins chez le nouveau-né.

Pyeloectasia chez le fœtus

La pyéloectasie est une pathologie apparaissant dans le développement intra-utérin du fœtus et du nouveau-né, caractérisée par une expansion du pelvis rénal (unilatérale ou bilatérale). Dans le bassinet rénal, l’urine s'accumule et passe ensuite à travers les uretères jusqu’à la vessie. Si l'écoulement de l'urine est difficile pour une raison quelconque, une quantité excessive d'urine accumulée dans le pelvis rénal conduit à leur expansion.

Une expansion modérée ne nécessite pas de traitement, n’affecte pas la santé de l’enfant et le statut du pelvis se normalise spontanément. Une pyéloectasie supérieure à 10 mm indique une difficulté prononcée à l'écoulement de l'urine.

Une maladie est détectée lors d'une échographie effectuée entre 18 et 22 semaines de gestation (chez 2% des femmes enceintes). Les garçons sont exposés à cette pathologie 3 à 5 fois plus souvent, ce qui s'explique par les caractéristiques de la structure anatomique de leurs AME.

Pour évaluer le degré d'expansion du bassin de l'enfant, une femme enceinte devrait subir une échographie de contrôle à la 32ème semaine.

Chez le nouveau-né, au cours du processus de maturation des organes urinaires, le pelvis peut également revenir à la normale. Ce processus doit être contrôlé: avec une petite pyéloectasie chez le nouveau-né, une échographie est effectuée tous les 3 mois.

Si la pathologie progresse et entraîne une diminution de la fonctionnalité des reins, une intervention chirurgicale est nécessaire pour éliminer les causes qui entravent la libre circulation de l'urine.

Pyeloectasia unilatérale et bilatérale

Unilatéral (avec une expansion d'au plus 8 mm) se produit spontanément au 3ème trimestre de la gestation ou après la résolution de la grossesse. La taille du rein de l'enfant est visible à 15-20 semaines de grossesse. L'augmentation du pelvis du rein gauche ou droit (unilatérale), établie au cours de l'étude, ne nécessite pas de traitement immédiat, un contrôle du processus de réparation du pelvis est nécessaire. La cause de pyeloectasia unilatérale peut être des anomalies de la structure des organes de l'UIP, des causes pathologiques. La pathologie affecte souvent le rein gauche.

Pyeloectasie bilatérale rarement rencontrée, que les médecins considèrent comme physiologique, découlant de l'immaturité de l'UIP. Chez les garçons, le canal urétral est formé, ils ont donc une pathologie qui disparaît avec le développement du fœtus.

La pyéloectasie modérée passe après la naissance, lors de la première miction du nouveau-né. En cas de progression de la pathologie, un traitement est nécessaire (médicament ou chirurgie).

Causes de la pathologie

L'augmentation du bassin du rein et le développement de la pyéloectasie entraînent des difficultés lors de l'écoulement de l'urine, son retour dans les reins, une pression élevée sur les parois du bassin avec une quantité excessive d'urine.

Le développement de la maladie est influencé par des facteurs génétiques et des anomalies fœtales. La pathologie peut provoquer des raisons:

  • exposition à un environnement pollué (mauvais environnement);
  • rétrécissement des canaux d'excrétion de l'urine;
  • facteurs de prédisposition héréditaire (pyéloextasie, pré-éclampsie) ou de processus inflammatoire chez la mère;
  • anomalies, malformations de l'UIP;
  • infériorité de la valvule urétrale;
  • obstruction des uretères.

Le développement intra-utérin de la maladie provoque de telles pathologies:

  • hydronéphrose - à la suite d'un trouble de l'écoulement de l'urine, l'extension, en plus du pelvis, affecte le calice du rein, ce qui entraîne une atrophie du parenchyme et une perte de fonctionnalité du rein;
  • mégaurètre - expansion congénitale de l'uretère;
  • ectopie - entrée anormale de l'uretère non pas dans l'urètre, mais à la veille du vagin (chez la femme), dans les vésicules séminales, la prostate, le canal déférent (chez l'homme);
  • urétérocèle - violation de l'écoulement de l'urine due à la contraction (blocage) de l'entrée de l'uretère dans la vessie, gonflement sphérique du segment inférieur de l'uretère.

Comment déterminer la pathologie?

Au fur et à mesure que la grossesse progresse, les reins fœtaux augmentent, la taille du bassin change, il est donc impossible de diagnostiquer la pathologie par échographie seule. Le volume du pelvis rénal est également influencé par l'état actuel du fœtus.

Les médecins peuvent prescrire des ultrasons supplémentaires, déterminer la pathologie en fonction des critères suivants pour la section du pelvis située dans la plage normale:

  • pas plus de 4 mm - jusqu'à la 32e semaine;
  • jusqu'à 6 mm - à partir de la 36ème semaine.

Pour clarifier le diagnostic de "pyeloextasia", une échographie est réalisée et les mesures thérapeutiques nécessaires sont sélectionnées en fonction des résultats. Avec une expansion jusqu'à 8 mm, le traitement n'est pas nécessaire, l'état des reins est normalisé dans les dernières semaines.

La sévérité de la maladie

Violation du développement du bassin causée par des raisons génétiques. Les effets négatifs de l'environnement, les médicaments, la malnutrition peuvent causer des défauts, retarder le développement des organes internes. Des facteurs négatifs de nature différente peuvent être exposés aux reins. Le critère de diagnostic de la pyéloextasie pendant la grossesse est la taille antéro-postérieure (section transversale) du pelvis du fœtus. La taille standard au 2ème trimestre est jusqu’à 5 mm, au 3ème - jusqu’à 7 mm. Un étirement de la cavité du bassin de plus de 10 mm est un signe d'hydronéphrose pouvant provoquer une atrophie du parenchyme rénal.

I, II, III sévérité de pyeloextasia sont classifiés.

  1. Avec une lésion légère de l’un des reins, une observation dynamique des médecins pendant la formation du fœtus et des visites régulières chez le néphrologue des parents avec l’enfant sont nécessaires.
  2. En fonction des raisons d'un degré modéré de pyélectasie unilatérale, le traitement est effectué avec une surveillance constante par ultrasons du développement de la pathologie. Avec la progression de la pathologie, il existe un risque d'hydronéphrose ou de calycopyéloélectasie. Si la maladie progresse. Le bassin est dilaté en raison de l'impossibilité de les libérer de l'urine, une correction chirurgicale est nécessaire.
  3. Des lésions graves aux deux reins entraînent de graves violations de leur fonctionnement et nécessitent une intervention chirurgicale pour prévenir le risque d'insuffisance rénale.

Souvent, le fœtus disparaît au troisième semestre, le pelvis rénal revient à la normale, l'enfant naît avec un système urinaire en bonne santé. Mais il existe également des cas de progression rapide de la pathologie intra-utérine aux conséquences graves.

Une combinaison de pyéloextasie génétiquement déterminée avec le syndrome de Down et des maladies chromosomiques telles que le syndrome d'Edwards, Turner et Patau a été enregistrée.

Méthodes de traitement

Après avoir découvert la pyéloectasie chez le fœtus, les nouveau-nés se voient prescrire des examens: urographie intraveineuse, cystographie, examen radio-isotopique des reins pour déterminer les causes de la pathologie.

Pendant la période de développement intra-utérin, le traitement d'un enfant atteint de pyeloextasia n'est pas effectué. Et il est impossible de prévoir le comportement de la pathologie. Noter le fait de cette pathologie et observer qu'il est important de procéder à un traitement conservateur ou chirurgical d'un enfant en bas âge.

Pour déterminer la méthode de traitement d'un enfant né avec une pyéloectasie, les médecins prennent en compte: la gravité de la pathologie, l'état des voies urinaires, la présence de lésions du parenchyme rénal et d'autres maladies.

La pyéloextasie bilatérale, causée par un excès de liquide chez la mère et le fœtus, nécessite une surveillance étroite de l'évolution de la maladie après l'accouchement. Si le pelvis ne revient pas à la normale, un traitement thérapeutique est prescrit: préparations pour extraire le sable des organes MPS, dissoudre les formations solides pour atteindre le débit urinaire.

En l'absence d'effet de thérapie et de pathologie progressive, une intervention chirurgicale est nécessaire, 40% des opérations de pyélectasie sont réalisées à un âge précoce. Un traitement efficace consiste en une chirurgie endoscopique utilisant des instruments miniatures insérés dans l'urètre (sans accès ouvert).

Avant l'opération, afin d'éviter les processus inflammatoires au sein de l'UIP, un traitement anti-inflammatoire est utilisé avec des préparations à base de plantes. L'opération est conçue pour rétablir l'écoulement de l'urine, pour éliminer le retour de l'urine de l'urètre aux uretères (reflux vésico-urétéral).

La santé du bébé continue de faire l'objet d'une surveillance après la chirurgie. Il est à noter que, si jusqu'à 3 ans, le pelvis rénal ne dépasse pas la normale, les complications ne surviennent pas. Il existe des cas de manifestation de la maladie au fil des ans, il est recommandé de faire surveiller par un médecin à tout moment.

Complications possibles

La pyéloextasie peut causer une pyélonéphrite, un mégaurètre, une faiblesse du sphincter et de graves complications.

Le mégaurètre (dilatation de l'uretère) peut causer une violation de la miction. Cette complication peut également entraîner le retour de l'urine dans les reins (reflux vésico-urétéral).

Megaureter accompagné de douleur, inconfort lors de la miction chez les nourrissons. La pathologie peut être compliquée par la suppuration et, chez les garçons, par une lésion de la valve urétrale.

Des anomalies dans le fonctionnement des organes urogénitaux augmentent le risque de processus infectieux et inflammatoires. Le contrôle des médecins et une attention particulière des parents sont nécessaires pour éviter les complications.

Prévention des maladies

Une femme qui envisage de concevoir un enfant devrait surveiller sa santé, traiter rapidement les maladies inflammatoires du SPM, surveiller l’état des reins. Avant de planifier une grossesse, il est nécessaire d'éliminer les problèmes de reins, le cas échéant, cet organe pair porte la charge pendant la période de gestation. Il est nécessaire d'éviter tout facteur négatif pouvant affecter le fœtus pendant la grossesse.

Si une pyéloextasie est détectée (en train de porter un enfant), suivez les recommandations du médecin et limitez le régime de consommation. Rendez-vous régulièrement chez le médecin et passez une échographie pour surveiller l’état du fœtus, afin de ne pas passer à côté des déviations dans son développement.

Les médecins recherchent la cause de la maladie, sa forme et son degré de développement. Choisissez les méthodes appropriées de traitement du nourrisson si, au cours du dernier trimestre de la grossesse, le travail complet des reins ne se rétablit pas spontanément.

Combien coûte une greffe de rein en Russie

Comment prendre 5 coups