Symptômes de pyélonéphrite obstructive et méthodes de traitement

L'inflammation du pelvis rénal a un caractère bactérien, c'est-à-dire que, pour qu'une pathologie apparaisse, il est nécessaire d'entrer dans la cavité rénale de micro-organismes pathogènes. Mais cela augmente considérablement le risque de début du processus inflammatoire de stase urinaire dans les reins, qui est souvent favorisé par l'obturation (violation de la perméabilité) du conduit urinaire. Si une inflammation survient pendant l'écoulement normal de l'urine, une pyélonéphrite non obstructive est réputée se produire. Lorsque la principale cause du foyer inflammatoire est une altération de l'écoulement de l'urine et que l'infection bactérienne est secondaire, une inflammation obstructive de l'appareil cup-pelvis des organes excréteurs est diagnostiquée.

Quelles sont les causes de la violation de l'urine par les reins

Normalement, la cavité du bassin est stérile - elle ne contient aucun micro-organisme. L'absence de microbes dans les reins favorise la reproduction de n'importe quelle bactérie ici, car il n'y a pas d'antagonisme inhérent aux micro-organismes (comme dans les intestins, par exemple). Même la microflore conditionnellement pathogène du pelvis peut entraîner une inflammation bactérienne de la membrane muqueuse. L'introduction d'agents pathogènes dans la cavité rénale est d'autant plus dangereuse.

Pour les microorganismes, il existe trois manières possibles de pénétrer dans le bassin:

  • rétrograde des organes inférieurs du système génito-urinaire avec reflux (mouvement inverse) de l'urine;
  • sur les vaisseaux lymphatiques du gros intestin (avec inflammation de la paroi intestinale et autres maladies);
  • à travers le sang avec des foyers septiques massifs, localisés dans d'autres organes (articulations, voies respiratoires supérieures).

Cependant, les bactéries qui ne sont pas toujours intégrées au pelvis, même pathogènes sans condition, provoquent une inflammation de la membrane muqueuse. Avec une dynamique normale d'écoulement de l'urine et une immunité locale active chez un petit nombre de bactéries, il y a peu de chance de s'attarder ici et de commencer la reproduction. La probabilité d'inflammation augmente plusieurs fois avec la stagnation de l'urine, lorsque le manque de liquide est perturbé en raison d'une perméabilité insuffisante des canaux urinaires. Qu'est-ce qui, à son tour, peut aggraver la dynamique de la miction? En règle générale, les causes de ce phénomène sont les suivantes:

  • anomalies congénitales anatomiques du système urinaire;
  • troubles organiques des uretères (contraction) dus à une inflammation de la vessie ou de la prostate;
  • obstruction de l'entrée dans le calcul du conduit urinaire avec urolithiase.

Les malformations congénitales des structures anatomiques responsables du détournement de l'urine entraînent l'apparition d'une pyélonéphrite obstructive dans l'enfance, souvent à un stade précoce (période préscolaire). De tels états commencent de manière aiguë et impliquent une intervention chirurgicale pour rétablir la lumière normale des uretères. Sans cela, même avec un traitement antibiotique réussi, une pyélonéphrite obstructive chronique se développe, entraînant rapidement des conséquences plus graves.

Deux autres facteurs (obturation par un calcul rénal ou constriction (rétrécissement) du conduit en raison de son inflammation) sont principalement inhérents aux patients adultes. Également chez les patients adultes, une violation de l'écoulement de l'urine peut survenir lorsqu'un rein est omis et que les canaux sont comprimés par les tumeurs.

C'est important! Séparément, une perturbation transitoire de l'urodynamique chez la femme enceinte, due à la pression d'un utérus fortement élargi sur les canaux urinaires, est considérée.

Symptômes de la maladie

La pathologie inflammatoire, dont l’une des raisons de l’apparition est une violation de l’écoulement de l’urine, apparaît d’abord de manière aiguë, mais dans des conditions défavorables et non restaurée, la dynamique du détournement de l’urine se transforme souvent en une forme chronique accompagnée de récidives fréquentes. Outre la pyélonéphrite chronique non obstructive, la forme obstructive de la maladie au cours de l’exacerbation se manifeste par les mêmes symptômes que l’inflammation aiguë de la muqueuse du complexe anatomique pelvis-pelvis.

Au cours de la rémission, la pyélonéphrite chronique ne se manifeste pratiquement pas, mais une mucosite lente peut survenir pendant cette période. Exacerbation de la maladie pouvant être provoquée par un affaiblissement de l'immunité locale (hypothermie, stress), une nette détérioration de l'urodynamique ou la réintroduction d'agents infectieux dans la cavité du bassin, se manifestant par les symptômes suivants:

  • douleur aiguë et insupportable dans le bas du dos provoquée par le rein enflammé, s'étendant souvent dans le bas de l'abdomen, la région fémorale antérieure, les organes externes de la sphère génitale;
  • élévation de la température corporelle à 39-40 degrés;
  • intoxication causée par la réabsorption de substances azotées par l'urine insuffisamment déviée et par les toxines excrétées du fait de l'activité vitale des bactéries;
  • problèmes importants de miction - le processus physiologique s'accompagne d'une sensation de brûlure et de coupure.

Pyélonéphrite obstructive aiguë, ayant une forme similaire à la forme de la manifestation non obstructive, a quelques différences. Lorsque l'inflammation n'est pas accompagnée d'une violation de l'écoulement urinaire, la température et l'intoxication apparaissent en premier, raison pour laquelle la maladie est souvent confondue avec l'ARVI. La douleur au bas du dos apparaît plus tard (deuxième ou troisième jour) et n’est pas très grave. Les sensations de douleur sont caractérisées par des douleurs, tiraillements, irradiant rarement vers les zones voisines.

La forme obstructive de l'inflammation rénale commence par une douleur dont l'intensité augmente constamment et atteint son maximum environ un jour après son apparition. L'intoxication et la température apparaissent le deuxième jour et atteignent un maximum de 3-4 jours de maladie. Ce caractère de l'évolution de l'inflammation obstructive aiguë s'explique par le débordement des cavités rénales avec de l'urine non retirée, à la suite de quoi l'organe d'excrétion se dilate.

L'étirement de la membrane rénale irrite les récepteurs de la douleur situés à cet endroit, ce qui entraîne l'apparition d'une douleur intense dont l'intensité dépend directement du degré d'étirement de l'organe. Le syndrome douloureux avec obstruction des voies urinaires est difficile à arrêter avec des antispasmodiques et des analgésiques, même administrés par voie parentérale, ce qui suggère également que la douleur est à l'origine de l'étirement des reins par l'urine accumulée.

Diagnostic de la pyélonéphrite obstructive

La définition de la maladie commence par la collecte de données anamnestiques et l'évaluation de données subjectives issues de plaintes de patients. Déjà sur la base d'une enquête sur le patient peut tirer des conclusions préliminaires sur la nature de la pathologie. Les résultats primaires sont confirmés lors des tests de laboratoire et des examens instrumentaux de l'organe affecté. En laboratoire sont effectués:

  • numération globulaire complète, qui détermine les signes d'inflammation (augmentation de la VS, leucocytose);
  • tests sanguins biochimiques - l'augmentation de la teneur en protéine physiologique de la protéine C réactive et du fibrinogène indique également un processus inflammatoire actif;
  • la microscopie de l'urine est déterminée par un grand nombre de leucocytes dans le champ de vision; on peut identifier les bactéries responsables du processus inflammatoire;
  • Afin de déterminer la sensibilité des microbes aux médicaments antibactériens, on sème des micro-organismes, puis des tests microbiologiques.

Les outils de diagnostic les plus informatifs sont l’échographie des reins, la radioscopie avec utilisation d’un produit de contraste, la tomodensitométrie, durant laquelle ils déterminent les causes des violations de l’écoulement de l’urine (calculs dans l’uretère, tumeur, canal de compression, etc.). En outre, ces méthodes permettent de déterminer le degré de stagnation de l'urine et d'étirement de l'organe, l'état de la couche rénale fonctionnelle.

Méthodes de traitement de l'inflammation obstructive des cavités rénales

Les mesures thérapeutiques contre la pyélonéphrite provoquée par une violation du flux normal d'urine ne sont effectuées que dans un hôpital - service d'urologie ou de chirurgie. La tactique médicale implique les effets suivants:

  • méthodes conservatrices ou chirurgicales pour la récupération de l'écoulement urinaire;
  • thérapie antibactérienne;
  • soulagement des symptômes les plus graves accompagnant la maladie.

La tâche principale des médecins est de restaurer la dynamique de l'écoulement de l'urine. Sans le succès de cet événement, la nomination d’agents antibactériens n’apporte pas d’effet thérapeutique. Même une récupération partielle de l'écoulement urinaire atténue considérablement l'état pathologique (la douleur diminue, la température diminue et le degré d'intoxication). De manière conservatrice, la récupération de l'urine est rétablie par l'administration intraveineuse de puissants antispasmodiques (Baralgin, Platyphylline). Si la relaxation de la paroi urétérale ne conduit pas à une tendance positive pendant 2 jours, des méthodes opérationnelles sont utilisées. Désormais, les opérations de restauration de la perméabilité des uretères sont effectuées selon des méthodes peu invasives (endoscopie, laparoscopie), ce qui améliore considérablement le pronostic et raccourcit la période de rééducation.

Après la récupération des pertes urinaires, l’antibiothérapie est prescrite avec des médicaments pour lesquels la plus grande sensibilité des agents pathogènes inflammatoires est déterminée. Il peut s’agir d’anatibiotiques, d’uroseptiques ou de sulfamides, prescrits pour une durée allant jusqu’à deux semaines.

Prévention des maladies

Par des mesures préventives pour prévenir la violation de l'écoulement de l'urine, est la reconnaissance et l'élimination en temps voulu des causes conduisant à l'obstruction des uretères, par conséquent, la prévention de l'inflammation obstructive peut être considérée comme un traitement adéquat de ces maladies:

  • urolithiase;
  • prostatite et adénome de la prostate;
  • tumeurs des organes urogénitaux et des structures anatomiques adjacentes.

Il est plus difficile de détecter les malformations congénitales des conduits urinaires, surtout si elles ne violent que partiellement les propriétés urodynamiques. En règle générale, de tels changements pathologiques de l'anatomie normale des uretères sont détectés après l'apparition de la pyélonéphrite obstructive, qui survient le plus souvent pendant l'enfance.

Pyélonéphrite obstructive et non obstructive

Une pyélonéphrite secondaire obstructive, ainsi que non obstructive, peut se développer chez l'enfant et l'adulte. De quoi s'agit-il et comment traiter? La pyélonéphrite obstructive est une maladie infectieuse des reins causée par une violation de l'écoulement de l'urine. Une variété d'inflammation des tissus des reins - pyélonéphrite non obstructive. En cas de pyélonéphrite non obstructive, le flux d'urine normal provenant du pelvis rénal et des uretères est maintenu. Cette maladie est très courante et bien étudiée.

Les symptômes

Les plus vulnérables sont les personnes dont l'immunité est affaiblie.

Il existe plusieurs types de pyélonéphrite non obstructive. Elle peut être aiguë ou chronique.

Les symptômes de la pyélonéphrite chronique non obstructive se manifestent périodiquement et sont exprimés:

  • Douleurs douloureuses dans la région des reins;
  • Augmentation de la température corporelle;
  • Modification des propriétés de l'urine;
  • L'œdème;
  • Augmentation de la pression artérielle.

Il est important que le bon régime alimentaire puisse aider à lutter contre la pyélonéphrite. Si vous suivez un certain régime, la maladie peut même ne pas vous rappeler.

La pyélonéphrite aiguë non obstructive est caractérisée par la présence des symptômes suivants:

  • Augmentation de la température corporelle jusqu'à 39 degrés;
  • Des frissons;
  • Transpiration;
  • La déshydratation;
  • Maux de tête graves;
  • Douleur au bas du dos;
  • Besoin fréquent d'uriner;
  • Souvent rezmy en urinant.

Une forte douleur dans la région rénale et pendant la miction caractérise le processus inflammatoire aigu dans le système urinaire du corps.

Le développement du processus obstructif de la maladie se produit lentement, accompagné de la défaite des structures rénales individuelles. La pathologie se manifeste clairement si les tissus subissent déjà de graves dommages. Il est important de reconnaître les symptômes et de recevoir un traitement aux premiers stades de la maladie.

La pyélonéphrite obstructive chronique se manifeste par des périodes de rémission et d'exacerbation avec le complexe de symptômes suivant:

  • Colique rénale;
  • Douleur dans la région lombaire, souvent plus prononcée d'un côté;
  • Résistance thermique élevée
  • L'intoxication;
  • Puffiness;
  • Cernes sous les yeux;
  • Odeur désagréable de sueur et de bouche;
  • Perturbation du sommeil;
  • Soif constante;
  • Perte d'appétit;
  • Des nausées;
  • Fréquence cardiaque défectueuse;
  • Faiblesse
  • Perte de poids sans changer de régime;
  • Miction douloureuse.

La pyélonéphrite obstructive aiguë se manifeste par l'apparition du syndrome douloureux le plus fort. Dans une telle situation, vous devriez immédiatement consulter un médecin.

Raisons

Le développement de la pyélonéphrite est le plus souvent une infection causée par des micro-organismes. La réduction de la lumière de l'uretère entraîne de graves conséquences. Les principales causes et principes de traitement de la pyélonéphrite obstructive sont bien connus. Cette violation du système urinaire affecte les hommes et les femmes. Il y a beaucoup de raisons qui provoquent le développement d'une pathologie avec obstruction des voies urinaires.

Ceux-ci comprennent:

  • Anomalies du système;
  • Urolithiase chronique;
  • Exacerbation de maladies pendant la grossesse;
  • Adénome ou cancer de la prostate chez l'homme;
  • Diabète sucré du premier ou du deuxième type;
  • La goutte;
  • Refroidissement excessif des reins;
  • Utilisation à long terme d'antibiotiques;
  • Maladies infectieuses prolongées d'autres systèmes organiques.

Les causes exactes du processus d'obstruction sont établies par un néphrologue.

Les maladies inflammatoires des reins sont divisées en plusieurs types. Il existe différentes variétés de pyélonéphrite non obstructive. Il est aigu et chronique, et peut également être associé à un réflexe. La pyélonéphrite chronique non obstructive associée au reflux affecte les structures des organes environnants.

Il existe deux formes principales de pyélonéphrite obstructive: aiguë et chronique.

Dans le développement de la pyélonéphrite obstructive aiguë ou chronique, le degré d'obstruction joue un rôle important:

  • Obstruction relative La sortie de l'urine est partiellement perturbée;
  • Obstruction absolue. La sortie est complètement arrêtée;
  • Obstruction croissante Obstacles progressifs et progressifs au développement.

Les types d'obstruction courants sont liés aux causes. Ceux-ci comprennent:

  • Des pierres;
  • Les tumeurs;
  • Anomalies structurelles;
  • Adénome de la prostate;
  • Corps étrangers.

Diagnostics

Le diagnostic d'une inflammation aiguë non obstructive des reins ne pose généralement pas de problèmes. Les symptômes de cette maladie sont connus. Résultats des analyses de sang et d'urine avec des anomalies. Il existe généralement plusieurs leucocytes, signe d'un processus inflammatoire.

Le diagnostic des maladies obstructives du système urinaire comprend:

  • Numération globulaire détaillée;
  • Analyse de la composition urinaire;
  • Test sanguin biochimique;
  • Culture d'urine bactérienne.

Pour déterminer un emplacement plus précis du centre de l'obstruction, de l'intensité de la lésion et de l'état des uretères, les procédures suivantes sont effectuées:

  • Échographie;
  • Rayons X (sans contraste ni urographie en contraste);
  • CT et IRM.

Les résultats de l'enquête guideront le médecin vers le diagnostic correct.

Traitement

La pyélonéphrite chronique doit être complète pour traiter. Le choix du traitement dépendra du stade, de la forme et de la gravité de la pathologie. La valeur décisive sera donnée à l'ampleur de la violation du processus de sortie de l'urine et à l'état du second rein.

Le développement asymptomatique de pyélonéphrite obstructive entraîne souvent un accès inopportun à des soins médicaux qualifiés.

Dans la phase aiguë de la maladie, le patient doit être hospitalisé. Souvent, le traitement de la pyélonéphrite obstructive aiguë non obstructive et aiguë est réalisé à l'aide d'antibiotiques et de médicaments qui rétablissent l'écoulement de l'urine.

Parfois, installez un tube de drainage. Avec une perturbation importante du fonctionnement, on ne peut pas se passer d'un appareil qui maintiendra une composition sanguine normale. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens, les analgésiques, les antispasmodiques aident à enrayer les symptômes. Après une antibiothérapie, des probiotiques sont prescrits et des complexes de vitamines et de minéraux sont utilisés pour maintenir l'immunité et restaurer le corps après une maladie.

Il est important de garantir au patient un repos complet. Assurez-vous de rester au lit et d'éviter les efforts physiques intenses. Lors de l'ajustement du régime, il faut préférer les aliments légers, éliminer le sucre, la caféine, réduire les apports en sel, en graisses et en protéines.

Procéder au traitement approprié de la pyélonéphrite obstructive et à la rééducation uniquement sous la surveillance d'un spécialiste. Traitement prescrit par un médecin. En tant que méthode de traitement radicale, la chirurgie sert à établir la perméabilité des uretères.

Dans la plupart des cas, la médecine traditionnelle, la phytothérapie, est excellente pour traiter une pathologie rénale.

Pendant la période de récupération et pour prévenir la maladie, la physiothérapie et l’immunostimulation sont utilisées pour augmenter les défenses de l’organisme.

Il est possible de se débarrasser du processus inflammatoire au niveau des reins en procédant à un examen et à un traitement rapides, ainsi qu’au respect d’un régime alimentaire approprié et d’un mode de vie sain.

Causes de pyélonéphrite obstructive: stades, symptômes et traitement

La pyélonéphrite obstructive est une maladie rénale qui se développe à la suite d’une infection bactérienne et d’une altération du débit urinaire.

Les principaux symptômes de la pyélonéphrite sont des douleurs dans la région lombaire et des difficultés à uriner.

Se débarrasser de la maladie ne peut être qu'une méthode complexe, utilisant des médicaments, y compris des antibiotiques, ainsi que l'observation d'une nutrition adéquate.

Caractéristiques de l'évolution de la maladie chez l'adulte et l'enfant

Le processus inflammatoire dans les tissus des reins, appelé pyélonéphrite, peut avoir un caractère de développement primaire ou secondaire.

Selon de nombreux chercheurs réputés, toute pathologie primaire est essentiellement secondaire, car, pour qu’elle commence à se développer, il doit y avoir un facteur provocant.

Dans notre cas - une violation de l'écoulement de l'urine, ainsi que l'impact sur le corps de l'infection. Il n’est pas toujours possible de poser immédiatement un diagnostic précis de pyélonéphrite obstructive.

Cela peut s'expliquer par le fait que ses symptômes se confondent facilement avec les manifestations d'autres affections pathologiques décrites dans cette section. La douleur aiguë dans la colonne lombaire est accompagnée de nombreuses maladies des voies urinaires.

Chez les nourrissons, la température corporelle augmente instantanément et atteint des niveaux critiques. Dans le même temps, les symptômes méningés apparaissent sous la forme d'une position forcée avec la tête rétractée. L'enfant commence à perdre du poids et une tentative de sonde rénale provoque des pleurs.

Quelles causes peuvent contribuer au développement de la maladie rénale

La maladie peut survenir dans le contexte d'autres conditions pathologiques. Mettez en surbrillance ceux qui sont diagnostiqués le plus souvent:

  1. Les maladies congénitales du système génito-urinaire, par exemple, le rétrécissement pathologique du canal urinaire.
  2. Le développement de la lithiase urinaire (la formation de sable et de calculs dans les reins et la vessie).
  3. La présence d'une tumeur dans la structure de l'uretère ou du bassin.
  4. Le développement de l'adénome de la prostate. Une augmentation de la glande déclenche une compression de l'urètre, ce qui provoque la stagnation de l'urine et le développement du processus inflammatoire.
  5. La présence d'un corps étranger. Dans la plupart des cas, cela s'applique aux enfants qui peuvent pousser un objet étranger dans l'urètre, ce qui provoque un processus inflammatoire qui atteint éventuellement les reins.

Si l'on soupçonne le développement de l'une de ces maladies, il est préférable de consulter un médecin et de poser un diagnostic approprié. Il est préférable de réfuter ces craintes que de développer ultérieurement un processus inflammatoire étendu.

Formes de la maladie

Il existe 2 formes de la maladie: aiguë et chronique. Les caractéristiques de l'évolution de la pyélonéphrite obstructive aiguë incluent:

  • une inflammation aiguë et rapide;
  • symptomatologie prononcée;
  • possibilité de développer une pyélonéphrite séreuse ou purulente.

L'évolution de la forme chronique de la maladie au stade initial est souvent caractérisée par l'absence de symptômes sur une longue période.

La personne, simplement, ne soupçonne même pas l’évolution de la maladie dans son corps, car celle-ci est détectée au moment du diagnostic de pathologies complètement différentes. La maladie chronique peut survenir en plusieurs phases:

  1. Latent. La durée de cette phase peut atteindre plusieurs années, et parfois davantage, sans être accompagnée de symptômes prononcés.
  2. Aggravation Dans cette phase du développement de la pathologie, il existe des symptômes prononcés dans le contexte d'activation de l'infection dans l'organe jumelé.
  3. Remise Les symptômes inquiétants disparaissent complètement, mais pas du tout, mais pendant un certain temps.

En outre, il existe une classification différente de la pathologie, qui implique sa division en deux parties: gauche, droite et mixte. Cette classification est déterminée selon qu'un rein ou les deux ont été impliqués dans le processus pathologique.

Quels sont les symptômes

Les personnes atteintes de pyélonéphrite obstructive sont préoccupées par les symptômes suivants:

  • coliques rénales;
  • douleur dans la nature unilatérale ou bilatérale lombaire;
  • syndrome fébrile et élévation générale de la température;
  • les symptômes d'intoxication, qui consistent en l'apparition de poches, de cernes autour des yeux, de modifications de la couleur de la sclérotique en une odeur désagréable jaunâtre ou rougeâtre, provenant de la bouche;
  • mal de tête de nature permanente;
  • violation du travail et du repos;
  • malaise général et fatigue rapide (même après un effort physique mineur);
  • soif constante;
  • nausée et perte d'intérêt pour la nourriture;
  • trouble du rythme cardiaque;
  • perte de poids notable.

La pathologie de la forme aiguë présente des symptômes plus prononcés que la maladie de l'évolution chronique. Une intoxication grave peut provoquer des évanouissements, des vomissements et une transpiration excessive. Cela rend également difficile à uriner.

Stade de flux

La maladie de la forme aiguë se déroule en plusieurs étapes, qui se distinguent par le degré d'atteinte à un organe:

  1. La première étape. Le stade initial de développement est caractérisé par une augmentation et une tension du rein enflammé, un gonflement de sa couche supérieure. Si vous diagnostiquez la maladie à ce stade, vous pouvez éviter le développement de complications et parvenir à un rétablissement complet.
  2. La deuxième étape. À ce stade, la maladie peut se manifester par une néphrite pustuleuse, un abcès solitaire, un antécédent cardiaque. Si l'infection s'est propagée au rein de manière urogénique, il se produit souvent des modifications pathologiques du pelvis rénal, une hyperhémie de la membrane muqueuse, une expansion des cavités due à la formation de masses purulentes. Si vous ne commencez pas immédiatement le traitement de la pathologie à ce stade de développement, la survenue de complications est inévitable.

La maladie chronique peut se produire en 4 étapes:

  1. La première étape. A ce stade, l'implication des glomérules de l'organe dans le processus pathologique n'est pas observée. Le processus atrophique dans le conduit collecteur se développe de manière uniforme.
  2. La seconde forme. Il y a un rétrécissement des vaisseaux du corps, une désolation des glomérules, des modifications dans les tubules, ainsi que des tissus interstitiels du caractère sclérotique.
  3. La troisième étape. De nombreux glomérules meurent, il se produit une atrophie des tubules et une croissance du tissu interstitiel, ainsi que du tissu conjonctif.
  4. Quatrième cours. En raison de la mort de la plupart des glomérules, la taille du rein est considérablement réduite et ses tissus sont remplacés par du tissu cicatriciel. En apparence, le corps ressemble à un substrat ratatiné de petite taille, qui présente une surface bosselée.

Méthodes de diagnostic

Si vous suspectez une pyélonéphrite obstructive, ainsi que d’autres pathologies des voies urinaires, vous devez consulter un urologue ou un néphrologue.

En plus de collecter des informations sur la durée des symptômes, leur nature, des mesures supplémentaires avec lesquelles vous pouvez confirmer le diagnostic vous sont prescrites:

  • analyse générale et biochimique du sang;
  • analyse d'urine;
  • tests d'urine pour la flore bactérienne et la sensibilité aux agents antibactériens;
  • échographie de l'organe;
  • Radiographie des reins avec contraste.

En outre, ils prescrivent souvent la résonance magnétique et la tomodensitométrie, qui permettent d’obtenir une image claire de la structure de l’organe, d’identifier les tumeurs ressemblant à des tumeurs et d’autres modifications pathologiques.

Quel type de thérapie est prescrit par le médecin

Les objectifs principaux du traitement de la pyélonéphrite obstructive peuvent être appelés l’élimination de l’infection bactérienne et la restauration de la sortie normale de l’urine. Pour atteindre le premier objectif, il faut utiliser des médicaments antibactériens qui sont particulièrement nécessaires dans le cours aigu de la maladie.

Des médicaments diurétiques sont prescrits pour rétablir le flux d'urine perturbé. En outre, les moyens nécessaires et symptomatiques pour réduire l'intensité des symptômes associés, tels que la douleur, la fièvre, etc.

Dans le cas où le processus pathologique est causé par une malformation congénitale des voies urinaires, le médecin peut prescrire une opération pour corriger la maladie sous-jacente. Si des calculs sont présents dans le système de la cupule et du bassin, une lithotripsie à distance est effectuée, au cours de laquelle ils sont détruits.

Avec la thérapie principale, qui est prescrite par le médecin traitant, vous pouvez utiliser à la maison des décoctions et des infusions à base de remèdes traditionnels et ayant un effet thérapeutique. De plus, à la maison, vous devrez suivre un certain régime, ce qui aidera à atténuer les symptômes désagréables et à accélérer la guérison.

Méthodes médicales

Avant de déterminer quel antibiotique sera le plus efficace, effectuez une étude spéciale sur la sensibilité des agents pathogènes à ces agents. Les antibiotiques suivants sont souvent prescrits:

  1. Cefexim. Le médicament est autorisé pour une utilisation chez les adultes et les enfants à partir de 6 mois. La posologie quotidienne du médicament pris est de 400 mg ou plus, en fonction des caractéristiques de la maladie sous-jacente.
  2. Amoxicilline. Le médicament est prescrit aux enfants, aux adultes et même aux femmes enceintes. La posologie quotidienne du comprimé est de 500 mg plusieurs fois par jour.
  3. Ceftriaxone. Le médicament appartient aux moyens de la nouvelle génération et est administré à une dose quotidienne de 0,5 g plusieurs fois par jour ou 1 g par voie intraveineuse (par voie intramusculaire).

Dans le traitement de la pathologie, non seulement des antibiotiques sont utilisés, mais également des médicaments diurétiques, qui contribuent à la normalisation de l'écoulement de l'urine. Dans ce groupe de médicaments, vous pouvez fabriquer du furosémide, du Bufox, du Britomar, du Diuver.

Les médicaments symptomatiques pouvant aider à soulager la douleur comprennent des antispasmodiques tels que la papavérine, la drotavérine et Halidor. Ce groupe comprend le diclofénac, l'indométhacine, l'ibuprofène. Il est possible de supprimer l’œdème à l’aide de Suprastin et de Diazolin - médicaments antihistaminiques.

Médecine populaire

En plus du traitement thérapeutique principal, vous pouvez également utiliser des remèdes populaires, à partir desquels des infusions et des décoctions sont préparées:

  1. Airelles (1 cuillère à soupe de feuilles. Versez 200 ml d’eau bouillante sur les feuilles et laissez infuser pendant 30 minutes; utilisez le produit fini 3 fois par jour, 70 ml).
  2. Stigmates de maïs (2 c. À soupe. Les stigmates versent de l’eau bouillante et laissent infuser pendant 1 heure; c’est-à-dire que tout est prêt signifie que vous filtrez et que vous prenez 3 fois par jour, 100 ml).
  3. Graines de lin (50 graines versent un verre d'eau et font bouillir pendant 15 minutes. Préparer signifie utiliser à l'intérieur de 100 ml toutes les 2 heures).
  4. Melon d'eau (la croûte séchée verse un demi-litre d'eau bouillante et laisse infuser pendant 2 heures; moyen prêt à l'emploi, à utiliser à l'intérieur à la place du thé).

De plus, vous pouvez consommer quotidiennement des jus naturels. La sève de bouleau et la sorbier sont particulièrement efficaces.

Besoins alimentaires

La nutrition pour la pyélonéphrite obstructive doit être fractionnée, c’est-à-dire qu’il est souvent nécessaire de manger de la nourriture toute la journée, mais par petites portions.

Les aliments interdits qui ne peuvent pas être inclus dans le régime avec obstruction comprennent:

  • bouillon gras, y compris viande, champignons et poisson;
  • produits de boulangerie;
  • poisson gras et viande;
  • conservation (viande, poisson), ainsi que saucisses, saucisses, viandes fumées;
  • les légumineuses et les produits contenant de l'acide oxalique (oseille, épinard, radis, oignon, ail, etc.);
  • sauce, moutarde, sel;
  • fromage gras;
  • graisses animales;
  • thé fort et café;
  • confiserie;
  • alcool

Il est également recommandé d'inclure certains produits utiles dans le régime alimentaire lors du traitement d'une pathologie:

  • jus, thé faible, y compris à base de plantes, gelée, eau minérale;
  • pain rassis, crêpes et crêpes;
  • viande maigre, volaille, poisson;
  • soupe au lait, bouillon de légumes;
  • courgettes, légumes verts (sauf interdits), carottes, pommes de terre, citrouilles;
  • oeufs sous forme d'omelette ou pré-bouilli;
  • produits laitiers;
  • pâtes et pâtes;
  • sarrasin et flocons d'avoine;
  • légumes et beurre;
  • fruits et légumes frais.

Dans tous les cas, le médecin doit prescrire un régime basé sur les caractéristiques individuelles de l'évolution de la maladie.

Complications et conséquences

Si vous n'effectuez pas un traitement approprié ou si vous ne le conduisez pas correctement, vous pouvez provoquer des complications, notamment:

  • le passage de la pyélonéphrite aiguë à la forme chronique;
  • la propagation du processus pathologique sur le deuxième rein, si auparavant la maladie ne concernait qu'un seul rein;
  • la formation de sepsis;
  • développement de pyélonéphrite emphysémateuse;
  • l'apparition d'un abcès dans l'organe;
  • la survenue d'une insuffisance rénale aiguë d'un organe;
  • le développement d'un choc bactériotoxique.

Pour prévenir de telles conséquences négatives, il ne suffit que de consulter en temps utile un spécialiste présentant les premiers symptômes de la pathologie.

Prévention et pronostic

Pour éviter la pyélonéphrite obstructive, il est nécessaire d’éliminer les mauvaises habitudes. Il est important d’éliminer rapidement l’infection du corps afin d’éviter que des agents pathogènes pénètrent dans les reins.

En outre, les experts recommandent de bien manger, en améliorant systématiquement l'état d'immunité, pour mener une vie active.

La pyélonéphrite obstructive n’est pas un diagnostic fatal. Il est possible de se débarrasser de la maladie pour toujours, mais seulement avec le début opportun du traitement. Le niveau de compétence du médecin traitant est tout aussi important pour le pronostic.

Formes et symptômes de pyélonéphrite obstructive: diagnostic et prévention des maladies

Les modifications pathologiques chroniques des reins, accompagnées de processus inflammatoires, peuvent être masquées pendant longtemps. Mais dans la période d'exacerbation, ils donnent des symptômes aigus, qui peuvent se manifester par des mictions douloureuses, un œdème et une forte fièvre.

Ce tableau clinique peut signaler le développement d'une maladie telle que la pyélonéphrite obstructive. Son diagnostic et son traitement présentent des difficultés. L'inflammation est généralement asymptomatique et il est problématique de la détecter dès les premiers stades de développement et, lorsque la phase aiguë s'installe, des changements se sont déjà produits dans les tissus des reins, qu'il est difficile d'éliminer.

Pyélonéphrite obstructive

En parlant du mécanisme de développement de la pyélonéphrite obstructive et de ce qu’il en est, il convient de mentionner que cette maladie se caractérise par une violation de l’écoulement de l’urine. En raison de l'inflammation, il se produit un spasme des uretères, de sorte que l'urine, pénétrant dans le bassinet et le calice, ne les laisse pas longtemps.

La pyélonéphrite est souvent une maladie secondaire qui survient à l’origine de pathologies conduisant à une compression ou à un blocage des uretères. S'il n'y a pas de violation de l'écoulement d'urine, le type de maladie est appelé «pyélonéphrite non obstructive».

Formes de pyélonéphrite obstructive

Un rein est un organe associé constitué de:

  • les pyramides de la couche cérébrale;
  • la moelle;
  • artère et veine rénale;
  • le bassin;
  • grandes et petites coupes pour les reins;
  • l'uretère;
  • couche corticale.

Au-dessus du rein est recouvert d'une coquille dense qui protège le corps contre les dommages mécaniques. Chaque jour, il existe des processus complexes pour la formation de l'urine - il s'agit d'un fluide biologique du corps, qui s'accumule dans les bols et le bassin, puis filtré et envoyé à l'uretère, à partir duquel il entre dans la vessie.

Le développement du processus pathologique

Avec le développement de processus pathologiques, l'écoulement de l'urine est perturbé, une congestion se produit, conduisant à l'expansion de la capsule de l'organe. Une augmentation du volume du rein entraîne une augmentation de la pression qu'il exerce sur les terminaisons nerveuses, ce qui contribue à l'apparition d'un syndrome douloureux intense. Les bactéries qui provoquent le développement de l'inflammation commencent à proliférer activement à la place de la stagnation.

Ainsi se développe la pyélonéphrite obstructive, qui a 2 formes - aiguë et chronique. Dans le premier cas, il y a une progression rapide de la maladie avec une image symptomatique prononcée. En règle générale, une pyélonéphrite obstructive aiguë se développe lors de la pénétration d'une infection dans les structures rénales, ce qui provoque une réaction inflammatoire et un chevauchement des uretères.

La forme chronique de la maladie ne diffère que par le fait qu'elle a deux stades de développement, qui sont remplacés l'un par l'autre sous l'influence de certains facteurs sur le corps. Pendant les périodes de rémission, les reins se normalisent et, au moment de l'exacerbation, ils sont perturbés, ce qui entraîne également l'apparition de symptômes aigus dont la gravité dépend aussi directement du degré d'obstruction. Et ça arrive:

  • relative - caractérisée par une violation partielle de l'écoulement de l'urine;
  • absolu - l'écoulement de l'urine est complètement arrêté;
  • progressive - une violation progressive de l'écoulement de l'urine.

Causes de pyélonéphrite obstructive

Divers facteurs contribuent à l'apparition de la pyélonéphrite. Le plus souvent les provocateurs de la pathologie sont:

  • anomalies congénitales des voies urinaires (pour cette raison, 80% des cas diagnostiqués de pyélonéphrite obstructive chronique chez les enfants);
  • urolithiase;
  • blessures subies lors d'une chute, d'un accident vasculaire cérébral ou d'une opération chirurgicale;
  • prostatite et formation d'adénomes de la prostate chez l'homme;
  • période de gestation chez les femmes.

En outre, dans 70% des cas, le développement d'une pyélonéphrite obstructive chronique est dû à un traitement incorrect ou à son absence complète dans le processus aigu de la maladie, ainsi qu'à:

  • le diabète;
  • le développement d'infections du système respiratoire ou urogénital;
  • utilisation prolongée de médicaments antibactériens;
  • hypothermie du corps.

Caractéristiques chez les enfants

Il convient de noter que l'inflammation chronique des reins et la violation de l'écoulement de l'urine sont le plus souvent observées chez les jeunes enfants. La raison en est les infections virales, dont la mère a souffert pendant la grossesse, prédisposition génétique et héréditaire.

La pénétration de l'infection dans les reins chez les enfants peut se produire de différentes manières:

L'infection hématogène est plus fréquente chez les enfants de moins d'un an. Dans ce cas, les provocateurs de la maladie peuvent être:

Chez les enfants plus âgés, l'infection se produit le plus souvent par voie urinogénique. Des maladies telles que les infections intestinales, la vulvite (chez les filles), la balanoposthite (chez les garçons), la cystite, etc., jouent un rôle important, de même que le non-respect des règles d'hygiène.

Les symptômes

Le tableau clinique de cette maladie chez les enfants et les adultes est le même et dépend directement de l'évolution de la maladie. Par exemple, si une personne présente une pyélonéphrite obstructive aiguë, dans ce cas, les symptômes suivants commencent à le gêner:

  • colique néphroscopique caractérisée par une douleur intense dans la région lombaire (si les processus pathologiques ne surviennent que dans un rein, une gêne apparaît à gauche ou à droite, si elle se produit dans deux cas - des deux côtés);
  • douleur en urinant;
  • faiblesse
  • température corporelle jusqu'à 38 degrés, mais parfois plus élevée;
  • des nausées;
  • manque d'appétit;
  • bouche sèche, soif constante;
  • palpitations cardiaques;
  • perte de poids drastique.

Les principaux symptômes

Avec le développement de cette maladie, l'écoulement de l'urine par les reins est perturbé, ce qui conduit à la stagnation et à la reproduction de microorganismes pathogènes qui sécrètent des substances nocives. Dans ce contexte, il existe une intoxication caractérisée par les symptômes suivants:

  • mauvaise haleine;
  • des frissons;
  • la diarrhée;
  • des vertiges;
  • maux de tête;
  • somnolence;
  • cernes sous les yeux;
  • pâleur de la peau.

Les symptômes de la pyélonéphrite chronique obstructive au cours de la période d'exacerbation ne diffèrent pas du tableau clinique caractéristique d'un cycle aigu de la maladie. Dans les moments de rémission, lorsque la fonctionnalité du système urinaire est restaurée, la condition humaine redevient normale. La durée de la phase de rémission dépend directement du traitement que reçoit le patient et de son mode de vie.

Diagnostics

Si vous suspectez une inflammation des reins, passez les tests suivants:

  • test sanguin clinique;
  • culture bactérienne d'urine;
  • analyse d'urine.

Ces études permettent de vérifier la présence de réactions inflammatoires dans le corps et d'identifier l'agent responsable de la maladie, si celle-ci est devenue un agent infectieux, ainsi que d'établir sa résistance aux médicaments antibactériens.

L'étude informatique des reins est utilisée pour déterminer l'emplacement de la source d'inflammation, le degré d'obstruction et l'état des uretères. Dans ce cas, les plus couramment utilisés sont:

Traitement

Pour lutter efficacement contre la pyélonéphrite et sans complications, le patient doit recevoir un traitement approprié, qui est effectué sous surveillance médicale dans un hôpital. Il est sélectionné sur une base individuelle, mais nécessite presque toujours l'utilisation d'antibiotiques et d'autres médicaments, dont l'action est destinée à rétablir l'écoulement de l'urine.

Avec de fortes réactions inflammatoires et un chevauchement partiel des uretères, une opération chirurgicale est réalisée au cours de laquelle un tube de drainage est installé pour assurer l'élimination de l'urine. Si, au cours de l'examen, le patient a révélé une pyélonéphrite obstructive dans le contexte d'une obstruction absolue de l'uretère, différents types d'interventions chirurgicales visant à rétablir l'écoulement de l'urine peuvent alors être appliqués. A cette fin, le plus souvent utilisé:

  • l'installation d'un stent urétéral, ayant l'aspect d'un tube favorisant la dilatation de l'uretère;
  • néphrostomie percutanée, dans laquelle un tube est inséré pour drainer l'urine à travers l'urètre;
  • pyéloplastie, dans laquelle la résection de la zone endommagée de l'uretère est effectuée, suivie de l'installation du stent;
  • transureturoureterostomie, au cours de laquelle l'uretère endommagé est connecté à l'uretère en bonne santé;
  • réimplantation, dans laquelle le retrait de la zone affectée de l'uretère et la connexion ultérieure de tissus sains sont effectuées;
  • urétérolyse, au cours de laquelle l'élimination des tissus fibreux ou cicatriciels, empêchant le conduit normal de l'urine à travers l'uretère;
  • néphrectomie, qui enlève le rein affecté par l'obstruction.

Traitement de la toxicomanie

Comme la maladie est accompagnée de symptômes aigus, un traitement médicamenteux est obligatoire pour les en empêcher. Il comprend la réception:

  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) qui réduisent l'inflammation et ont un effet antipyrétique;
  • antispasmodiques et antalgiques, assurant l'élimination des spasmes et de la douleur;
  • complexes multivitaminiques qui renforcent le système immunitaire;
  • prébiotiques pour la restauration de la microflore intestinale (utilisés uniquement lors de la prise d'antibiotiques en parallèle).

Selon les médecins, le traitement médical et chirurgical de la pyélonéphrite ne suffit pas. Le patient a besoin de repos complet. En outre, il doit suivre un régime alimentaire spécial, ce qui aidera à réduire la charge sur les reins. Pour ce faire, minimisez l’utilisation de sel, privilégiez les plats légers (gras, frits, fumés, ne peuvent pas manger) et abandonnez complètement:

  • l'alcool;
  • boissons, qui contiennent du sucre et de la caféine.

Ensemble, toutes ces mesures soulagent les processus inflammatoires et restaurent la fonction rénale. Il est important de commencer à les prendre quand la maladie est encore dans la phase aiguë. Cela évitera sa transition vers la forme chronique et le développement de complications sur son fond.

Prévention

Il est beaucoup plus facile de prévenir l'apparition d'une pyélonéphrite obstructive chronique que de la traiter. Et pour cela, il est important de suivre certaines règles:

  • traiter en temps voulu les pathologies rénales et les maladies infectieuses;
  • renforcer le système immunitaire;
  • éviter l'hypothermie;
  • renoncez à l'alcool;
  • bien manger.

Si une pyélonéphrite obstructive a déjà été diagnostiquée chez une personne, elle devrait consulter régulièrement son médecin et procéder à des analyses de sang et d'urine afin de contrôler l'évolution de la maladie, de suivre en permanence un régime et d'éviter le stress émotionnel.

Pyélonéphrite obstructive et son traitement

La pyélonéphrite obstructive est une maladie inflammatoire des reins qui affecte certaines parties de l'organe: le bassinet du rein et le calice et conduit à une obstruction du flux d'urine dans les uretères.

De par sa nature, la pyélonéphrite obstructive peut être aiguë et chronique. Le processus inflammatoire aigu se manifeste chez le patient pour la première fois et présente des symptômes caractéristiques. La pyélonéphrite chronique se traduit par une série de rémissions et de rechutes de la maladie.

Causes de la maladie

Au cœur de toutes les causes de pyélonéphrite obstructive se trouve la difficulté de sortie de l'urine due à des facteurs quelconques. Ceux-ci comprennent:

  • Anomalies déterminées génétiquement du développement des voies urinaires. Comme cette pathologie est congénitale, les défauts se manifestent dès l'enfance.
  • Urolithiase. Les calculs formés dans les reins, au fil du temps, descendent à travers les uretères et chevauchent (partiellement ou complètement) le flux d'urine.
  • Grossesse chez la femme et adénome ou cancer de la prostate chez l'homme.
  • Le traitement de la pyélonéphrite aiguë, qui n'est pas poursuivi jusqu'au bout, peut également entraîner un rétrécissement de la lumière des uretères.

Certains facteurs, associés à l’une des causes de la maladie, peuvent accélérer son développement:

  • l'hypothermie;
  • le diabète;
  • infections des voies respiratoires;
  • utilisation à long terme d'antibiotiques;
  • jeune âge, comme chez les enfants, cette pathologie est plus fréquente que chez les adultes.

Manifestations de pyélonéphrite obstructive

La maladie présente des symptômes communs caractéristiques d'une pyélonéphrite obstructive aiguë et chronique au cours de la période d'exacerbation.

Les manifestations cliniques qui sont observées dans cette pathologie des reins:

  • La colique rénale se développe à la vitesse de l'éclair et se caractérise par un syndrome de douleur aiguë. S'il n'est pas arrêté à temps, un écoulement cyclique est possible.
  • Dans le contexte de la colique rénale, la température et l'intoxication du corps se développent.
  • Maux de tête, jusqu'à confusion.
  • Déshydratation, soif.
  • Il peut y avoir des problèmes de rythme cardiaque.

Dans la pyélonéphrite obstructive aiguë, ce tableau clinique se développe dans 99% des cas. Cependant, au cours de l'évolution chronique de la maladie, il peut ne pas y avoir de stade aigu, de sorte qu'une personne peut ne pas être consciente de la présence de la maladie. Des signes indirects, tels qu'une somnolence accrue, une faiblesse, une diminution des performances, une faible douleur au dos, une perte de poids, etc. peuvent être perçus par le patient comme une diminution de l'immunité ou une fatigue excessive.

Méthodes de diagnostic de laboratoire

Dans l'analyse de l'urine dans le champ de vision augmente le nombre de leucocytes. L'examen bactériologique révèle les micro-organismes qui causent la maladie.

Le test sanguin révèle également une augmentation du niveau de leucocytes et du niveau de RSE - signes d’un processus inflammatoire dans le corps. En biochimie, on détecte une augmentation de la protéine C réactive au fibrinogène, caractéristique des phases aiguë et chronique de la maladie.

La pyélonéphrite obstructive chronique aux premiers stades du développement ne se manifeste souvent pas au cours des tests, ce qui complique le diagnostic.

Méthodes de diagnostic instrumentales

Pour clarifier le diagnostic, ainsi que pour identifier l'évolution latente de la pyélonéphrite obstructive, les procédures suivantes peuvent être attribuées:

  • Diagnostic échographique des reins, qui permet de visualiser l'évolution de la maladie et d'identifier les causes d'obstruction des voies urinaires.
  • L'examen aux rayons X avec l'utilisation d'un agent de contraste est l'une des méthodes principales de diagnostic de cette maladie, qui permet de détecter le lieu de l'obstruction et d'évaluer la force et la vitesse de l'écoulement de l'urine à travers les uretères.
  • Le scanner et l'IRM peuvent être indiqués pour déterminer la cause du rétrécissement pathologique ou du clampage du tractus urinaire conduisant à une obstruction.

Traitement

Le traitement d’une maladie telle que la pyélonéphrite obstructive est complexe et comprend à la fois des principes étiotropes et physiopathologiques ainsi que le soulagement des symptômes.

Dans les cas de coliques néphrétiques, l'hospitalisation du patient et le soulagement de la douleur avec des antispasmodiques et des analgésiques sont principalement nécessaires. En outre, il est nécessaire de rétablir l'obstruction de la sortie de l'urine, pour laquelle un cathétérisme de l'uretère est effectué, et dans les cas particulièrement avancés, un néphrostome est imposé. Le traitement comprendra également des antibiotiques conçus pour lutter contre l'agent responsable de la pyélonéphrite.

Si des problèmes d’urine sont associés à l’apparition de calculs, un traitement approprié est appliqué pour les éliminer, par des méthodes chirurgicales ou non chirurgicales. En présence d'adénome de la prostate, les hommes peuvent recevoir un traitement médicamenteux ou se faire opérer. En cas d'anomalies congénitales du tractus urinaire, on effectue une plastie urétérale qui permet à l'urine de passer librement à travers elles.

Sur le plan général, on recommandera aux patients le repos au lit et un régime alimentaire qui exclut les aliments épicés, frits et salés, et comprend suffisamment de nutriments et de vitamines.

En conclusion

Il est important de comprendre que la maladie, telle que la pyélonéphrite obstructive, nécessite un diagnostic et un traitement rapides. En effet, avec la progression de la maladie peut développer des conditions plus graves. Si une personne découvre un ou plusieurs symptômes, elle doit immédiatement consulter un médecin. Il est également intéressant de faire des analyses de sang et d’urine tous les six mois, car c’est grâce à l’examen annuel qu’un grand nombre de patients présentant une évolution chronique de la maladie peuvent être identifiés.

Qu'est-ce qu'une pyélonéphrite obstructive dangereuse?

Selon la gravité de la pathologie, la pyélonéphrite peut être obstructive et non obstructive. Chacune d'elles a ses propres modes de manifestation dans le corps, méthodes de traitement et classification. La maladie peut être chronique, aiguë, bilatérale et unilatérale.

La pyélonéphrite obstructive ou non obstructive doit son nom à la présence ou à l'absence d'obstruction. Ils peuvent être différents, par exemple, une lithiase urinaire, une tumeur, un adénome de la prostate ou des structures anormales du système génito-urinaire.

Qu'est-ce que la pyélonéphrite obstructive?

La pyélonéphrite obstructive est un processus inflammatoire dans les reins qui affecte leurs régions particulières. Ceci, le plus souvent, le bassinet et le calice rénaux. S'ils sont sous l'influence d'une pathologie, cela entraînera des difficultés pour l'écoulement de l'urine dans l'urètre.

La maladie, fondamentalement, ne survient pas indépendamment et est une complication de toute maladie infectieuse des reins ou des uretères. Pour cette raison, la pyélonéphrite obstructive est également appelée secondaire. L'infection est toujours causée par des organismes de microflore pathogène, qui pénètrent dans les organes par l'urètre, puis par la vessie ou le sang.

Variétés d'obstruction

L'obstruction appelle toute situation qui signifie la difficulté de l'écoulement naturel de l'urine. La plus courante est la lithiase urinaire, les caractéristiques anatomiques individuelles du corps et de la tumeur.

L'adénome de la prostate est également l'une des obstructions. Chez les patients de sexe masculin, c'est le problème le plus courant. L'urètre, c'est-à-dire l'urètre, traverse le tissu prostatique; s'il augmente par suite d'une inflammation, le conduit est comprimé. Avec le temps, cela entraînera des difficultés pour uriner, mais si le liquide s'accumule constamment dans la vessie, le risque de cystite est plus grand.

Faites attention! Après un certain temps, l'infection passera par l'uretère dans le rein et provoquera une pyélonéphrite. Il est donc très important de diagnostiquer le problème rapidement.

Les nouvelles croissances peuvent créer des problèmes, non seulement être directement dans les reins ou l'uretère. Si une tumeur est trouvée dans l'intestin, elle peut au moins affecter l'obstruction des canaux. Ils seront pressés à l'extérieur, ce qui entraînera également une inflammation.

Dans la lithiase urinaire, le tartre peut se former soit dans les cupules rénales, soit dans la vessie. Lorsqu'ils commencent à bouger, ils chevauchent les canaux, ce qui affecte l'excrétion normale de l'urine. Le problème le plus courant est toujours associé au chevauchement de l’uretère avec une pierre trop grosse. En conséquence, l'urine va s'accumuler dans les tissus des organes et du pelvis.

Degré d'obstruction

Si un patient est infecté par une pyélonéphrite chronique obstructive ou aiguë, le degré d’obstruction jouera un rôle fondamental:

  • une obstruction qui se développe progressivement entraînera un chevauchement progressif des canaux. Ceci est caractéristique des tumeurs malignes ou de l'adénome de la prostate;
  • pyélonéphrite aiguë obstructive se développe souvent en raison d'une obstruction absolue. Dans ce cas, le patient ressent une colique rénale et une fièvre prononcée qui menace le développement de l'hydronéphrose;
  • obstruction relative signifie que la sortie est partiellement perturbée.

Cela se produit lorsque la pierre à la sortie de l'uretère ne la recouvre pas complètement. Mais si le calcul change de position et ferme le canal, la pyélonéphrite peut fortement s'aggraver et passer de chronique, avec des symptômes bénins, à une toxicité aiguë.

Causes d'infection

Le développement de la pyélonéphrite et son traitement sont toujours associés à des problèmes d'écoulement de l'urine. Cela peut être dû aux raisons suivantes:

  1. CIM (urolithiase). Les pierres qui se forment au fil du temps vont commencer à quitter le rein et à bloquer le canal. Cela conduira à une obstruction complète suivie d'une colique rénale.
  2. Lésions - inflammation des reins, de la vessie et de l'uretère.
  3. Anomalies congénitales du système génito-urinaire.

Avec le développement des reins au niveau embryonnaire, il y a un risque de malformations. Ceux-ci peuvent être des problèmes avec la couche musculaire des parois des organes ou l'absence de la lumière de l'urètre. Tout cela provoquera une violation de l'urine naturelle.

Signes de pyélonéphrite obstructive

La forme obstructive de la maladie présente un schéma similaire de symptômes avec une pyélonéphrite non obstructive. La différence dépendra de la séquence des manifestations et de l'évolution de la maladie.

Symptômes de pyélonéphrite obstructive:

  1. Colique rénale.
  2. Augmentation de la température jusqu'à 40 degrés.
  3. Migraine sévère.
  4. Vomissements et nausées.
  5. Perte et faiblesse dans le corps.
  6. Bouche sèche.
  7. Troubles du rythme cardiaque.
  8. Grande soif.

Le signe le plus évident de la maladie est la colique rénale, qui s'accompagne d'une douleur intense liée à la pyélonéphrite dans la région lombaire. La plupart des patients considèrent ces douleurs comme les plus fortes de leur vie. Mais comme ils ont un caractère croissant, il est très important d'appeler une ambulance à temps pour faire une injection anesthésique.

La colique rénale se distingue par son intensité due à une diminution du débit urinaire. Les enjeux dilatent le bassin et les "tasses", puis le tissu de l’organe lui-même peut être modifié. Ce gonflement déclenchera immédiatement l'expansion de la capsule. Il est situé sur les cellules nerveuses responsables de l'intensité de la douleur.

Astuce! Parfois, la douleur est si forte que même des analgésiques puissants ne peuvent aider le patient. Dans une telle situation, il n'est pas nécessaire de faire un grand nombre d'injections. Si la pierre est collée, la seule solution est de l'enlever.

Si une personne souffre de pyélonéphrite chronique aiguë, ces symptômes se manifesteront avec une probabilité de près de 100%. Mais si la pathologie se présente sous une forme chronique, ses symptômes seront très flous, de sorte que les gens ignorent souvent qu'ils sont déjà malades. Dans ce cas, il est recommandé de faire attention aux écarts mineurs suivants:

  • augmentation de la somnolence;
  • diminution de la capacité de travail;
  • faiblesse
  • douleur légère dans la région lombaire;
  • perte de poids.

Très souvent, de tels signes sont attribués à une immunité réduite. Pour éviter une exacerbation de la maladie, il est souhaitable de procéder à un examen préventif.

Symptômes de pyélonéphrite non obstructive

Les symptômes de la pyélonéphrite non obstructive se développent en 1 jour. Les premiers signes ressembleront à des manifestations d'une maladie infectieuse. À leur suite, le patient ressentira ce qui suit:

  1. Nausées et vomissements.
  2. Tachycardie.
  3. Maux de tête (le plus souvent dans la partie frontale).
  4. Si la pyélonéphrite est bilatérale, la personne ressentira une douleur des deux côtés de la région lombaire.
  5. Violation de la miction naturelle. La sollicitation peut être fréquente et douloureuse.
  6. Les frissons, au fil du temps, entraînent une transpiration accrue et une baisse temporaire de la température corporelle.
  7. Faiblesse générale.
  8. Haute température jusqu'à 39 degrés.

La première chose que ressent une personne malade est une intoxication et une forte fièvre. Ces manifestations de pyélonéphrite non obstructive sont souvent confondues avec les ARVI. Puis, peu à peu, mal au dos.

Diagnostic de pathologie

Le diagnostic de pyélonéphrite obstructive et non obstructive est réalisé uniquement par un urologue. La première étape est une enquête sur le patient et la définition d’une image complète de l’évolution de la pathologie. Ces données seront suffisantes pour tirer des conclusions concernant le diagnostic préliminaire.

En outre, afin de déterminer avec précision la localisation de la maladie, des types d’examens instrumentaux et de laboratoire appliqués, à savoir:

  1. Don de sang pour la biochimie. Si une inflammation survient dans le corps, une augmentation de niveau sera notée ici.
  2. La culture d'urine est nécessaire pour compiler une image globale de l'environnement bactérien et de la sensibilité aux composants antibactériens des médicaments.
  3. Échographie - permet de voir les changements dans les reins, l'uretère et le pelvis.
  4. Analyse d'urine. Avec toute pyélonéphrite, plusieurs leucocytes seront vus. Parfois, vous devrez effectuer une étude du fluide de Zimnitsky pour déterminer le nombre total de cellules. Ce type de maladie suggère toujours une quantité accrue d'organismes nuisibles dans l'urine.
  5. Examen aux rayons X avec introduction du contraste. Il est appliqué avant chaque type de traitement de la pyélonéphrite non obstructive. Les données obtenues permettront d'évaluer le degré de passage de l'urine de la zone de type cup-pelvis.
  6. Résonance magnétique et tomodensitométrie. Ces types d'études sont utilisés en cas de suspicion de tumeurs et de probabilité de pincement de l'uretère. Cela permettra également une évaluation de la structure des organes.

Types de traitement de la pyélonéphrite obstructive

Pour que le traitement soit aussi efficace que possible, il doit être effectué uniquement dans un service spécialisé de chirurgie ou d'urologie. Le traitement est toujours effectué selon les principes suivants:

  • vider l'urètre et rétablir le flux d'urine normal;
  • prendre des médicaments antibactériens;
  • délivrance du patient des symptômes de la maladie;
  • dans les cas particulièrement difficiles, la chirurgie est utilisée.

La première chose à faire lorsque le patient entre dans l’hôpital est de rétablir le flux naturel de l’urine. Parfois, il est impossible de faire pleinement. Mais si les médecins sont capables de libérer ou d'étendre partiellement le canal, cela aura déjà un effet sur l'amélioration du bien-être du patient. La température diminuera presque immédiatement et l'intensité de la douleur sera contrôlée. Il n'est pas recommandé de prendre des antibiotiques, pas d'éliminer les problèmes avec le flux sortant.

Si les zones à problèmes se trouvent dans l’organe ou l’uretère, les médecins prescrivent des antispasmodiques par voie intraveineuse, par exemple, Baralgin. Cela aidera à élargir partiellement le canal et à restaurer la perméabilité de l'urine.

Tous les types et formes de pyélonéphrite sont nécessairement accompagnés d'un traitement antibactérien. Pour commencer, les médecins utilisent un médicament à large spectre ou utilisent une thérapie combinée, c’est-à-dire 2 ou 3 agents antibactériens en même temps. Pour se manifester le plus rapidement possible, ils se piquent dans une veine ou par voie intramusculaire.

Si les médicaments précédemment utilisés ne vous aident pas dans les 2 premiers jours, les moyens doivent être remplacés, car cela signifie que les bactéries peuvent résister aux ingrédients actifs du médicament. Afin de ne pas être confrontés à de tels problèmes, les patients subissent dès leur arrivée à l'hôpital des tests permettant de déterminer l'agent en cause et sa sensibilité au médicament. La durée du traitement est de 7 à 11 jours.

Intervention chirurgicale

L'opération pour éliminer le problème n'est toujours effectuée qu'en dernier recours. La raison de sa nomination pourrait être l’impossibilité d’éliminer les problèmes d’écoulement d’urine au cours des deux premiers jours, ainsi que la prévention de la répétition de tels épisodes.

À l’heure actuelle, les progrès techniques permettent l’utilisation sans scalpel. Par exemple, dans la lithiase urinaire, une méthode endoscopique peut être utilisée. Cela signifie que le patient recevra un dispositif spécial par le canal et sera opéré de l'intérieur. Si l'obstruction est de nature anatomique, une chirurgie laparoscopique est effectuée, qui ne laisse pas de cicatrices.

Prévention des maladies

Il est presque impossible de prédire exactement comment une personne sera infectée. Mais tout le monde peut contribuer à minimiser ces risques. À cette fin, il est recommandé de respecter les règles suivantes:

  1. Traitement en temps opportun de maladies susceptibles de provoquer la pyélonéphrite obstructive et non obstructive. Sont également incluses les maladies telles que toutes les formes de cystite et de prostatite. Ces pathologies augmentent le risque d'infection rénale par l'uretère ascendant plusieurs fois.
  2. Assez souvent, les agents pathogènes sont des bactéries nocives introduites dans l'organisme par des foyers tels que les dents cariées, le nasopharynx ou les amygdales. Cela signifie qu’au début il faut faire attention à la santé de tous les organes ORL. Surtout besoin attentif d'être des femmes enceintes. S'il existe actuellement des maladies infectieuses chroniques dans le corps, la probabilité d'infection est presque de 100%.
  3. Hygiène des organes génitaux. Les filles d'âge scolaire et les femmes souffrent de pyélonéphrite plus souvent que les hommes 4 fois. Cela est dû au fait qu'ils ont un urètre court et large. Cela permet à l'infection d'entrer facilement dans la vessie, puis dans les reins. Pour éviter toute infection, les femmes adultes doivent suivre les règles d'hygiène après chaque rapport sexuel.

Conclusion

Comme tous les autres types de pyélonéphrite, la forme obstructive et non obstructive de la maladie nécessite une détection rapide et un traitement ultérieur. Si vous ignorez la pathologie, au fil du temps, elle passera à une étape plus complexe, pouvant impliquer une intervention chirurgicale.

Tutucon médecine: mode d'emploi, analogues, avis

Pourquoi E. coli (Escherichia Coli) apparaît-il dans l'urine, comment s'y prendre?